GRILLE DES PROGRAMMES
Monde
Afrique
Dimanche 8 Décembre
Lundi 9 Décembre
Mardi 10 Décembre
Mercredi 11 Décembre
Aujourd'hui
Vendredi 13 Décembre
Samedi 14 Décembre
    Pour profiter pleinement des contenus multimédias, vous devez avoir le plugin Flash installé dans votre navigateur. Pour pouvoir vous connecter, vous devez activer les cookies dans les paramètres de votre navigateur. Pour une navigation optimale, le site de RFI est compatible avec les navigateurs suivants : Internet Explorer 8 et +, Firefox 10 et +, Safari 3 et +, Chrome 17 et + etc.
    Asie-Pacifique

    Hong Kong: cap sur des élections de district souhaitées par les deux camps

    media  
    Le centre international de commerce de Hong Kong, photographié depuis le district de Hung Hom ce jeudi 21 novembre 2019. YE AUNG THU / AFP

    Le siège de l'université polytechnique de Hong Kong se poursuit, ce jeudi 21 novembre. Quelques dizaines de militants pro-démocratie restent retranchés sur le campus. Dans ce contexte, des élections de district doivent se tenir dimanche.

    Avec notre envoyé spécial à Hong Kong,  Stéphane Lagarde

    La date du scrutin sera maintenue. Les électeurs de Hong Kong ont rendez-vous dimanche 24 novembre pour les traditionnelles élections de district, un scrutin local. C’est en tous cas ce que souhaitent Pékin et l’exécutif hongkongais, si toutefois de nouvelles violences ne viennent pas perturber les opérations.

    Les pro-establishment comme les pro-démocratie ont intérêt à ce que ces élections soient maintenues. Il s’agit certes d’élire de simples conseillers de district, mais ces élections locales sont l’un des rares moments pour les Hongkongais de s’exprimer en dehors de la rue. La mobilisation pourrait donc être importante.

    Les Hongkongais ont un message à faire passer. C'est par exemple le cas de Nelson Chan, cadre commercial dans les technologies de l'information, rencontré ce mercredi à la désormais traditionnelle manifestation de la pause déjeuner, dans un centre commercial à proximité des tours de bureaux où il travaille.

    Chemise cravate et masque en papier, Nelson analyse : « Je pense que beaucoup de militants pro-démocratie iront voter, car ce vote est aussi un moyen de dire que nous nous battons pour la liberté. Les autorités chinoises disent que les Hongkongais soutiennent le gouvernement, on va leur dire que c’est faux. »

    ► À lire aussi : Retour précaire au calme aux alentours de l'université polytechnique

    Dans ce centre commercial, les cols blancs chantent l'hymne hongkongais dans le calme. Mais d’autres scènes pourraient donner lieu à de nouveaux incidents avant le scrutin. Comme dans les territoires du nord-est, près de la frontière chinoise, où une manifestation devait avoir lieu en fin d’après-midi ce mercredi.

    C'est donc tout de même un scrutin sous tension qui se profile. Ce mercredi matin dans les journaux de la région administrative spéciale de Hong Kong, le visage d’un policier, un sergent au visage balafré. Il a été attaqué au rasoir après avoir tenté d’empêcher un homme de 72 ans d'arracher des affiches électorales.

    Mercredi, la Chambre des représentants des États-Unis a largement adopté un texte, voté à l'unanimité par le Sénat la veille, qui rappelle le soutien de Washington aux droits de l'homme et à la démocratie à Hong Kong, et menace de retirer le statut économique spécial dont bénéficie ce territoire si son autonomie est limitée.

    Voilà qui ne devrait pas plaire à Pékin, qui menace déjà de représailles. Mais pour l'heure, c'est surtout la Bourse de Hong Kong qui plonge. Les investisseurs s'inquiètent de voir cette initiative du Congrès menacer les efforts consentis pour finaliser un accord sur le différend commercial sino-américain.

    ► À lire aussi : À Séoul, étudiants coréens et chinois se déchirent sur Hong Kong

    Dans le territoire autonome, une cinquantaine de manifestants pro-démocratie resteraient par ailleurs retranchés sur le campus de l'université polytechnique (PolyU), pour la quatrième journée d'affilée et alors que leurs conditions de vie se détériorent. Ceux qui n'arrivent pas à s'évader sont arrêtés.

    Les personnes interpellées risquent-elles d'être emmenées sur le continent pour y être jugées ? Le témoignage d'un ex-employé du consulat britannique à Hong Kong, qui dit avoir été torturé en détention à Shenzhen cet été, et qui ajoute avoir vu d'autres Hongkongais dans le même centre que lui, pourrait le faire croire.

    Selon Michel Bonnin, expert de la Chine à l'EHESS, il s'agit là plutôt de jeunes Hongkongais qui s'étaient rendus de leur propre gré en Chine, et qui ont été forcés d'ouvrir leurs portables pour vérifier s'ils avaient manifesté. Le sinologue estime que Pékin préfère que les gens arrêtés à Hong Kong soient jugés sur place.

    « Je ne pense pas que les jeunes qui sont arrêtés aujourd’hui à Hong Kong risquent d’être massivement envoyés en Chine, confie-t-il sur RFI. Non, ce serait vraiment un déni total de la promesse "un pays, deux systèmes". Cela m’étonnerait beaucoup, beaucoup. Ce serait la mort de Hong Kong. »

    analyse

    Je ne pense pas que les autorités veuillent la mort de Hong Kong. Donc je pense qu’ils vont être jugés à Hong Kong. Comme l’accusation est une accusation d’émeute, ils risquent entre cinq ans et dix ans de prison. Ce qui est quand même terrible pour de jeunes gens qui ont simplement voulu défendre une université qui risquait d’être envahie par la police. Je pense qu’on ne va pas assister à un nouveau Tiananmen. On assiste à un Tiananmen «rampant», dans lequel c’est la police de Hong Kong qui a la fonction de faire peur, de terroriser, d’éliminer une partie de la jeunesse qui va se retrouver en prison ou en attente d’un jugement, etc. Pour l’instant, ce qu’ils veulent, c’est obtenir que la police de Hong Kong et la justice de Hong Kong fassent le travail. Ils ont ouvert un centre spécial non loin de la frontière avec la Chine, dans lequel ils sont maltraités, ils n’ont pas immédiatement accès à un avocat. Pour l’instant, on en est là

    Michel Bonnin, École des hautes études en sciences sociales (EHESS) 21/11/2019 - par Heike Schmidt Écouter
    Chronologie et chiffres clés
    Sur le même sujet
    Commentaires

    Republier ce contenu

    X

    Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

    Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

    Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.

    Republier ce contenu

    X

    Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

    Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

    Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.

     
    Désolé mais le délai de connexion imparti à l'opération est dépassé.