GRILLE DES PROGRAMMES
Monde
Afrique
Lundi 9 Décembre
Mardi 10 Décembre
Mercredi 11 Décembre
Jeudi 12 Décembre
Aujourd'hui
Samedi 14 Décembre
Dimanche 15 Décembre
    Pour profiter pleinement des contenus multimédias, vous devez avoir le plugin Flash installé dans votre navigateur. Pour pouvoir vous connecter, vous devez activer les cookies dans les paramètres de votre navigateur. Pour une navigation optimale, le site de RFI est compatible avec les navigateurs suivants : Internet Explorer 8 et +, Firefox 10 et +, Safari 3 et +, Chrome 17 et + etc.
    Urgent
    Législatives au Royaume-Uni: Boris Johnson et les conservateurs remportent la majorité absolue (sondage à la sortie des urnes)
    Dernières infos
    • Six corps récupérés sur le volcan néo-zélandais (police)
    • Ukraine: l'UE reconduit pour 6 mois les sanctions économiques contre la Russie (diplomate)
    • Retraites: Philippe convie les partenaires sociaux «le plus tôt possible la semaine prochaine» (Matignon à l'AFP)
    • La reconnaissance par le Congrès américain du génocide arménien est une «victoire de la justice» (Erevan)
    • Génocide arménien: la résolution du Congrès «met en péril» les relations turco-américaines (Ankara)
    • Sanctions américaines contre un fils du président du Nicaragua
    • États-Unis: le Congrès américain adopte une résolution reconnaissant le génocide arménien
    Asie-Pacifique

    Domiciliation fiscale des grands patrons français: l’amendement Ghosn confirmé

    media Déjà adoptée par l'Assemblée nationale, le Sénat a voté samedi une mesure visant à imposer aux dirigeants d'entreprises françaises d'être domiciliés fiscalement en France dès 250 millions d'euros de chiffre d'affaires. CC0 Pixabay/Carole LR

    Le Sénat a adopté samedi une mesure imposant aux dirigeants d'entreprises françaises d'être fiscalement domiciliés en France dès que le chiffre d'affaires de l'entreprise atteint le seuil de 250 millions d'euros.

    « Le dirigeant d'une entreprise française doit payer ses impôts en France ». Voilà ce qu'affirmait en décembre dernier Emmanuel Macron en pleine crise des « gilets jaunes ». Son gouvernement a donc inscrit dans la loi de Finances 2020 une mesure empêchant les grands patrons d'aller chercher l'asile fiscal à l'étranger.

    Une mesure baptisée « amendement Ghosn », en référence à l'ancien patron de Renault qui n'était plus fiscalement domicilié en France depuis 2012.

    Environ 1 500 dirigeants concernés

    Au départ, le seuil prévu était d’un milliard d'euros de chiffre d'affaires, ce qui réduisait la cible à une centaine de patrons, mais les députés l'ont abaissé à 250 millions, ce qu'a accepté le gouvernement. Près de 1 500 dirigeants d'entreprises sont donc désormais concernés.

    Cette mesure s'appliquera l'an prochain uniquement aux entreprises dont le siège social est en France. Reste que certains grincent des dents pour deux raisons : d'abord, le gouvernement souhaite que la disposition s'applique sur les revenus 2019 et soit donc rétroactive. Ensuite, d'autres voix s'élèvent pour critiquer le caractère discriminatoire de cette mesure et ce que l'on appelle « une rupture d'égalité devant l'impôt » au sein d'une même catégorie. Après les débats parlementaires, il est donc à prévoir un débat juridique.

    Chronologie et chiffres clés
    Sur le même sujet
    Commentaires

    Republier ce contenu

    X

    Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

    Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

    Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.

    Republier ce contenu

    X

    Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

    Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

    Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.

     
    Désolé mais le délai de connexion imparti à l'opération est dépassé.