GRILLE DES PROGRAMMES
Monde
Afrique
Samedi 7 Décembre
Dimanche 8 Décembre
Lundi 9 Décembre
Mardi 10 Décembre
Aujourd'hui
Jeudi 12 Décembre
Vendredi 13 Décembre
    Pour profiter pleinement des contenus multimédias, vous devez avoir le plugin Flash installé dans votre navigateur. Pour pouvoir vous connecter, vous devez activer les cookies dans les paramètres de votre navigateur. Pour une navigation optimale, le site de RFI est compatible avec les navigateurs suivants : Internet Explorer 8 et +, Firefox 10 et +, Safari 3 et +, Chrome 17 et + etc.
    Amériques

    Fritz Henderson quitte la direction de General Motors

    media Fritz Henderson, ex-PDG de General Motors, à Detroit aux Etats-Unis, le 27 avril 2009. (Photo : AFP)

    Le directeur général de General Motors, Fritz Henderson, a démissionné de son poste ce mardi. Après sa faillite, le constructeur automobile s'est engagé dans un processus de restructuration et de repositionnement sur le marché américain, avec le soutien de l'Etat, désormais actionnaire principal de la firme.

    Avec notre correspondant à Washington, Pierre-Yves Dugua

    Le conseil d’administration de General Motors veut radicalement transformer le constructeur automobile et il a jugé mardi, sans prendre pour autant ses ordres à la Maison Blanche, que Fritz Henderson, patron de GM depuis avril et auparavant numéro 2 du groupe, n’était plus l’homme idéal pour réussir cette rupture.

    La démission surprise d’Henderson pose un énorme problème car le président du conseil d’administration de la firme, qui va assurer l’intérim, n’a aucune expérience dans l’automobile. Et aucun candidat évident ne s’impose pour prendre le relais.
    L’Etat américain a accordé 50 milliards de dollars d’aides directes à General Motors, au point d’en devenir le principal actionnaire. Le constructeur a certes effacé ses dettes privées, grâce à un dépôt de bilan de cinq semaines au début de l’été, mais ses parts de marché reculent toujours, notamment au profit de Ford qui n’a pas connu la faillite.

    A la recherche d’une stratégie aux Etats-Unis débouchant sur une offre de véhicules adaptés à la nouvelle demande, General Motors doit aussi clarifier ses intentions en Europe car, après bien des hésitations -qui lui ont valu beaucoup de critiques-, GM a choisi de conserver Opel mais de céder, voire de liquider Saab.
     

    Chronologie et chiffres clés
    Commentaires

    Republier ce contenu

    X

    Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

    Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

    Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.

    Republier ce contenu

    X

    Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

    Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

    Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.

     
    Désolé mais le délai de connexion imparti à l'opération est dépassé.