GRILLE DES PROGRAMMES
Monde
Afrique
Mardi 17 Septembre
Mercredi 18 Septembre
Jeudi 19 Septembre
Vendredi 20 Septembre
Aujourd'hui
Dimanche 22 Septembre
Lundi 23 Septembre
    Pour profiter pleinement des contenus multimédias, vous devez avoir le plugin Flash installé dans votre navigateur. Pour pouvoir vous connecter, vous devez activer les cookies dans les paramètres de votre navigateur. Pour une navigation optimale, le site de RFI est compatible avec les navigateurs suivants : Internet Explorer 8 et +, Firefox 10 et +, Safari 3 et +, Chrome 17 et + etc.
    Dernières infos
    Culture

    Emmaüs-Avenir

    media Façade d'Emmaüs-Avenir Emmaüs

    Une nouvelle structure de récupération et de recyclage créée par Emmaüs à l’est de Paris sera inaugurée officiellement le 30 novembre 2009. Soixante ans après leur création par l’Abbé Pierre, les communautés de Neuilly-Plaisance et Neuilly-sur- Marne, ont uni leurs efforts pour mettre sur pied une plateforme destinée à valoriser les dons des particuliers et réduire la quantité de déchets. Un lieu où se conjuguent développement durable et économie solidaire.

    Emmaüs

    La récupération est depuis l’origine au coeur de l'activité d'Emmaüs, avec le textile. S'il continue de représenter une part non négligeable de l’activité des communautés, celle-ci   s’est bien vite élargie à tous types de produits et objets : meubles, électro-ménager, cycles, livres, etc. En France,  les 117 communautés récoltent chaque année plus de 3 millions de m3 de marchandises qu’il faut traiter. Ce à quoi répond le nouveau site de Neuilly-Plaisance qui centralise un certain un certain nombre d'activités menées jusque là par les deux communautés mères d'Emmaüs, Neuilly-Plaisance et Neuilly-sur-Marne.

    Mutualiser

    On y trouve sur un même espace aire de stationnement et quai de réception pour les camions, zones de tri, ateliers de restauration (meubles, vélos, électro-ménager), plateforme de déchetterie pour les produits non réparables.

    Cette dernière constitue une avancée importante en permettant à la fois de rationnaliser et valoriser le  traitement des déchets par un tri sélectif à grande échelle, de « massifier » leur transfert par bennes (vers les filières de récupération, comme Eco-systèmes pour les déchets d’équipements électriques et électroniques en fin de vie (DEEE), et de faire en sorte qu’ils « rapportent » (quelque 2500 à 3000 euros par mois), au lieu de « coûter » aux communautés qui en sont ainsi déchargées. 

    Au total, de quoi occuper vingt compagnons en permanence, dont une dizaine hébergés sur place, sous la houlette de deux responsables des communautés de Neuilly-Plaisance et Neuilly-sur-Marne, Olivier Galland et Richard Herry, détachés sur le nouveau site.

    C’est sur une ancienne entreprise de matériel informatique que cette extension logistique (3000m²) des deux communautés a été créée. « Un énorme investissement de plus de deux millions d’Euros, réalisé avec un emprunt sur 30 ans qui pèse sur les deux communautés, auquel il faut associer Emmaüs Paris », souligne Olivier Galland. Le projet a également bénéficié de 70 millions d’euros de subvention d’équipement de la part de Gaz de France et du Conseil régional du département de Seine-Saint-Denis (93).

    Logique d’entreprise et exemplarité
     

    Danielle Birck/ RFI

    Pourquoi un tel investissement ? « La mutualisation des moyens était devenue une nécessité pour répondre aux besoins en capacité d’accueil et de traitement des objets et des déchets », explique Richard Herry. Les deux communautés étaient en effet arrivées à saturation des dons, et faute de place, devaient même parfois les refuser. Alors qu’il faut faire face « à la concurrence des brocanteurs et vide-greniers, relever le niveau des ventes – moins 8% en 2008 -  tout en gardant cette exemplarité d’Emmaüs ». Bref, évoluer et adopter « une logique d’entreprise » pour réduire les coûts, et optimiser les moyens, sans déroger aux principes fondateurs. 

    Exemplarité d’Emmaüs, c'est-à-dire l’accueil inconditionnel des compagnons et leur « re-socialisation » (un terme qu’Olivier Gallant préfère à celui de réinsertion) par le biais du travail dans les communautés. C’est pourquoi  formation et insertion constituent deux axes prioritaires de la nouvelle structure. De Neuilly-Plaisance. Il s’agit de faire en sorte que, pour les personnes en voie de réinsertion, Emmaüs Avenir soit « un point de départ professionnalisant », pour reprendre la formule de Richard Herry, et, à terme un véritable « pôle régional de formation » pour l’ensemble des communautés Emmaüs d’Ile-de-France.
     

    Pavillon Emmaüs de Neuilly-Plaisance Emmaüs

    Une ambition qui devrait se trouver confortée par la récente reconnaissance officielle du statut particulier des communautés Emmaüs. Ce que l’Abbé Pierre avait en vain réclamé aux gouvernements successifs, un décret daté du 14 juillet 2009 l’a enfin accordé. C’est un vote unanime avec applaudissements qui a accueilli l’amendement (à la loi du 1er décembre 2008 sur le RSA – revenu de solidarité active - et les politiques d’insertion) consacrant légalement une « organisation d’accueil communautaire et d’activité solidaire ». S’agissant, bien sûr, de mouvements laïques. 

    Pour le président d’Emmaüs France, Christophe Deltombe, cette légalisation devrait permettre de « créer des droits nouveaux pour les compagnons et, entre autres, faciliter leur accès à la formation ».

    La petite maison dans le jardin

    Avant de revenir sur Paris, détour par la « maison-mère » d’Emmaüs à Neuilly-Plaisance. Ce pavillon, loué depuis 1946 et acheté en 1949 par l’Abbé Pierre avec ses indemnités parlementaires (il est député de Meurthe-et-Moselle) plus  quelques aides décisives et dans lequel il a en quelque sorte fondé le mouvement Emmaüs.  
     

    C’est là, dans le jardin derrière la maison, à l’écart des différents « magasins », vastes hangars qui abritent meubles et objets à la vente, qu’on peut voir un autre projet de la communauté de Neuilly-Plaisance, cette fois en matière d’habitat. Le logement, qui depuis le fameux « coup de gueule » de l’Abbé Pierre pendant le mortel hiver de 1954, est un des axes majeurs de l’activité d’Emmaüs, avec notamment Emmaüs-Habitat qui gère quelque 13 000 logements sociaux.  

    Aujourd’hui, il s’agit du prototype d’un chalet de bois conçu par l’architecte Jean-Pierre Le Bail et réalisé avec des palettes. Des matériaux de récupération, certes, mais aux normes, avec des palettes certifiées Epa , « aussi solides que de la brique », indique Erwann Briand un des responsables de la communauté. Quant à l’isolation en ouate de cellulose, elle garantit « 22° à l’intérieur ». On peut vérifier en visitant ce modèle qui comporte deux appartements avec toilettes et salle de bain communes et qu’occupent deux compagnons. Prix coutant : 15 000 euros. C'est-à-dire bien moins cher, par exemple, que les préfabriqués mis en place dans les villages d’insertion pour les Roms dans certaines villes de banlieue.

    Là, par contre, il s’agit de constructions faites pour durer, qui peuvent donc s’inscrire dans un projet d’habitat social mis en œuvre par une collectivité locale et qui peuvent aussi être déclinées en plusieurs dimensions, y compris en hangars ou salles de classes. N’y a-t-il pas d’ailleurs un abri pour les chèvres dans le jardin ? « Oui, il y a des enfants qui viennent jouer », confirme un compagnon…

    Une arme contre le mal-logement – qui concerne quelque 10 millions de Français – la construction de ces chalets pourrait aussi être un outil d’insertion, comme le souhaite le maître d’œuvre, Emmaüs. 

    Danielle Birck/ RFI

     

     

    Le défilé Emmaüs en images

    Republier ce contenu

    X

    Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

    Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

    Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.

    Republier ce contenu

    X

    Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

    Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

    Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.

     
    Désolé mais le délai de connexion imparti à l'opération est dépassé.