GRILLE DES PROGRAMMES
Monde
Afrique
Jeudi 5 Décembre
Vendredi 6 Décembre
Samedi 7 Décembre
Dimanche 8 Décembre
Aujourd'hui
Mardi 10 Décembre
Mercredi 11 Décembre
    Pour profiter pleinement des contenus multimédias, vous devez avoir le plugin Flash installé dans votre navigateur. Pour pouvoir vous connecter, vous devez activer les cookies dans les paramètres de votre navigateur. Pour une navigation optimale, le site de RFI est compatible avec les navigateurs suivants : Internet Explorer 8 et +, Firefox 10 et +, Safari 3 et +, Chrome 17 et + etc.
    Asie-Pacifique

    Guerre commerciale: le président chinois se dit prêt à riposter s'il le faut

    media Le président chinois Xi Jinping, en compagnie de l'ancien secrétaire d'État américain Henry Kissinger, à Pékin ce vendredi 22 novembre 2019 dans le cadre du New Economy Forum. REUTERS/Jason Lee/Pool

    Il s’est très peu exprimé publiquement sur la guerre commerciale qui oppose son pays aux États-Unis. Xi Jinping a déclaré ce vendredi 22 novembre que Pékin voulait un accord avec Washington, mais n’hésiterait pas à riposter si nécessaire.

    L'homme fort du régime communiste chinois affirme que son pays veut un accord commercial avec les États-Unis et travaille activement pour y parvenir.

    Mais répondant aux questions des participants à un forum organisé par Bloomberg à Pékin, Xi Jinping a toutefois ajouté que la Chine n’avait pas peur des menaces américaines et se défendrait si nécessaire.

    Au siège du Parlement, face à un parterre de personnalités étrangères dont l'ancien secrétaire d'État américain Henry Kissinger, Xi Jinping prévient.

    « Nous ne voulons pas déclencher une guerre commerciale mais nous n'en avons pas peur », a-t-il déclaré. Et l'homme fort du Parti communiste d'ajouter : « Nous répliquerons si nécessaire. »

    Une déclaration rare, car le numéro un chinois s’est très peu exprimé sur ce sujet depuis le début, il y a un an et demi, du bras de fer économique avec Washington.

    ► À relire : Pékin ripostera à la loi américaine en soutien aux manifestants à Hong Kong

    Les États-Unis menacent d'imposer dès le 15 décembre prochain de nouvelles taxes sur les produits électroniques chinois si un accord « préliminaire » n'est pas trouvé.

    Donald Trump a mis la pression en début de semaine. Il a estimé que Pékin n'avait pas encore offert suffisamment de garanties.

    « Si nous ne trouvons pas d'accord avec la Chine, j'augmenterai tout simplement encore plus les tarifs douaniers », assure M. Trump. Dans son viseur : de l'électronique, comme les téléphones portables.

    Afin de faire avancer les négociations, qui piétinent depuis plusieurs semaines, Pékin a invité les négociateurs américains à se rendre en Chine pour une nouvelle série de discussions.

    Mais à en croire le Wall Street Journal, qui révèle cette information, les États-Unis auraient exigé au préalable des concessions chinoises.


    ■ Les métaphores historiques du numéro un chinois

    Ce vendredi, pour appuyer son propos, le président Xi a filé la métaphore. La Chine « est un grand pays, elle est comme un paquebot », a-t-il observé. « Nous ne pouvons pas nous permettre de faire des erreurs. Si un paquebot comme la Chine chavire, on ne pourra pas le remettre à flot. »

    Le Parti entend poursuivre sa politique de « réforme et d'ouverture » avec prudence, « comme quand on met le pied sur des pierres en traversant la rivière ». Dans ce processus, « la condition préalable est que la souveraineté financière de notre pays soit garantie », estime Xi Jinping.

    Celui qui est également secrétaire général du PCC et président de sa puissante Commission militaire centrale a surtout fait référence au XIXe siècle, mettant en garde l'Amérique contre un retour aux « humiliations » des guerres de l'opium et des concessions étrangères. « Cette époque ne reviendra pas », promet-il.

    « Ce que nous voulons, c'est rétablir notre rôle et notre place dans le monde et ne pas revivre l'humiliation de l'ère semi-coloniale. » Et de rappeler que les deux pays sont aussi pris dans une guerre technologique, Washington ayant placé sur liste noire le géant Huawei. « Un rideau de fer technologique », selon M. Xi.

    ► Écouter aussi : La Chine lève son embargo sur la volaille américaine

    Chronologie et chiffres clés
    Sur le même sujet
    Commentaires

    Republier ce contenu

    X

    Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

    Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

    Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.

    Republier ce contenu

    X

    Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

    Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

    Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.

     
    Désolé mais le délai de connexion imparti à l'opération est dépassé.