GRILLE DES PROGRAMMES
Monde
Afrique
Mardi 19 Juillet
Mercredi 20 Juillet
Jeudi 21 Juillet
Vendredi 22 Juillet
Aujourd'hui
Dimanche 24 Juillet
Lundi 25 Juillet
    Pour profiter pleinement des contenus multimédias, vous devez avoir le plugin Flash installé dans votre navigateur. Pour pouvoir vous connecter, vous devez activer les cookies dans les paramètres de votre navigateur. Pour une navigation optimale, le site de RFI est compatible avec les navigateurs suivants : Internet Explorer 8 et +, Firefox 10 et +, Safari 3 et +, Chrome 17 et + etc.
    Asie-Pacifique

    Crash d'un avion de la Malaysia Airlines dans l'est de l'Ukraine

    media Un des débris du Boeing 777 de la Malaysia Airlines qui s'est crashé ce 17 juillet 2014. REUTERS/Maxim Zmeyev

    Un avion de ligne malaisien a disparu des radars à dix mille mètres d'altitude dans l'est de l'Ukraine, puis s'est écrasé dans la région de Donetsk. Plus de 300 personnes auraient trouvé la mort lors de cette catastrophe. Les autorités ukrainiennes et séparatistes pro-russes s'accusent mutuellement de cette catastrophe. 

    Avec notre envoyé spécial sur le lieu de la catastrophe, Damien Simonart

    Sur place, les cadavres jonchent le sol. On voit de gros morceaux de carlingue et des débris de l’appareil sur plusieurs centaines de mètres. Il n'y aucun périmètre de sécurité, les locaux peuvent marcher autour de l'épave. 

    L’avion de la Malaysia Airlines, un Boeing 777 qui effectuait la liaison Amsterdam-Kuala Lumpur, s’est écrasé près du village de Grabovo, près de la ville de Chakhtersk, dans la région de Donetsk, à quelques dizaines de kilomètres de la frontière russe. Cette zone est le théâtre d'intenses combats entre forces armées ukrainiennes et séparatistes pro-russes, mais elle est contrôlée par ces derniers.

    Les lieux du crash de l'avion de la Malaysia Airlines dans la région de Donetsk, le 17 juillet 2014 REUTERS/Maxim Zmeyev

    Plus de 300 personnes auraient trouvé la mort dans cette catastrophe. Laurent Fabius a affirmé qu'il n'y avait pas de certitudes sur la présence de Français à bord. Le ministre des Affaires étrangères avait auparavant confirmé un bilan de quatre Français tués, avancé par des médias français. 23 ressortissants américains ont également été tués dans la catastrophe, affirme un conseiller du ministère ukrainien de l'Intérieur. 

    La compagnie Malaysia Airlines a rapidement confirmé dans un tweet avoir perdu le contact avec un de ses avions.

    L'épave est éparpillée sur plusieurs centaines de mètres, ce qui signifierait que l'avion n'est pas tombé par terre en un seul morceau. Il aurait préalablement explosé en vol.

    Chacun se renvoie la responsabilité de l’attaque

    D’après les autorités ukrainiennes, l’appareil a été touché par un missile. Selon Kiev, il s’agit d’un missile sol-air Buk, capable d’abattre un avion volant à 10 000 mètres d’altitude, l'altitude de croisière des avions de ligne et la hauteur à laquelle volait précisément l’avion de Malaysia Airlines.

    Crash de l'avion de la Malaysia Airlines dans l'est de l'Ukraine - Edition spéciale 19h10 17/07/2014 - par Benoît De Solminihac Écouter

    Une grande confusion règne sur les lieux du drame. Chacun se renvoie la responsabilité de l’attaque.

    Le président ukrainien a parlé d'un « acte terroriste ».

    L’un des chefs des séparatistes pro-russe, Alexandre Borodaï, accuse les forces ukrainiennes d'avoir abattu le Boeing 777. 

    Le chef de la sécurité d'Etat ukrainienne (SBU) a accusé deux responsables des services de renseignements militaires russes d'être impliqués dans la destruction de l'avion. Valentin Nalivaïtchenko dit fonder ses accusations sur des
    interceptions de conversations téléphoniques entre les deux
    officiers.

    Les services spécialisés dans le trafic aérien se sont réunis à Kiev dès l'annonce de la catastrophe.

    Les séparatistes pro-russes se déclarent favorables à un cessez-le-feu de trois jours pour permettre aux équipes de secours de travailler sur le lieu de la catastrophe. 

    Selon des responsables américains, l'avion aurait été abattu par un missile sol-air. 

                                                      -----------------------------------------

    Réaction de la Russie

    Avec notre correspondante à Moscou, Muriel Pomponne

    « L’aviation russe n’a effectué aucun vol dans la zone frontalière dans la journée de jeudi. » Une précision donnée par les autorités russes peu après l’annonce du crash.  Les Russes affirment par ailleurs qu’une division de l’armée ukrainienne, qui stationnait jusqu’alors à Kharkiv, est arrivée mercredi dans la région de Donetsk et que cette division est équipée de missiles Bouk, ces missiles qui sont capables d’atteindre des avions au-delà de 10 000 mètres d’altitude.

    En tout cas, le dirigeant séparatiste, Alexandre Borodaï affirme que ses hommes ne possèdent pas ces équipements. Leur thèse est que l'appareil malaisien a été abattu par un avion de chasse ukrainien, lui-même abattu un peu plus tard par les rebelles.

    Les médias ont aussi évoqué l’hypothèse que l'appareil malaisien avait été abattu par un missile ukrainien qui pensait toucher l'avion du président Poutine qui revenait à peu près au même moment du Brésil.

    Les séparatistes, qui contrôlent la zone où s'est déroulé le drame, affirment qu’ils ont trouvé la boîte noire et qu’ils seraient prêts à la remettre à des enquêteurs internationaux. Ils ont aussi proposé une trêve de trois jours pour permettre d’évacuer les corps .

       

    Un militant pro-russe armé contemple le lieu où est tombé l'avion de la Malaysia Airlines. REUTERS/Maxim Zmeyev

                                                                 

    Paris demande aux compagnies françaises d'éviter l'espace aérien ukrainien

    Le gouvernement français a demandé jeudi aux compagnies aériennes françaises d'éviter l'espace aérien ukrainien. Auparavant, ce dernier ne faisait pas l'objet d'interdiction de vol, à l'exception de la Crimée. 

    Crash de l'avion de la Malaysia Airlines dans l'est de l'Ukraine - Edition spéciale 20h10 17/07/2014 - par François Bernard Écouter

    La Premier ministre malaisien Najib Razak a annoncé l'ouverture d'une enquête. Le drame est intervenu alors que la compagnie Malaysia Airlines et le gouvernement malaisien continuent d'enquêter sur la disparition d'un autre avion de ligne, le MH370 dont on est sans nouvelles depuis le 8 mars.

    Les dirigeants occidentaux ont réclamé jeudi soir que la lumière soit faite sur la catastrophe. Le président français François Hollande, le premier, a demandé que « tout
    soit mis en oeuvre pour faire la lumière sur les circonstances qui ont provoqué 
    » la destruction en vol du Boeing 777 de Malaysia Airlines. 

    Le président américain Barack Obama a déploré une « terrible tragédie », avant de dire que les Etats-Unis offriront « tout leur soutien pour aider à déterminer ce qui s'est passé et pourquoi ».

     

    Chronologie et chiffres clés
    Sur le même sujet
    Commentaires
     
    Désolé mais le délai de connexion imparti à l'opération est dépassé.