GRILLE DES PROGRAMMES
Monde
Afrique
Mercredi 15 Novembre
Jeudi 16 Novembre
Vendredi 17 Novembre
Samedi 18 Novembre
Aujourd'hui
Lundi 20 Novembre
Mardi 21 Novembre
    Pour profiter pleinement des contenus multimédias, vous devez avoir le plugin Flash installé dans votre navigateur. Pour pouvoir vous connecter, vous devez activer les cookies dans les paramètres de votre navigateur. Pour une navigation optimale, le site de RFI est compatible avec les navigateurs suivants : Internet Explorer 8 et +, Firefox 10 et +, Safari 3 et +, Chrome 17 et + etc.
    Com

    Angélique Kidjo, Isaak de Bankolé, Manu Dibango, Dominic James : Femme Noire au Festival d'Avignon -> 25 et 26 juillet

    «Femme nue, femme noire
    Vêtue de ta couleur qui est vie,
    de ta forme qui est beauté
    J'ai grandi à ton ombre;
    la douceur de tes mains bandait mes yeux
    Et voilà qu'au coeur de l'Eté et de Midi,
    Je te découvre, Terre promise,
    du haut d'un haut col calciné
    Et ta beauté me foudroie en plein coeur,
    comme l'éclair d'un aigle (...) »

    Premiers vers... Quand Léopold Sédar Senghor écrit le poème Femme noire, au lendemain de la seconde guerre mondiale, nul ne connaît encore le destin de ce futur président de la République du Sénégal et encore moins l'oeuvre et le combat pour la langue et le respect de la personne de l'immense homme de lettres qu'il a été. Prenant le titre du poème de celui qui bâtit le concept de négritude, le spectacle de clôture dans la Cour d'honneur de la 71e édition du Festival d'Avignon est une création pour la circonstance, qui réunit la chanteuse béninoise Angélique Kidjo et le comédien ivoirien Isaach De Bankolé autour du verbe lyrique et majestueux de Senghor, accompagnés par le saxophoniste camerounais Manu Dibango, le guitariste congolais Dominic James et le jeune prodige de l'afro trap MHD. Une célébration de la femme africaine, mais plus encore...

    Entre le théâtre et la veillée, le spectacle navigue de la poésie à la chanson, de la chanson à la musique improvisée, de la musique à la parole la plus lettrée, la plus fiévreuse, la plus amoureuse. Mais Senghor n'est pas seulement épris de la reine de Saba : il peint la femme africaine, engagée dans l'action, mère, soeur, fille et amante, qui lance à l'humanité tout entière le défi de sa beauté, de son intelligence et de sa générosité.

    Plus d'informations : http://www.festival-avignon.com/fr/spectacles/2017/femme-noire

    Commentaires
     
    Désolé mais le délai de connexion imparti à l'opération est dépassé.