GRILLE DES PROGRAMMES
Monde
Afrique
Vendredi 18 Octobre
Samedi 19 Octobre
Dimanche 20 Octobre
Lundi 21 Octobre
Aujourd'hui
Mercredi 23 Octobre
Jeudi 24 Octobre
    Pour profiter pleinement des contenus multimédias, vous devez avoir le plugin Flash installé dans votre navigateur. Pour pouvoir vous connecter, vous devez activer les cookies dans les paramètres de votre navigateur. Pour une navigation optimale, le site de RFI est compatible avec les navigateurs suivants : Internet Explorer 8 et +, Firefox 10 et +, Safari 3 et +, Chrome 17 et + etc.
    Moyen-Orient

    Jour 1: sur les pas des migrants africains

    media Siddig, dont la femme a été tuée en 2007 à la frontière israélo-égyptienne. Nicolas Falez

    Une semaine de reportage en Egypte avec RFI. Sur la trace des migrants africains qui tentent de franchir illégalement la frontière avec Israël et à la recherche des tunnels de contrebande entre l’Egypte et la bande de Gaza.

    Premier Jour : « Shoot to stop »

    Premier jour au Caire, à la rencontre de migrants africains subsahariens qui racontent leur périple. Ils viennent du Soudan, d’Ethiopie, d’Erythrée ou de République démocratique du Congo et décrivent une vie difficile dans la capitale égyptienne. Nombre d’entre-eux rêvent d’immigration légale en Europe, au Canada ou en Australie… mais bien souvent l'odyssée se poursuit clandestinement, dans le désert du Sinaï où ils essayent de franchir à pied la frontière avec Israël.

    Anadha, réfugié congolais du Caire, explique pourquoi il a tenté de passer clandestinement en Israël 14/12/2009 Écouter

    Anadha, un congolais de 26 ans a déjà tenté la traversée à deux reprises, sans succès. « Là-bas tu peux changer ta vie », assure-t-il à propos d’Israël.

    Siddig, lui, est Soudanais. Il raconte les passeurs qui monnaient ces voyages clandestins, les déplacements par groupe de 10 ou 20 migrants, cachés dans des camions ou camionnettes. Un jour de 2007, Siddig et sa femme ont marché dans le sable du Sinaï, en direction d’Israël. Les gardes-frontières égyptiens ont tiré et l’épouse de Siddig est tombée, tuée d’une balle dans la tête.

    Les organisations de défense des droits de l’homme critiquent régulièrement l’attitude des forces égyptiennes à cette frontière soit la politique du « shoot to stop » : « tirer pour arrêter ». 

    A suivre : Jour de fête à la cathédrale All Saints de Zamalek, au Caire

    Chronologie et chiffres clés
    Commentaires

    Republier ce contenu

    X

    Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

    Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

    Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.

    Republier ce contenu

    X

    Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

    Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

    Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.

     
    Désolé mais le délai de connexion imparti à l'opération est dépassé.