GRILLE DES PROGRAMMES
Monde
Afrique
Lundi 9 Décembre
Mardi 10 Décembre
Mercredi 11 Décembre
Jeudi 12 Décembre
Aujourd'hui
Samedi 14 Décembre
Dimanche 15 Décembre
    Pour profiter pleinement des contenus multimédias, vous devez avoir le plugin Flash installé dans votre navigateur. Pour pouvoir vous connecter, vous devez activer les cookies dans les paramètres de votre navigateur. Pour une navigation optimale, le site de RFI est compatible avec les navigateurs suivants : Internet Explorer 8 et +, Firefox 10 et +, Safari 3 et +, Chrome 17 et + etc.
    Asie-Pacifique

    Esclavage en Mauritanie: Biram dah Abeid met en cause le rite malékite

    media L'opposant mauritanien Biram Dah Abeid, le 23 juin 2019, en conférence de presse à Nouakchott. SIA KAMBOU / AFP

    Une récente interview donnée par le nouveau président mauritanien à un journal sénégalais, en marge du 6e Sommet africain sur la paix fait polémique en Mauritanie. Le leader du mouvement abolitionniste IRA, Biram dah Abeid, lui a répondu ce jeudi.

     

    Sur la question sensible de l’esclavage, le président Ghazouani affirme que la Mauritanie n’est pas un pays esclavagiste et que l’esclavage n’y est pas institutionnalisé. Dans une conférence de presse transformée en meeting, jeudi 21 novembre à Nouakchott, le leader du mouvement abolitionniste IRA, Biram dah Abeid, a lui soutenu que le phénomène est une réalité et qu’il est même sacralisé par la charia islamique.

    Les partisans du militant antiesclavagiste, étaient venus nombreux pour écouter la réaction de leur leader aux propos du président Mohamed Cheikh Ghazouani à Dakar sur l’épineuse question de l’esclavage.

    « Je suis d'accord avec le chef de l'Etat quand il dit que la Mauritanie n'institutionnalise pas l'esclavage dans ses lois modernes, lance Biram dah Abeid, mais la Constitution mauritanienne stipule que la source de la loi en République islamique de Mauritanie, c'est la charia. Et la charia islamique veut dire ici rite malékite et le livre du rite malékite non seulement légitime l'esclavage mais il le codifie et le sacralise ! »

    Le président du mouvement ira reconnait tout de même un point positif à la déclaration du chef de l’Etat mauritanien. « Je retiens qu'il a conclu avec fermeté contre ce qui reste d'esclavage en Mauritanie. Bien sûr, nous ne sommes pas d'accord sur le diagnostic. »

    Et Biram dah Abeid a appelé, justement, à l’arrestation et au jugement des auteurs d’un acte d’esclavage présumé révélé il y a quelques mois sur une jeune fille de 14 ans, Ghaya Maiga.

    À lire aussi : Incinération de livres du rite malékite par Biram: déclaration de l'IRA Mauritanie

    Sur le même sujet
    Commentaires

    Republier ce contenu

    X

    Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

    Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

    Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.

    Republier ce contenu

    X

    Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

    Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

    Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.

     
    Désolé mais le délai de connexion imparti à l'opération est dépassé.