GRILLE DES PROGRAMMES
Monde
Afrique
Samedi 23 Juillet
Dimanche 24 Juillet
Lundi 25 Juillet
Mardi 26 Juillet
Aujourd'hui
Jeudi 28 Juillet
Vendredi 29 Juillet
    Pour profiter pleinement des contenus multimédias, vous devez avoir le plugin Flash installé dans votre navigateur. Pour pouvoir vous connecter, vous devez activer les cookies dans les paramètres de votre navigateur. Pour une navigation optimale, le site de RFI est compatible avec les navigateurs suivants : Internet Explorer 8 et +, Firefox 10 et +, Safari 3 et +, Chrome 17 et + etc.
    Asie-Pacifique

    Inde: de nouveaux tirs entendus dans la base de Pathankot

    media Des soldats indiens montent la garde sur la base aérienne de Pathankot, dimanche 3 janvier 2016. REUTERS/Mukesh Gupta

    Sur la base militaire indienne de Pathankot, dans l'Etat du Pendjab près de la frontière pakistanaise, la situation ne semble pas complètement maîtrisée. La police locale a rapporté de nouveaux échanges de coups de feu ce dimanche 3 janvier, au lendemain de l'attaque de samedi matin. L'armée avait pourtant annoncé le soir même avoir repris le contrôle des lieux.

    Selon des informations données par la police indienne à la mi-journée ce dimanche, l'un des deux assaillants retranchés dans la base aurait été tué par les forces de sécurité. Il resterait donc un assaillant armé qui serait en mesure de riposter face aux forces de sécurités qui l'encerclent. Ce dimanche matin, le chef de la police de Pathankot admettait qu'un ou deux assaillants étaient retranchés sur le site et qu'il y avait toujours des combats dans le périmètre de la base militaire.

    Selon le dernier bilan des autorités, les premiers combats qui se sont déroulés sur la base ont fait six morts dans les rangs des forces de l'ordre et cinq morts parmi les assaillants.

    La base aérienne visée par le commando est située non loin de la frontière pakistanaise, et c'est un site militaire très sensible. Des avions de combat y sont en effet stationnés. L'attaque spectaculaire intervient une semaine après la visite-surprise du Premier ministre indien Narendra Modi au Pakistan. Selon les autorités indiennes, le mode opératoire est similaire à d'autres attaques imputées à des groupes armés pakistanais, et notamment au Jaish-e-Mohammed, un groupe très actif dans la région indienne du Cachemire.

    Jamais encore une base militaire indienne n’avait été infiltrée. Si des complicités internes à l’armée indienne venaient à être prouvées, à être démontrées, là on rentrerait dans une nouvelle logique, car cela voudrait dire que des milieux musulmans, possiblement, seraient maintenant infiltrés aussi par des groupes jihadistes pakistanais. Et ça, ce serait une première qui aurait des conséquences à n'en pas douter sur la situation intérieure indienne, sur les relations entre communautés. On n'en est pas là, mais l’enquête va devoir tout de même être conduite dans cette direction : comment a-t-on pu s’infiltrer dans cette base qui est très, très bien gardée. C’est quand même la base où se trouvent les Mig-25, des hélicoptères d’attaque Mig aussi. On a affaire à des matériaux très sophistiqués et, du coup, à une protection qui est très rapprochée.
    Christophe Jaffrelot, chercheur au CERI-Sciences Po 03/01/2016 - par Christophe Paget Écouter

    Chronologie et chiffres clés
    Sur le même sujet
    Commentaires
     
    Désolé mais le délai de connexion imparti à l'opération est dépassé.