GRILLE DES PROGRAMMES
Monde
Afrique
Dimanche 23 Juin
Lundi 24 Juin
Mardi 25 Juin
Mercredi 26 Juin
Aujourd'hui
Vendredi 28 Juin
Samedi 29 Juin
    Pour profiter pleinement des contenus multimédias, vous devez avoir le plugin Flash installé dans votre navigateur. Pour pouvoir vous connecter, vous devez activer les cookies dans les paramètres de votre navigateur. Pour une navigation optimale, le site de RFI est compatible avec les navigateurs suivants : Internet Explorer 8 et +, Firefox 10 et +, Safari 3 et +, Chrome 17 et + etc.
    Dernières infos
    Culture

    Vers le désensablement du Mont Saint-Michel

    media Le gué d'accès au bout de la future passerelle (image de synthèse) Feichtinger Architectes, Dietmar Feichtinger architecte Paris/ B

    Le nouveau barrage sur le Couesnon mis en service en septembre 2009 constitue la pièce majeure du rétablissement du caractère maritime du Mont Saint-Michel. La régulation des eaux devant permettre de rejeter progressivement au large les sédiments accumulés dans la baie, menacée d’ensablement total. Au-delà de cette fonction hydraulique, l’ouvrage conçu par l'architecte Luc Weizmann a également vocation à révéler les dimensions esthétique et spirituelle d’un site classé par l’Unesco au double titre de patrimoine culturel et naturel.

    Avec Laurent Beauvais, président du syndicat mixte de la Baie du Mont Saint-Michel, on peut dire que « le rétablissement du caractère maritime du mont Saint-Michel – si longtemps objet de réflexion et de discussions - a commencé en cet été 2009 avec l’achèvement du barrage ». Construit sur trois ans, de juin 2006 à juin 2009, le barrage sur le Couesnon n’est que la première grande réalisation d’un projet qui en comporte deux autres.Le deuxième gros investissement, lui aussi sous la maitrise d’ouvrage du syndicat mixte, permettra de faire disparaître les voitures particulières et cars jusque là stationnés au pied du mont, grâce à la réalisation  d’une « jetée », un pont-passerelle pour l’accès piéton – ou par navette - des touristes au Mont.

    Lesquels touristes, contrairement à aujourd'hui, auront laissé leurs véhicules – voitures, autocars, motos et bicyclettes - dans un nouveau parking localisé à hauteur du barrage, à deux kilomètres du Mont. Cette troisième « opération lourde » sera confiée à une délégation de Service public, ainsi que la navette et le mode de transfert des touristes vers le Mont-Saint-Michel

    En dépit du goût exquis de la viande de ces fameux « agneaux de pré salé », il faut savoir en effet que les experts ont mis en évidence qu’en l’absence d’intervention, le Mont serait entouré d’herbus en 2042. « Et si cela arrivait, indique François-Xavier de Baulaincourt, on pense que le Mont ne serait plus lisible, au sens intellectuel et esthétique du terme. On ne comprendrait plus ‘pourquoi il y a ce joli tas de cailloux construit là’. Il y a un lien ‘quasiment filial’ entre la baie et le Mont ». Et de rappeler que « si le Mont-St-Michel est classé au patrimoine de l’Unesco, il l’est à un double titre : patrimoine culturel, le rocher, mais aussi naturel, la baie. Et l’ambition du projet c’est de maintenir ce lien entre le rocher et la baie ».  

    Une complexité inouie

    Luc Weizmann Danielle Birck/RFI

    Un sens « intellectuel et esthétique » du site que Luc Weizmann, l’architecte auquel a été confiée la réalisation du barrage a totalement intégré dans son projet. « Je me suis rendu compte au fil du temps qu’un des grands enjeux était de ne pas le résumer à sa seule fonctionnalité technique première qui est de gérer les eaux. Ce qui m’a beaucoup intéressé en tant qu’architecte, - je n’avais jamais travaillé sur un barrage – c’était de voir comment un équipement  technique pouvait prendre une dimension culturelle et un sens qui soit en rapport avec le génie du lieu et la particularité du site ».

    Un site qui pour lui est en fait « d’une complexité inouïe, au niveau administratif comme au niveau biologique, à toutes les échelles, du territoire, de la géographie, voire du cosmos.  Il y a un rapport au temps dans ce site extrêmement particulier, c’est un endroit où on sent la pulsation du temps, un temps qui est lent, pas forcément celui de la société occidentale contemporaine, ou, disons, des urbains que nous sommes », conclut-il.

    Une vanne du barrage ouverte Daniel Fondimare

    Pour concilier (réconcilier) fonctionnalité technique et dimension spirituelle du site, c’est un ouvrage « double face » qu’a réalisé Luc Weizmann et son équipe (1). L’ensemble des équipements mécaniques, le système de vannes chargées de stocker les eaux à marée montante et de les lâcher à marée descendante, a été mis du côté du Couesnon canalisé « avec cette idée que cette volonté de maitriser la nature par la machine, finalement, était en résonnance avec le canal construit au XIXe siècle ». 
    Tandis que du côté du Mont, au contraire, le paysage a été complètement dégagé de l’aspect mécanique au profit d’un « balcon maritime », un espaceen bois - du chêne de Normandie - , une sorte de ponton  faisant référence à l’univers des bateaux, projeté au dessus de l’eau, vers le Mont Saint Michel. Des gradins y ont été aménagés formant une sorte d’amphithéâtre susceptible d’accueillir des manifestations culturelles et artistiques.

    Une machine à révéler

    Les vannes du barrage. Danielle Birck/RFI

    Avec le barrage et son ponton, c’est en fait un  nouveau lieu et une nouvelle approche du Mont qui sont créés. Avec toutes ses résonnances concrètes et symboliques : trait d’union entre la Normandie et la Bretagne, entre un univers commerçant, celui de La Caserne – du nom de l’ancien barrage - avec ses hôtels et restaurants, « et la façon dont le commerce s’agrège sur le flux des visiteurs depuis des décennies », et celui des polders, « un monde paysan gagné sur la mer, deux réalités du rapport de l’homme avec la nature », souligne Luc Weizmann.

    aussi, ajoute l’architecte, « cette réalité entre le nord et le sud. Au sud l’intérieur des terres avec le Couesnon canalisé sur cinq kilomètres, un paysage magnifique et absolument directif, et au nord, au contraire, les divagations du Couesnon, qui font partie de l’imaginaire de la baie du Mont-Saint-Michel, avec cet univers d’incertitude, de risque, de sables mouvants, et l'imaginaire collectif qui s’y rattache ». Un ensemble « extrêmement signifiant » susceptible de faire du barrage  « un  lieu de regroupement qui pourrait constituer pour les visiteurs un lieu de contemplation précédant l’arrivée au Mont ». 

    « Au fond, conclut-il, c’est une machine à révéler. Révéler le Mont dans sa baie, révéler peut-être un état antérieur rêvé du Mont dans son rapport à ces énergies naturelles qui l’entourent, révélation d’une dimension plus contemplative, moins immédiate,qui s’est perdue au fil du temps au profit d’une dimension plus commerciale, plus utilitaire »…

    Le Mont-Saint-Michel accueille chaque année quelque trois millions de visiteurs et jusqu’à six mille par jour dans les périodes de pointe. Leur déversement actuel au pied du Mont crée un véritable engorgement du lieu. Si le barrage va permettre de réguler le flux des eaux, l’ensemble des réalisations – barrage, le pont-passerelle, et le parc de stationnement – qui devrait être achevé pour la saison touristique 2015, permettra lui de réguler le flux des visiteurs, en l’étalant dans le temps et l’espace, avec la dispersion des points de vue sur plus de deux kilomètres, du parking/station d’accueil à l’entrée du Mont-Saint-Michel. Lequel pourrait même voir sans dommage le nombre de ses visiteurs augmenter, bien qu’officiellement ce ne soit pas le but recherché.

     

    (1Luc Weizmann a travaillé avec des ingénieurs et plusieurs corps de métiers - hydrauliciens, mathématiciens, mécaniciens, etc. – avec deux bureaux d’études, BRL Ingénierie, spécialisé dans les barrages dans le monde entier, en hydraulique et en génie civil, et SPRETEC, basé à Grenoble et spécialisé en équipements électromécaniques, ainsi qu’une équipe environnementaliste, ANTEA, et un paysagiste Bernad Lanctuit.

    Sur le même sujet

    Republier ce contenu

    X

    Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

    Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

    Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.

    Republier ce contenu

    X

    Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

    Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

    Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.

     
    Désolé mais le délai de connexion imparti à l'opération est dépassé.