GRILLE DES PROGRAMMES
Monde
Afrique
Lundi 11 Décembre
Mardi 12 Décembre
Mercredi 13 Décembre
Jeudi 14 Décembre
Aujourd'hui
Samedi 16 Décembre
Dimanche 17 Décembre
    Pour profiter pleinement des contenus multimédias, vous devez avoir le plugin Flash installé dans votre navigateur. Pour pouvoir vous connecter, vous devez activer les cookies dans les paramètres de votre navigateur. Pour une navigation optimale, le site de RFI est compatible avec les navigateurs suivants : Internet Explorer 8 et +, Firefox 10 et +, Safari 3 et +, Chrome 17 et + etc.
    Afrique

    Paris plaide pour les élections à Madagascar

    media

    Bernard Kouchner s'est exprimé le mardi 22 décembre 2009 sur la crise malgache après l'invalidation des accords de Maputo par Andry Rajoelina et la valse des Premiers ministres de ce week-end.

    La France prend acte des événements du week-end. Les dernières décisions prises par Andry Rajoelina rendent caducs les accords de Maputo, négociés ces derniers mois par les différents protagonistes de la crise malgache. «Maintenant, il faut avancer», selon le chef de la diplomatie française, Bernard Kouchner, lors d'une conférence de presse au ministère français des Affaires étrangères à Paris le 22 décembre 2009.

    «Finalement les négociations n’ont pas abouti à ce que l’on souhaité. Maintenant, M. Rajoelina propose un autre Premier ministre. Je comprends que cela ne satisfasse pas tout le monde, mais si l’on va vers les élections : c’est quand même la solution. Des élections libres et contrôlées».

    Des élections.... Pourquoi pas, disent bon nombre de Malgaches. Mais sur quelles bases ? C'est l'une des questions qui va se poser désormais. Le pouvoir en place, lui, a déjà appelé les partis politiques à discuter d'une refonte du code électoral.

    A Madagascar, ce mardi 22 décembre 2009, les forces de l'ordre ont dispersé à coup de gaz lacrymogènes une manifestation de l'opposition devant le siège de l'Assemblée nationale à Antananarivo.

    L'incident s'est produit alors que les opposants au président de la transition Andry Rajoelina voulaient réunir le parlement jugé illégitime par l’ancien maire de la capitale malgache. Le calme est rapidement revenu. Cet incident s'est déroulé alors que le pouvoir en place a décidé que les accords de Maputo étaient caducs.

     

    Chronologie et chiffres clés
    Sur le même sujet
    Commentaires
     
    Désolé mais le délai de connexion imparti à l'opération est dépassé.