GRILLE DES PROGRAMMES
Monde
Afrique
Vendredi 27 Mai
Samedi 28 Mai
Dimanche 29 Mai
Lundi 30 Mai
Aujourd'hui
Mercredi 1 Juin
Jeudi 2 Juin
    Pour profiter pleinement des contenus multimédias, vous devez avoir le plugin Flash installé dans votre navigateur. Pour pouvoir vous connecter, vous devez activer les cookies dans les paramètres de votre navigateur. Pour une navigation optimale, le site de RFI est compatible avec les navigateurs suivants : Internet Explorer 8 et +, Firefox 10 et +, Safari 3 et +, Chrome 17 et + etc.
    Com

    Lire à Douala (24-29 novembre 2015)

    Lire à Douala, est-ce la même chose que lire à Bordeaux, à New York, à Calcutta ou à Dakar ? L'occasion sera donnée fin novembre de répondre à la question. Générer un engouement collectif autour de la littérature, fédérer petits et grands autour des mots et de leur expression, questionner chacun sur son rapport aux livres, encourager la réflexion et la création, tels sont les objectifs de cette première édition de Lire à Douala.

    Si l’exercice de la lecture est, par nature, solitaire, réunir les amateurs de lecture peut être salutaire.

     

    Le Programme
    MARDI 24 NOVEMBRE

    • 18h – 20h Prélude- Dédicace du roman Les Maquisards de Hemley Boum à l’Hôtel Pullman Douala Rabhinga.

    MERCREDI 25 NOVEMBRE

    • 10h - 17h La librairie Ephémère : Avec la participation d’écrivains et de l’association des Editeurs camerounais (Exposition-vente de livres, animations)
    • 15h30 -17h Conférence interactive L'atelier du mot par Laurence Haxaire : « Comment choisir les mots sans maux, comment s'approprier le pouvoir des mots ? La parole en jeu, jeux d'adultes ».
    • 18h30- 20h Projection cinématographique, entrée gratuite à l’IFC à Akwa : Human. Paroles intimes, les mots de l’humanité par Yann Arthus-Bertrand.
    • 19h30 -21h :Vernissage de l’exposition documentaire Présence Africaine… Une tribune, un mouvement, un réseau. Exposition ouverte jusqu’au 29 novembre 2015
    • 20h30 : Remise de prix aux lauréats des Concours LàD.

    JEUDI 26 NOVEMBRE

    • 10h30 -12h : Visite au Lycée de Grand Souza : Echanges entre les élèves et les écrivaines Hemley Boum, ElisabethTchoungui et Marie-Laure Hubert Nasser
    • 18h30- 20h 00 Conférence : L'œuvre de Amadou Hampate BA chez Présence Africaine- Mme Roukiatou BA, directrice de la Fondation Amadou Hampate BA et M. Kadry YAYA tous deux invités d’honneur,
    • 20h- 21h Performance : Tags, Rap et Slam freestyle avec pour toile de fond « Le Mur des mots »

    VENDREDI 27 NOVEMBRE

    • 10h -12h Visite Lycée d’Akwa :Echanges entre les élèves et les écrivains
    • 12h-18h La librairie Ephémère :Avec la participation d’écrivains et de l’association des Editeurs camerounais (Rencontres et dédicaces)
    • 19h -21h : Lecture croisée Spleen machine & Bamako Climax par les auteures Elizabeth Tchoungui et Marie-Laure Hubert Nasser.

    SAMEDI 28 NOVEMBRE

    • 10h -11h30 Visite d’une bibliothèque / projet Kalati, avec des jeunes soutenus par la Fondation Orange Cameroun.
    • 13h30-17h La librairie Ephémère : Avec la participation d’écrivains et de l’association des Editeurs camerounais (Exposition-vente de livres, animations, rencontres et dédicaces)
    • 17h - 19h Table ronde : Paroles de femmes. La littérature, vecteur idéal pour parler des tabous ? Avec Elizabeth Tchoungui & Hemley Boum, co-auteures de Volcaniques. Une anthologie du plaisir, (Mémoire d’encrier). Avec la participation de Djaïli Amadou Amal (Walaande. L’art de partager un mari).

    DIMANCHE 29 NOVEMBRE

    • 19h - 22h Projection cinématographique à l’IFC, entrée gratuite : Human. Paroles intimes, les mots de l’humanité par Yann Arthus-Bertrand (version intégrale)

    Auteurs, réalisateurs, partenaires, ils témoignent de leur implication...

     

    Elizabeth Tchoungui, auteure, marraine de Lire à Douala 2015

    « La littérature, c'est le plaisir de l'âme »

    « J'ai accepté d'être marraine de Lire à Douala parce que je suis camerounaise, parce qu'il n'y a quasiment plus de librairie au Cameroun, alors qu'on a besoin de mots pour guérir, pour rêver, pour réfléchir, pour vivre. La littérature, c'est le plaisir de l'âme, et je suis très fière qu'on m'ait proposé d'être marraine de cette première édition ».

    Marie-Laure Hubert Nasser, auteure, marraine de Lire à Douala 2015

    « La lecture, ça fait partie de nos gênes »

    « Quand on vit à Bordeaux, on a été élevé à la goutte de trois grands auteurs : Montesquieu, Mauriac et Montaigne. Alors forcément, la lecture, ça fait partie de nos gênes. Est-ce que c'est ça qui m'a donné envie d'écrire ? Je ne sais pas vraiment. En tous cas, ce que je voulais vous dire, c'est que je suis très flattée d'être une des marraines de cette extraordinaire aventure ».

    Hemley Boum, auteure, marraine de Lire à Douala 2015

    « Douala : insoumise, indépendante et en même temps ouverte à l’autre »

    « Etre la marraine de « Lire à Douala » est une joie et un honneur tant j’aime cette ville. J’y ai acquis mon goût pour la littérature, elle nourrit mon imaginaire. Douala : insoumise, indépendante et en même temps ouverte à l’autre parce que forte, ancrée…Authentique. La jeunesse curieuse du monde et laissée sur sa faim se rue sur le moindre évènement culturel, l’adopte et se l’approprie. Gageons que ce qui se prépare pour « Lire à Douala » fera date. »

    Pierre de Gaétan Njikam, adjoint au maire de Bordeaux, en charge des partenariats avec l'Afrique subsaharienne

    « Mettre en avant la dimension culturelle »

    « Bordeaux et Douala partagent depuis de nombreuses décennies des liens humains, économiques et universitaires particulièrement étroits, donc il était temps que la dimension culturelle soit mise en avant, et c'est la raison pour laquelle, par une volonté d'Alain Juppé, j'ai souhaité engager, dans le cadre des partenariats avec l'Afrique subsaharienne, la ville de Bordeaux, dans ce formidable projet de Lire à Douala ».

    Yann Arthus Bertrand, réalisateur de HUMAN

    « Human et Lire à Douala portent les mêmes valeurs »

    « Je suis très heureux que Human soit projeté à l'occasion de la première édition de Lire à Douala, parce que je partage avec vous l'amour pour l'Afrique, l'amour pour les mots, l'amour pour les livres, et sans doute, l'amour pour les gens. Human et Lire à Douala portent les mêmes valeurs : celles de la liberté d'expression, de la tolérance, et de la paix. Ce film est fait pour vous et pour être partagé, merci et très bonne projection ! »

    « LIRE A DOUALA » UNE ASSOCIATION POURQUOI FAIRE ?

    Qu’importe le vers pourvu qu’on ait le texte par Néjib Soussia, président de Lire à Douala, le 1er novembre 2015

    "A l’heure du tout numérique, de l’internet, du texto, du courriel et autres « gazouillis » électroniques, il y a lieu de se demander pourquoi tant d’énergie est dépensée par l’engagement bénévole d’un groupe de membres et sympathisants motivés de cette toute jeune association, et le soutien matériel spontané de quelques grandes entreprises de la place.

    Justement parce que l’avènement, au siècle dernier de l’audiovisuel et du numérique, devenus conquérants, impose une nouvelle forme de communication, certes pratique et rapide dans ce monde qui ne sait plus attendre, mais la phrase bien construite et intelligente cède de plus en plus le pas à des constructions verbales étranges faites de mosaïques de mots, de vocabulaire, pourtant Ô combien riche et nuancé dans la langue de Molière, approximatif, de néologismes barbares, d’expressions parfois inintelligibles et d’anglicismes pas toujours heureux.

    L'expression même de la liberté de l'homme

    En d’autres termes nous passons de l’écriture artisanale, chacun son style et son vocabulaire, à l’écrit préfabriqué, au plagiat encouragé par le copier-coller électronique et le correcteur automatique d’orthographe du traitement de texte. En dehors du confort intellectuel anesthésiant dans lequel nous glissons imperceptiblement, la plupart d’entre nous laissent certainement des plumes dans cette bataille car l’exercice de la lecture, et son corollaire l’écriture, est l’expression même de la liberté de l’Homme, de son imaginaire et de sa pensée.

    C’est en vérité là le moteur inconscient qui a conduit les membres fondateurs de Lire à Douala à cette aventure pour magnifier la lecture d’une langue bien écrite, qu’elle soit imprimée sur du papier ou enregistrée sur un support électronique. Qu’importe le vers pourvu qu’on ait le texte. Lire à Douala n’a pas d’autre prétention que de réunir autour de projets intéressants publics et privés tendant à faciliter l’accès au livre à ceux qui ont des difficultés pour en acquérir afin qu’opère la magie lecteur/auteur et que l’imaginaire, la connaissance, le savoir, puissent circuler entre les hommes.

     

    Une expérience à essaimer

    Pour sa première manifestation publique Lire à Douala a donné une place importante à quatre concours destinés à l’émulation des jeunes, pour les inciter à produire la matière première de la lecture, le texte écrit. Par ailleurs le programme est riche et dense, témoin de l’attente inassouvie. Je souhaite vivement, à une époque où des hommes souffrent parce que d’autres leur refusent cette ouverture de l’esprit et veulent leur imposer des dogmes, que l’expérience Lire à Douala soit une réussite et puisse essaimer ici et ailleurs.

    Malgré sa jeunesse, l’Association a beaucoup d’ambitions et nourrit d’autres projets, notamment avec l’Association Kalati qui réalise déjà des projets intéressants ou la Fondation Orange qui se propose de nous accompagner dans des projets futurs innovants, à Douala et partout ailleurs au Cameroun où les bonnes volontés voudront dupliquer cette expérience. Parce que je suis sûr qu’il y a des Molière, des Francis BEBEY, et des Cheik ANTA DIOP en herbe qui s’ignorent ici et là. Puissions-nous aider modestement à ce qu’ils se révèlent.

    Comme toute œuvre humaine, Lire à Douala aura des insuffisances pour lesquelles je demande l’indulgence de chacun et l’implication de toute bonne volonté pour corriger ou améliorer ce qui doit l’être.

    Avec le grand plaisir de vous Lire… à Douala"
    Néjib SOUSSIA, Président

    Commentaires
     
    Désolé mais le délai de connexion imparti à l'opération est dépassé.