GRILLE DES PROGRAMMES
Monde
Afrique
Jeudi 18 Avril
Vendredi 19 Avril
Samedi 20 Avril
Dimanche 21 Avril
Aujourd'hui
Mardi 23 Avril
Mercredi 24 Avril
    Pour profiter pleinement des contenus multimédias, vous devez avoir le plugin Flash installé dans votre navigateur. Pour pouvoir vous connecter, vous devez activer les cookies dans les paramètres de votre navigateur. Pour une navigation optimale, le site de RFI est compatible avec les navigateurs suivants : Internet Explorer 8 et +, Firefox 10 et +, Safari 3 et +, Chrome 17 et + etc.
    Afrique

    Affaire Zongo : décès du seul inculpé, l'adjudant Marcel Kafando

    media Marcel Kafando lors de son procès, le 17 août 2000 à Ouagadougou. AFP

    L'adjudant Marcel Kafando, seul inculpé dans l'assassinat du journaliste burkinabé Norbert Zongo est mort le mercredi 23 décembre. L'ancien chef de sécurité du président Compaoré, il est décédé des suites d'une longue maladie. Difficile d'en savoir plus sur la cause de la mort auprès des autorités du pays et même de sa famille. Marcel Kafando avait été condamné à 20 ans de prison, en août 2000, pour avoir séquestré et torturé à mort le chauffeur d'un parent du président Compaoré. Une affaire sur laquelle le reporter Norbert Zongo enquêtait avant sa mort, en décembre 98.

    Inculpé en 2001 dans l’assassinat du journaliste Norbert Zongo, l’adjudant Marcel Kafando est tombé malade quelque temps après et à cause de son état il ne répondait plus aux convocations du juge d’instruction.

    Alors qu’il était à la tête de la garde rapprochée de Blaise Compaoré, il avait été d’abord mis en cause par une commission d’enquête indépendante, avec cinq autres soldats du régiment de sécurité présidentielle.

    Confondu par un témoin sur son agenda du 13 décembre 98, jour de l’assassinat du journaliste, la justice burkinabé l’avait ensuite inculpé. Mais depuis le dossier n’avait plus bougé jusqu’en juin 2006, où le juge prononce un non-lieu en sa faveur.

    En faite le témoin qui l’avait contredit s’était rétracté. Le dossier Norbert Zongo était ainsi classé, une décision politique, selon le collectif contre l’impunité, qui regroupe l’opposition et la société civil du pays.

    En décembre 2008 à l’occasion du dixième anniversaire de cette tragique disparition, ce collectif avait lancé une pétition pour la réouverture du dossier mais sans succès auprès des autorités qui demandent pour cela des preuves.
     

    Chronologie et chiffres clés
    Commentaires

    Republier ce contenu

    X

    Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

    Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

    Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.

    Republier ce contenu

    X

    Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

    Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

    Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.

     
    Désolé mais le délai de connexion imparti à l'opération est dépassé.