GRILLE DES PROGRAMMES
Monde
Afrique
Jeudi 19 Septembre
Vendredi 20 Septembre
Samedi 21 Septembre
Dimanche 22 Septembre
Aujourd'hui
Mardi 24 Septembre
Mercredi 25 Septembre
    Pour profiter pleinement des contenus multimédias, vous devez avoir le plugin Flash installé dans votre navigateur. Pour pouvoir vous connecter, vous devez activer les cookies dans les paramètres de votre navigateur. Pour une navigation optimale, le site de RFI est compatible avec les navigateurs suivants : Internet Explorer 8 et +, Firefox 10 et +, Safari 3 et +, Chrome 17 et + etc.
    Europe

    Le satellite européen SMOS lancé avec succès

    media Satellite SMOS. SMOS

    Le satellite scientifique de l’Agence spatiale européenne, SMOS (Soil Moisture and Ocean Salinity), a été lancé dans la nuit de dimanche à lundi depuis la base de Plessetsk, dans le nord de la Russie. Il va étudier l’évolution de la salinité des océans ainsi que l’humidité des sols, pour mieux analyser par la suite l’évolution du réchauffement climatique de notre planète.

    Ce satellite est en quelque sorte l’enfant prodigue des spécialistes de l’ESA, l’Agence spatiale européenne, du CNES, l’agence française de l’espace, du CDTI, qui est l’organe espagnol des affaires spatiales, et de l’IFREMER, l’Institut français de recherches pour l’exploitation de la mer. Et son nom, SMOS, signifie tout simplement dans la langue de Shakespeare, « humidité des sols » et « salinité des océans ».

    Pour analyser tous les paramètres nécessaires à sa mission, SMOS placé en orbite circulaire à 755 km d’altitude, passera son existence à tourner autour de la Terre de manière à toujours observer les mers et les terres exposées au soleil sur une orbite dans ce cas dite « héliosynchrone ».

    Les mesures qu’il prendra durant ses 3 années de vie – 5 années si tout va bien – devraient permettre de mieux suivre les courants marins qui, comme le Gulf Stream, jouent un rôle primordial dans les changements climatiques.

    Et côté sol, en examinant l’évolution de l’humidité et l’évolution du couvert végétal, il nous fera mieux comprendre les phénomènes d’évaporation et d’infiltration de l’eau à la surface des continents.

    Chronologie et chiffres clés

    Republier ce contenu

    X

    Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

    Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

    Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.

    Republier ce contenu

    X

    Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

    Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

    Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.

     
    Désolé mais le délai de connexion imparti à l'opération est dépassé.