GRILLE DES PROGRAMMES
Monde
Afrique
Samedi 14 Juillet
Dimanche 15 Juillet
Lundi 16 Juillet
Mardi 17 Juillet
Aujourd'hui
Jeudi 19 Juillet
Vendredi 20 Juillet
    Pour profiter pleinement des contenus multimédias, vous devez avoir le plugin Flash installé dans votre navigateur. Pour pouvoir vous connecter, vous devez activer les cookies dans les paramètres de votre navigateur. Pour une navigation optimale, le site de RFI est compatible avec les navigateurs suivants : Internet Explorer 8 et +, Firefox 10 et +, Safari 3 et +, Chrome 17 et + etc.
    Asie-Pacifique

    Appels à la clémence pour un condamné à mort

    media

    La Cour suprême chinoise a approuvé mardi la sentence prononcée contre le Britannique Akmal Shaikh, condamné à mort pour trafic de drogue. Des membres de sa famille sont arrivés lundi 28 décembre à Pékin.

    Ils ont fait appel à « la pitié et la clémence » des autorités à l'égard d'un homme qui souffre de troubles psychologiques.

    Avec notre correspondante à Pékin, Delphine Sureau

    Dès leur arrivée en Chine, les deux cousins d’Akmal Shaikh ont directement rejoint le Xinjiang, cette région du nord-ouest où leur proche est emprisonné depuis plus de deux ans, depuis son arrestation en possession d’une valise contenant quatre kilos d’héroïne.

    Accompagnés par une équipe de l’ambassade britannique à Pékin, ils ont déposé une demande de révision au tribunal local qui a prononcé la peine de mort ainsi qu’à la Cour suprême, qui elle, a rejeté l’ultime recours, le 21 décembre dernier. Une demande de grâce a également été adressée au président chinois, Hu Jintao.

    Une course contre la montre est engagée. Il reste moins de vingt-quatre heures pour convaincre Pékin de revenir sur sa décision. La Chine fait la sourde oreille aux appels à la clémence, venus de Londres, du Premier ministre Gordon Brown et des Nations unies. La famille d’Akmal Shaikh affirme qu’il souffre de troubles bipolaires et qu’il aurait ainsi été manipulé. Cet élément n’a pas été pris en compte lors du procès, or l’ONU rappelle que les lois chinoises comme les lois internationales interdisent de condamner à mort une personne souffrant de troubles mentaux.

    Mais voilà, la Chine prône la tolérance zéro à l’égard des trafiquants de drogue. De plus, depuis les négociations sur le climat à Copenhague, les relations sino-britanniques sont plutôt tendues. D’après ses avocats, l’exécution d’Akmal Shaikh – si elle a lieu - sera la première d’un Européen en Chine, depuis cinquante ans.

    Chronologie et chiffres clés
    Commentaires

    Republier ce contenu

    X

    Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

    Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

    Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.

    Republier ce contenu

    X

    Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

    Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

    Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.

     
    Désolé mais le délai de connexion imparti à l'opération est dépassé.