Moyen-Orient n°23, Bilan géostratégique 2014, Le retour des dictateurs ? (juillet-septembre 2014) - Com - RFI

 

  1. 03:33 TU Sessions d'information
  2. 03:40 TU Accents d'Europe
  3. 04:00 TU Journal
  4. 04:15 TU Sessions d'information
  5. 04:30 TU Journal
  6. 04:33 TU Sessions d'information
  7. 04:40 TU Grand reportage
  8. 05:00 TU Journal
  9. 05:15 TU Sessions d'information
  10. 05:30 TU Journal
  11. 05:40 TU Sessions d'information
  12. 06:00 TU Journal
  13. 06:15 TU Sessions d'information
  14. 06:30 TU Journal
  15. 06:43 TU Sessions d'information
  16. 07:00 TU Journal
  17. 07:10 TU Une semaine d'actualité
  18. 07:30 TU Journal
  19. 07:33 TU Une semaine d'actualité
  20. 08:00 TU Journal
  21. 08:10 TU Atelier des médias
  22. 08:30 TU Journal
  23. 08:33 TU Atelier des médias
  24. 09:00 TU Journal
  25. 09:10 TU Comme en 14
  1. 03:30 TU Sessions d'information
  2. 04:00 TU Journal
  3. 04:15 TU Sessions d'information
  4. 04:30 TU Sessions d'information
  5. 05:00 TU Journal
  6. 05:15 TU Sessions d'information
  7. 05:30 TU Sessions d'information
  8. 06:00 TU Journal
  9. 06:15 TU Sessions d'information
  10. 06:30 TU Journal
  11. 06:43 TU Sessions d'information
  12. 07:00 TU Journal
  13. 07:10 TU Sessions d'information
  14. 07:30 TU Sessions d'information
  15. 07:43 TU Sessions d'information
  16. 08:00 TU Journal
  17. 08:10 TU Archives d'Afrique
  18. 08:30 TU Journal
  19. 08:40 TU Archives d'Afrique
  20. 09:00 TU Journal
  21. 09:10 TU Une semaine d'actualité
  22. 09:30 TU Journal
  23. 09:33 TU Une semaine d'actualité
  24. 10:00 TU Journal
  25. 10:10 TU Eco d'ici Eco d'ailleurs
fermer

Com

Evénements RFI

Moyen-Orient n°23, Bilan géostratégique 2014, Le retour des dictateurs ? (juillet-septembre 2014)

"La stabilité politique et économique au Moyen-Orient est devenue une exception, un fait rare dans une région emportée par la violence, évoluant, selon l’analyste français Hamit Bozarslan, « dans un inconnu total ».

Les exemples sont nombreux : une Libye ingouvernable, une Égypte militarisée, un Irak autoritaire, une Arabie saoudite puissante, une Syrie engouffrée dans la guerre civile… Le processus révolutionnaire s’annonce très long. Car, près de quatre ans après les révolutions, le temps des rois est de rigueur. Si certains portent vraiment le titre, considérant que seule leur présence apportera stabilité et sécurité, d’autres se comportent comme tels, qu’ils soient civils ou militaires. En Algérie, un homme présent dans les arcades du pouvoir depuis 1962 a été réélu président pour un quatrième mandat de cinq ans, alors qu’il peut à peine parler et marcher. En Égypte, des élections post-coup d’État ont redonné les reines du pays à un maréchal charismatique, respectant ainsi l’héritage politique laissé par le XXe siècle. En Syrie, la guerre civile ne fait que renforcer un dictateur, qui ose apparaître en libérateur. En Libye, rien ne va plus, le sens du mot « gouverner » n’existe pas et un général s’est présenté comme le sauveur d’une nation face aux « terroristes islamistes ». En Irak, où le pouvoir est concentré entre les mains du Premier ministre, les combattants de l’État islamique en Irak et au Levant (EIIL) sèment la terreur depuis leur offensive de juin 2014. Les enjeux sont considérables.

Pour cette quatrième édition de notre bilan géostratégique, une nouvelle formule s’imposait, permettant de s’imprégner plus en profondeur de chaque pays, ici analysé sur deux pages par les meilleurs spécialistes, cartes, photographies et données statistiques à l’appui. La revue prend alors la forme d’un atlas. En outre, on pourra également lire des articles sur la stratégie sécuritaire des monarchies du Golfe, les liens entre le gouvernement turc de l’AKP et le milieu des affaires, le patrimoine historique détruit par les combats en Syrie, ainsi que sur le voile islamique et ses « modes »."

                                                 Guillaume Fourmont, rédacteur en chef délégué

Une erreur est survenue lors de l'envoi du mail...
Le mail a bien été envoyé

Commentaires

 
Désolé mais le délai de connexion imparti à l'opération est dépassé.