GRILLE DES PROGRAMMES
Monde
Afrique
Mercredi 11 Décembre
Jeudi 12 Décembre
Vendredi 13 Décembre
Samedi 14 Décembre
Aujourd'hui
Lundi 16 Décembre
Mardi 17 Décembre
    Pour profiter pleinement des contenus multimédias, vous devez avoir le plugin Flash installé dans votre navigateur. Pour pouvoir vous connecter, vous devez activer les cookies dans les paramètres de votre navigateur. Pour une navigation optimale, le site de RFI est compatible avec les navigateurs suivants : Internet Explorer 8 et +, Firefox 10 et +, Safari 3 et +, Chrome 17 et + etc.
    Asie-Pacifique

    Inde: manifestations après le viol et le meurtre d'une jeune femme

    media Une femme porte une pancarte lors d'une manifestation contre le viol et le meurtre d'une femme de 27 ans à Hyderabad,en Inde. REUTERS / Vinod Babu

    Les manifestations continuaient, lundi 2 décembre, quatre jours après qu’une jeune vétérinaire a été retrouvée brûlée vive dans la ville méridionale d’Hyderabad. Quatre hommes ont été arrêtés et accusés de l’avoir violée et tuée, mais cela ne calme pas la population ni les députés, qui se sont emparés du sujet.

    De notre correspondant à New Dehli,

    Il est 9 heures du soir, mercredi dernier à Hyderabad, l’une des plus grandes villes du sud de l’Inde. Une jeune vétérinaire de 26 ans gare son scooter pour aller chez le médecin. Quand elle revient, son pneu est crevé et quatre hommes proposent de la déposer à un garage. À la place de cela, ils la violent à tour de rôle et la tuent en mettant le feu à son corps.

    ►À lire aussi Inde: baisse du nombre de viols à New Delhi

    Cette brutalité a provoqué une vague d’effroi et de colère dans cette ville d’Hyderabad ainsi qu’à New Delhi, la capitale du pays. Des milliers de manifestants ont défilé depuis trois jours pour condamner cette brutalité envers les femmes et réclamer justice. Un mouvement populaire qui rappelle les énormes manifestations qui ont suivi le viol collectif et le meurtre sauvage d’une étudiante dans un bus de New Delhi en 2012.

    Les parlementaires s’en emparent

    Les parlementaires se sont rapidement saisis du sujet. Pendant toute la journée d’hier, les élus fédéraux ont fait part d’un zèle rare dans le domaine et proposé des mesures radicales: certains réclament la castration des condamnés, d’autres leur lynchage en public ou leur condamnation à mort expéditive sans possibilité d’appel. Cela montre à quel point le sujet est devenu explosif dans ce pays patriarcal, où les femmes continuent à être traitées comme des êtres de seconde zone, brutalisées ou violées dans les villages ou les familles. La police, pour le coup peu zélée, accuse encore trop souvent les femmes d’avoir provoqué les hommes.

    Des réformes ont pourtant été mises en place après le viol collectif de 2012. Les parlementaires, poussées alors aussi par la rue, avaient créé de nouveaux délits en cas d’agression contre les femmes, durci les peines pour les viols, étendu le recours à la peine de mort et instauré des sanctions contre les policiers qui refusaient d’enregistrer une plainte pour viol. Il y a eu des progrès, mais la justice reste difficile à obtenir : les policiers continuent à décourager les victimes, et quand la plainte est déposée, ce sont les proches de l’accusé qui intimident voire menacent la femme de mort.

    Le tabou et la honte entourent ce crime

    Si elle tient bon, il faudra souvent des années pour conclure le procès. À cela, il faut rajouter le tabou qui entoure ce crime et la honte que doivent porter les victimes. Tout cela explique le fait que, malgré le haut degré de violences contre les femmes dans le pays, le nombre de plaintes est relativement faible. Par habitant, il est six fois moins élevé en Inde qu’en France.

    Pour le cas de cette victime d’Hyderabad, la médiatisation a au moins permis une chose, que cette affaire sera traitée de manière expresse par la Cour. C’est la garantie du chef du gouvernement régional.

    Chronologie et chiffres clés
    Sur le même sujet
    Commentaires

    Republier ce contenu

    X

    Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

    Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

    Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.

    Republier ce contenu

    X

    Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

    Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

    Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.

     
    Désolé mais le délai de connexion imparti à l'opération est dépassé.