GRILLE DES PROGRAMMES
Monde
Afrique
Vendredi 8 Novembre
Samedi 9 Novembre
Dimanche 10 Novembre
Lundi 11 Novembre
Aujourd'hui
Mercredi 13 Novembre
Jeudi 14 Novembre
    Pour profiter pleinement des contenus multimédias, vous devez avoir le plugin Flash installé dans votre navigateur. Pour pouvoir vous connecter, vous devez activer les cookies dans les paramètres de votre navigateur. Pour une navigation optimale, le site de RFI est compatible avec les navigateurs suivants : Internet Explorer 8 et +, Firefox 10 et +, Safari 3 et +, Chrome 17 et + etc.
    Science

    Consommer du porc ne présente aucun risque

    media AFP

    L’Organisation mondiale de la Santé (OMS), l'Organisation des Nations unies pour l'alimentation (FAO) l'Organisation mondiale du commerce (OMC) et l’Organisation mondiale de la santé animale (OIE) : ces 4 instances internationales ont dénoncé dans un communiqué commun les différentes mesures de boycott de la viande de porc prises par certains pays. Mesures totalement injustifiées selon elles...

     

    D'une seule et même voix, les quatre organisations mondiales affirment que « le virus de la grippe A h1n1 ne se transmet pas par la nourriture ». Les organisations mondiales expliquent que la viande n’est pas source de contamination dès lors qu’elle est préparée selon les règles d’hygiène de base.

    Sur le site de l’OMS on apprend que le virus de la grippe est tué par des températures de cuisson de 70 degrés, qui correspondent aux instructions généralement données pour la préparation de la viande de porc et autres viandes. A ces températures, tout virus pouvant se trouver dans un produit carné devient inactif.

    Interdire la consommation : mesure scientifiquement infondée

    De nombreux médecins, vétérinaires, spécialistes des épidémies vont plus loin et rappellent que ce type de grippe s’attrape uniquement par voie respiratoire, au contact d’autres malades et en aucun cas par l’alimentation. Selon eux, toute mesure de boycott de viande de porc est donc totalement inutile, infondée scientifiquement.

    Les éleveurs et différents professionnels des filières de viande espèrent maintenant que ces voix de la raison seront entendues au moment où une quinzaine de pays dont la Chine et la Russie ont interdit ou imposé des restrictions sur l’importation de viande de porcs ou de produits dérivés.

    Sur le même sujet

    Republier ce contenu

    X

    Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

    Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

    Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.

    Republier ce contenu

    X

    Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

    Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

    Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.

     
    Désolé mais le délai de connexion imparti à l'opération est dépassé.