GRILLE DES PROGRAMMES
Monde
Afrique
Mercredi 14 Février
Jeudi 15 Février
Vendredi 16 Février
Samedi 17 Février
Aujourd'hui
Lundi 19 Février
Mardi 20 Février
    Pour profiter pleinement des contenus multimédias, vous devez avoir le plugin Flash installé dans votre navigateur. Pour pouvoir vous connecter, vous devez activer les cookies dans les paramètres de votre navigateur. Pour une navigation optimale, le site de RFI est compatible avec les navigateurs suivants : Internet Explorer 8 et +, Firefox 10 et +, Safari 3 et +, Chrome 17 et + etc.

    1. Lam Duc Hien

    Yasmine Chouaki.

    Né à Paksé au Laos, sur les rives du Mékong, d’une famille d’origine vietnamienne, Lâm Duc Hiên est un fils du fleuve qui a l’art de se faire oublier. Il grandit au Laos, n’aime pas l’école. Enfant, il participe tôt à l’économie familiale, nounou de ses jeunes frères et soeurs, passeur de devises, contrebandier ou mécano. Avec la victoire du Pathet-Lao, sa famille choisit l’exil. Traversée de nuit du Mékong pour la Thaïlande. Deux dures années de camp de réfugiés, où l’armée thaïlandaise n’est pas tendre. Il s’évade deux fois. Arrivé en France en 1977, il apprend la langue et obtient son diplôme des Beaux-arts. Il veut devenir photographe. En 1990, il accompagne des associations humanitaires en Roumanie, en Russie, et au Kurdistan Irakien. à partir de
    ce moment, ses images seront publiées dans la presse (US News, Newsweek, Times Asia, GEO Magazine, Paris Match, Le Monde, Libération, La Croix, Animan) et feront l’objet d’ouvrages témoignant des conditions de vie des enfants en détresse.
    Reporter sans frontières, arpenteur du chaos humanitaire, il s’est intéressé depuis plusieurs années à ses racines de l’autre rive et au destin des grands fleuves du monde. Lâm Duc Hiên est l’auteur de sept ouvrages et d’un film documentaire : Le Mékong et le Photographe. Son exposition Mékong Histoires d'hommes se tient au Jardin du Luxembourg jusqu'au 6 janvier.

    Les choix musicaux de Lam Duc Hien

    Prochaine émission

    Monica Pereira

    Monica Pereira
    Il y a du baobab dans l’air, qui balance entre Sao-Tome et Bissau. Il y a aussi du Soleil féminin qui vient frapper tambour, parce que tristesse gigantesque, haute comme un baobab. Je ne sais pas comment on dit bonjour à la tristesse, (…)
    • Cécile Ladjali

      Cécile Ladjali

      Il y a des biographies trouées qui font des romans pleins. C’est la sensation que m’a laissée Shâb ou la nuit, l’un des romans de …

    • Michel Vergé-Franceschi

      Michel Vergé-Franceschi

      Cette petite île étonnera le monde: ainsi parlait Jean-Jacques Rousseau de la Corse. Cette phrase, pas tombée dans l’oreille d’un sourd, …

    • Souheila Yacoub

      Souheila Yacoub

      C’est une révélation théâtrale qui s’appelle Souheila Yacoub. Belle, belle, belle comme le jour et comme l’amour... 25 ans, …

    • Aïssata Seck

      Aïssata Seck

      Je vais vous faire une confidence: mon oeil a été attiré par un nom dans la presse avec ce titre Aïssata Seck, Marianne noire. Beau titre, mais …

    • Constantin Alexandrakis

      Constantin Alexandrakis

      Il a un nom grec, un père grec, un grand-père grec et une paire de problèmes avec la Grécitude. Et si vous étiez Grecs vous-mêmes, …

    • Marguerite Abouet

      Marguerite Abouet

      La vie comme un long fleuve joyeusement intranquille, du côté de Yopougon. La vie comme une immense bande dessinée à flâner avec ces …

    • Marine Bachelot-Nguyen

      Marine Bachelot-Nguyen

      Marine Bachelot-Nguyen vient de Bretagne (en France). Oui, mais avant ? Avant quoi ? Ben, tu vois ce que je veux dire... Non, je préfère pas. Marine Bachelot-Nguyen, …

    1. 1
    2. 2
    3. 3
    4. ...
    5. Suivant >
    6. Dernier >
    Les émissions
    Commentaires
     
    Désolé mais le délai de connexion imparti à l'opération est dépassé.