GRILLE DES PROGRAMMES
Monde
Afrique
Lundi 13 Janvier
Mardi 14 Janvier
Mercredi 15 Janvier
Jeudi 16 Janvier
Aujourd'hui
Samedi 18 Janvier
Dimanche 19 Janvier
    Pour profiter pleinement des contenus multimédias, vous devez avoir le plugin Flash installé dans votre navigateur. Pour pouvoir vous connecter, vous devez activer les cookies dans les paramètres de votre navigateur. Pour une navigation optimale, le site de RFI est compatible avec les navigateurs suivants : Internet Explorer 8 et +, Firefox 10 et +, Safari 3 et +, Chrome 17 et + etc.
    Moyen-Orient

    Poignée de main historique entre Bachar el-Assad et Saad Hariri

    media Le Premier ministre libanais Saad Hariri (g) accueilli par le président syrien Bachar el-Assad, le 19 décembre 2009, à Damas. Reuters/Khaled al-Hariri

    Cinq ans après la mort de Rafic Hariri, son fils Saad Hariri a serré, à Damas, la main du président Bachar el-Assad, qu’il accusait d’avoir fait assassiner son père. Une visite dictée par la raison et non par le cœur et qui consacre la normalisation entre le Liban et la Syrie.

     

    De notre correspondant à Beyrouth

    Pour la première fois depuis l’assassinat de l’ancien Premier ministre libanais Rafic Hariri, en février 2005, un membre de sa famille s’est rendu à Damas pour y rencontrer de hauts responsables syriens. Le Premier ministre libanais et fils de l’ancien chef du gouvernement, Saad Hariri, est arrivé à Damas samedi 19 décembre, pour une visite de deux jours, tirant un trait sur près de cinq années d’une relation tumultueuse, ponctuée d’une confrontation politique, diplomatique et médiatique au Liban et dans les plus hautes tribunes internationales.

    Au lendemain de l’assassinat de Rafic Hariri, le 14 février 2005, la famille Hariri et ses partisans au Liban, appuyés par la plupart des pays occidentaux, Etats-Unis et France en tête, ont accusé le régime syrien d’être impliqué dans le meurtre de l’ancien Premier ministre. Saad Hariri et ses proches sont allés plus loin, accusant nommément le président Bachar el-Assad, son frère Maher et des membres de sa famille d’avoir ordonné l’assassinat.

    Mais depuis, les réalités politiques au Liban, dans la région arabe et dans le monde ont changé. Le recul stratégique des Etats-Unis au Moyen-Orient a poussé la nouvelle administration américaine à opérer un changement de politique, caractérisé par une plus grande ouverture sur le régime syrien. L’Arabie saoudite, dont les relations avec Damas s’étaient sérieusement détériorées après le meurtre de Hariri, a emboîté le pas à Washington, s’engageant dans un processus de normalisation avec la Syrie, couronné en octobre par la visite du roi Abdallah Ben Abdel Aziz à Damas.

    Changement de discours

    Anticipant la réconciliation avec la Syrie, devenue inévitable surtout depuis la défection de leur plus proche allié, le leader druze Walid Joumblatt, Saad Hariri et son entourage ont changé de discours. Finies les critiques contre le régime syrien et les attaques personnelles contre Bachar el-Assad dans les médias du Courant du futur, le parti de la famille Hariri. Petit à petit, l’opinion publique a été préparée à l’idée d’une visite de Saad Hariri chez son pire ennemi, avant même que le Tribunal spécial pour le Liban (TSL) ne rende son verdict dans l’affaire Hariri.

    Dans un discours au Parlement, le 10 décembre, Hariri a déclaré que son gouvernement allait œuvrer sérieusement à l’amélioration des relations entre le Liban et la Syrie. Mais malgré ce travail de préparation fait à la hâte, les Libanais savent que le président syrien est sortit vainqueur de cette longue confrontation et que ses ennemis au Liban se sont résignés à la défaite, sans le reconnaître publiquement. « C’est l’Occident qui a réhabilité la régime syrien car il a besoin de lui dans la lutte contre les islamistes et pour la stabilisation de l’Irak et espère l’éloigner de l’Iran. Mais les Occidentaux se font des illusions », affirme un journaliste du quotidien al-Moustaqbal, appartenant à la famille Hariri. « L’affaire Hariri est maintenant entre les mains du tribunal international, la justice suit son cours normal et la vérité sera faite un jour », se console le journaliste.

    Des provocations jusqu’au bout

    La Syrie n’a rien fait pour faciliter la tâche de Saad Hariri. Bien au contraire, les médias syriens ont critiqué la gestion par le Premier ministre du processus de formation du gouvernement libanais qui a traîné pendant cinq mois. Et comble de la provocation, moins de dix jours avant sa visite à Damas, la justice syrienne a émis des commissions rogatoires contre une douzaine de personnalités libanaises, dont des anciens ministres, des journalistes et des conseillers de Saad Hariri, accusées d’avoir incité des témoins à faire de fausses déclarations impliquant le régime syrien dans le cadre de l’enquête sur l’assassinat de Rafic Hariri. Pour les observateurs libanais, en lançant ces convocations, Damas a voulu définir l’ordre du jour des entretiens de Saad Hariri avec les responsables syriens et lui imposer la composition de la délégation qui va l’accompagner.

    Le stratagème a réussi, car Saad Hariri n’était accompagné que de son chef de cabinet et cousin Nader Hariri et aucun ordre du jour n’a été établi pour sa rencontre avec le président Bachar el-Assad. Celle-ci s’est déroulée au palais présidentiel et a duré trois heures. Les deux hommes se sont embrassés, se sont serrés la main et Saad Hariri est apparu souriant mais pas vraiment détendu avant l’entretien. Il devait également rencontrer son homologue syrien Naji Otri et plusieurs autres hauts responsables du régime.

    A son arrivée, à l’aéroport international de Damas, il avait eu droit à un accueil officiel avec fanfare et garde d’honneur. Il a été accueilli par le ministre des Affaires présidentielles, Mansour Azzam, avant de se rendre directement au palais Techrine, ou le chef de l’Etat syrien reçoit habituellement ses invités de marque.

    La poignée de main entre Assad et Hariri tourne définitivement une page faite de sang et de larmes dans les relations bilatérales. Mais elle brise les certitudes d’une partie des Libanais qui affirmaient que les deux pays ne pourraient jamais plus entretenir des relations normales avec les Assad au pouvoir en Syrie et donne raison à l’autre partie qui a toujours soutenu le contraire.

     

    Chronologie et chiffres clés
    Commentaires

    Republier ce contenu

    X

    Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

    Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

    Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.

    Republier ce contenu

    X

    Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

    Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

    Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.

     
    Désolé mais le délai de connexion imparti à l'opération est dépassé.