GRILLE DES PROGRAMMES
Monde
Afrique
Jeudi 19 Septembre
Vendredi 20 Septembre
Samedi 21 Septembre
Dimanche 22 Septembre
Aujourd'hui
Mardi 24 Septembre
Mercredi 25 Septembre
    Pour profiter pleinement des contenus multimédias, vous devez avoir le plugin Flash installé dans votre navigateur. Pour pouvoir vous connecter, vous devez activer les cookies dans les paramètres de votre navigateur. Pour une navigation optimale, le site de RFI est compatible avec les navigateurs suivants : Internet Explorer 8 et +, Firefox 10 et +, Safari 3 et +, Chrome 17 et + etc.
    Dernières infos
    Amériques

    Climat : la fin de l’exception américaine ?

    media REUTERS

    Barack Obama avait promis une « nouvelle ère » sur le changement climatique. Il arrive à Copenhague la semaine prochaine sans avoir réussi à faire voter une loi sur la réduction des émissions de gaz à effet de serre.

    Au lendemain de son élection, Barack Obama avait promis une « nouvelle ère » sur le changement climatique, en s’engageant à faire de la lutte contre le réchauffement de la planète une des priorités de son mandat. « Il y a peu de défis plus urgents que de combattre le changement climatique, déclarait le président élu le 17 novembre 2008 à Chicago. Dès que je prendrai mes fonctions, vous pouvez être assurés que les Etats-Unis reprendront leur place dans les négociations mondiales ».

    Un an plus tard, le temps des envolées lyriques est révolu. Barack Obama s’apprête à se rendre à Copenhague le 18 décembre, alors qu’il n’a toujours pas réussi à faire adopter une loi sur le climat par le Congrès et que l’avenir de la planète a été relégué au second plan de ses priorités.

    L’attentisme des années Bush

    Ce nouveau ton avait pourtant représenté une véritable révolution culturelle, après le déni et l’attentisme des années Bush. « Si on avait ratifié le protocole de Kyoto, cela aurait coûté beaucoup d’emplois à l’Amérique, lançait George Bush, lors d’un débat télévisé pour sa réélection en 2004. C’est un de ces accords qui vous rendent populaires en Europe, mais cela nous aurait coûté trop cher. » À cet argument économique, l’ancien hôte de la Maison blanche avait ajouté une bonne dose de scepticisme sur l’origine humaine du réchauffement climatique.

    Initiatives locales dans les Etats américains

    Malgré la position officielle de Washington, les Etats-Unis, deuxièmes pollueurs de la planète - ils ont été supplantés depuis peu par la Chine - ne sont cependant pas restés inactifs. Les initiatives locales se sont multipliées ces huit dernières années pour tenter de réduire les émissions de gaz à effet de serre.

    « La Californie, par exemple, a voté une loi dès 2006 », explique Miriam Levon, consultante internationale sur le climat basée à Los Angeles. Et avant cela, il y avait eu une initiative encore plus audacieuse avec l’inventaire volontaire des émissions de gaz à effet de serre, afin que chaque société commence à prendre conscience de ce qu’elle rejette dans l’atmosphère et puisse gérer ses émissions ». Trente des cinquante Etats américains se sont aujourd’hui dotés d’un plan climat, avec des niveaux de réglementation différents. « Il existe même des alliances régionales permettant des échanges de permis de polluer », précise Miriam Levon.

    A écouter
    Focus International : Les Etats-Unis et le climat 09/12/2009 Écouter

    Le climat relégué au second plan par Barack Obama

    Aujourd’hui, les défenseurs de l’environnement ne cachent pas leur déception face au bilan climat de Barack Obama. Confronté à deux guerres, une crise économique sans précédent et un débat sur l’assurance santé qui traîne en longueur, le président américain a été contraint de revoir à la baisse ses ambitions environnementales. « Il y a une réelle conviction chez Barack Obama à vouloir agir, mais une administration qui ne s’appuie pas sur un acte législatif voté par le Congrès est en position de faiblesse », analyse Mathieu Wemaere chercheur associé à l’IDDRI, l’Institut du développement durable et des relations internationales.

    Le chef de la Maison Blanche n’arrive pas complètement les mains vides à Copenhague. Avant de s’envoler pour la capitale danoise, il s’est fixé des objectifs chiffrés précis : 17% de réduction des émissions de gaz à effet de serre américaines d'ici à 2020 et par rapport au niveau de 2005. Son objectif à long terme, affirmé dès le mois d’avril, est de parvenir à une réduction de 83% par rapport au niveau de 2005 d'ici à 2050.

    Le précédent de Kyoto

    Mais l’obsession de Barack Obama, c’est aussi d’éviter le précédent du protocole de Kyoto, que Bill Clinton avait signé en 1997, en sachant pertinemment qu’il n’avait aucune chance d’être ratifié par un Congrès dominé par les républicains. C’est dans cette optique qu’ont été annoncées lundi, le jour de l’ouverture de la conférence de Copenhague, les conclusions de l’agence de protection de l’environnement, qui a officiellement reconnu que les gaz à effet de serre représentaient un danger pour la santé. Cette décision, anodine en apparence, est lourde de conséquence puisqu’elle oblige désormais le gouvernement à réduire les émissions. Soit par voie législative,  soit, si le Congrès continue à traîner les pieds, par voie réglementaire.

    Sur le même sujet
    Commentaires

    Republier ce contenu

    X

    Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

    Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

    Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.

    Republier ce contenu

    X

    Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

    Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

    Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.

     
    Désolé mais le délai de connexion imparti à l'opération est dépassé.