GRILLE DES PROGRAMMES
Monde
Afrique
Vendredi 22 Mars
Samedi 23 Mars
Dimanche 24 Mars
Lundi 25 Mars
Aujourd'hui
Mercredi 27 Mars
Jeudi 28 Mars
    Pour profiter pleinement des contenus multimédias, vous devez avoir le plugin Flash installé dans votre navigateur. Pour pouvoir vous connecter, vous devez activer les cookies dans les paramètres de votre navigateur. Pour une navigation optimale, le site de RFI est compatible avec les navigateurs suivants : Internet Explorer 8 et +, Firefox 10 et +, Safari 3 et +, Chrome 17 et + etc.
    Dernières infos
    Europe

    Festivités historiques

    media Des milliers de personnes se pressent pour admirer les dominos géants sur le tracé du Mur, le 8 novembre 2009. AFP

    Les festivités marquant les 20 ans de la chute du Mur ont démarré ce lundi.  La cérémonie nocturne organisée Porte de Brandebourg, symbole du passage entre les deux parties de la ville réunifiée, marquera le point d’orgue de cette date historique. Les Allemands restent partagés sur les retombées de la réunification. 
     

    Avec notre envoyée spéciale à Berlin, Heike Schmidt

    Angela Merkel, elle-même originaire de la RDA, ouvrira le bal des festivités. Avec le dernier dirigeant soviétique, Mikhaïl Gorbatchev, la chancelière allemande traversera le point de passage Bornholmer Strasse, l’un des premiers à s’ouvrir en 1989. Dans la soirée, la fête de la liberté devrait attirer les foules. Elle débutera avec un concert donné en plein air par la Staatsoper Berlin, sous la baguette de l’Israélo-Argentin Daniel Barenboïm.

    Les dirigeants des quatre puissances qui occupaient la ville vaincue prendront la parole : les présidents russe et français Dimitri Medvedev et Nicolas Sarkozy, ainsi que le Premier ministre britannique Gordon Brown et la secrétaire d’Etat américaine Hillary Clinton.

    Chaque pays de l’Union européenne, élargie à 27 membres après la disparition du Rideau de fer, sera représenté.

    Un millier de dominos géants en polystyrène ont été installés au centre-ville, sur l’ancien tracé du Mur qui divisa la ville de 1961 à 1989. Alignées sur 1,5 km, notamment le long des édifices les plus emblématiques de Berlin comme la Porte de Brandebourg et le Reichstag, les stèles colorées de 2,5 m et toutes décorées de motifs différents s’écrouleront lundi soir sous l’impulsion de l’ex-leader polonais anticommuniste Lech Walesa, pour symboliser l’effondrement du Mur. Cette galerie en plein air a été confectionnée par quinze mille personnes dans le monde entier.

    La fête diplomatico-populaire culminera à la Porte de Brandebourg où un grand feu d’artifice et une chaîne humaine formée par des milliers d’Allemands et d’étrangers venus à Berlin pour se rappeler ce jour historique du 9 novembre 1989, constitueront le point d’orgue de la cérémonie.

    La municipalité attend 100 000 personnes pour les festivités nocturnes. Les hôtels ont été pris d’assaut par les touristes et des hordes de journalistes venus du monde entier pour alimenter moult émissions spéciales.

    Conférences, expositions ou grand spectacle son et lumière: les capitales européennes seront lundi au diapason de Berlin, au nom de la liberté et de la solidarité, pour les 20 ans de la chute du Mur, un événement qui remodela l’Europe et le monde.

    Sondage, 20 ans après : au Mur a succédé un fossé

    Avec notre correspondant à Berlin, Pascal Thibaut

    Vingt ans après, huit Allemands sur dix saluent la chute du Mur. Ils sont 12% des deux côtés de l’ancienne frontière à être d’un avis contraire. Les résultats de ce sondage au sujet de la réunification allemande sont du même ordre, des résultats stables depuis vingt ans.

    Cette acceptation globale laisse néanmoins transparaître des différences d’appréciation sur l’évolution du pays depuis. Si une majorité d’Allemands considèrent que les avantages l’emportent sur les aspects négatifs, ils sont plus nombreux à l’Est à déplorer une montée en puissance des inégalités sociales.

    Alors qu’un dernier bilan chiffre les transferts publics au profit de l’ex-RDA depuis vingt ans à 1 300 milliards d’euros, les habitants des deux parties de l’Allemagne divergent sur le point de savoir qui a le plus profité de la réunification.

    Six Allemands de l’Ouest sur dix, les plus mis à contribution, estiment que leurs compatriotes de l‘Est ont le plus profité des deux dernières décennies.

    Ces derniers font une analyse opposée. Ce que traduit le sentiment fréquent chez beaucoup d’entre eux d’être encore des citoyens de seconde zone.

    Au mur a succédé un fossé, si on en croit les Allemands. 60% d’entre eux, des deux côtés du Mur, estiment que les différences l’emportent aujourd’hui sur les points communs entre l’Est et l’Ouest.

    Republier ce contenu

    X

    Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

    Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

    Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.

    Republier ce contenu

    X

    Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

    Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

    Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.

     
    Désolé mais le délai de connexion imparti à l'opération est dépassé.