GRILLE DES PROGRAMMES
Monde
Afrique
Samedi 8 Décembre
Dimanche 9 Décembre
Lundi 10 Décembre
Mardi 11 Décembre
Aujourd'hui
Jeudi 13 Décembre
Vendredi 14 Décembre
    Pour profiter pleinement des contenus multimédias, vous devez avoir le plugin Flash installé dans votre navigateur. Pour pouvoir vous connecter, vous devez activer les cookies dans les paramètres de votre navigateur. Pour une navigation optimale, le site de RFI est compatible avec les navigateurs suivants : Internet Explorer 8 et +, Firefox 10 et +, Safari 3 et +, Chrome 17 et + etc.
    Asie-Pacifique

    15 ans de prison pour le fondateur d'un site internet

    media

    Il y a ce qui se dit à Pékin et ce qui se passe à Lhassa. Dans ses déclarations, Barack Obama a défendu les libertés d’expression et d’accès à l’information notamment sur internet. Un message qui visiblement n’a pas été entendu

    puisque que le fondateur d’un site littéraire tibétain vient d’être condamné à 15 ans de prison. Il a également vivement encouragé le président chinois à renouer le dialogue avec le Dalaï Lama.

    Quinze ans de prison pour divulgation de secrets d’Etat. La sentence est malheureusement banale en Chine lorsqu’il s’agit de cyberdissidents.

    Agé de 39 ans, Konchok Tsephel était détenu par la police depuis le 26 février dernier. Le groupe d’exilés tibétains à l’origine de l’information a attendu l’arrivée de Barack Obama en Chine pour la diffuser.

    Selon l’association CIT (Campagne internationale pour le Tibet), basée à Washington, la famille du condamné a été convoquée jeudi dernier pour entendre le verdict, après neuf longs mois de détention à l’isolement complet et un procès à huis-clos.

    Secrets d’Etat, c’est d’abord le contenu du site internet fondé par Konchok Tsephel qui est contesté par les autorités communistes. Le site Chome (lampe à beurre) est en effet très influent auprès des intellectuels et d’une partie de la jeunesse tibétaine. On y trouvait depuis 2005 des articles sur l’art et la littérature tibétaine, mais aussi plus récemment des informations sur les manifestations antichinoises à Lhassa et dans les régions voisines du Tibet.

    Au pays des neiges, peut-être encore plus que dans le reste de la Chine, l’internet est très surveillé. Le site a déjà été fermé à plusieurs reprises l’an passé.

    Chronologie et chiffres clés
    Commentaires

    Republier ce contenu

    X

    Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

    Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

    Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.

    Republier ce contenu

    X

    Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

    Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

    Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.

     
    Désolé mais le délai de connexion imparti à l'opération est dépassé.