GRILLE DES PROGRAMMES
Monde
Afrique
Mardi 15 Août
Mercredi 16 Août
Jeudi 17 Août
Vendredi 18 Août
Aujourd'hui
Dimanche 20 Août
Lundi 21 Août
    Pour profiter pleinement des contenus multimédias, vous devez avoir le plugin Flash installé dans votre navigateur. Pour pouvoir vous connecter, vous devez activer les cookies dans les paramètres de votre navigateur. Pour une navigation optimale, le site de RFI est compatible avec les navigateurs suivants : Internet Explorer 8 et +, Firefox 10 et +, Safari 3 et +, Chrome 17 et + etc.
    Urgent

    «L'attaque a d'abord été qualifiée de meurtre, mais pendant la nuit, nous avons reçu des informations supplémentaires qui indiquent que les infractions pénales sont maintenant des meurtres terroristes», relate la police finlandaise dans un communiqué. L'homme qui a poignardé à mort deux personnes vendredi la ville de Turku, au sud-ouest, est un Marocain de 18 ans.

    Asie-Pacifique

    Bangkok a commencé l'expulsion des Hmongs

    media L'armée thaïlandaise a été mobilisée autour du camp de Huay Nam Khao (nord-est), pour cette opération unanimement condamnée par la communauté internationale. AFP / Pornchai Kittiwongsakul

    L’armée thaïlandaise a procédé ce lundi 28 décembre à l’expulsion de quelque 4 000 membres de l'ethnie minoritaire des Hmongs vers leur pays d'origine, le Laos.

    Les Hmongs affirment qu'ils y seront maltraités ou même exécutés pour certains. Le gouvernement thaïlandais assure que Vientiane a garanti qu'aucun mauvais traitement ne serait infligé aux Hmongs rapatriés. L'expérience des rapatriements passés incite parfois à une certaine prudence.

    Le gouvernement thaïlandais a commencé lundi 28 décembre à 5h30 du matin heure locale, (22h30 Temps universel) l’expulsion de quelque 4 000 Hmongs qui étaient hébergés dans des camps thaïlandais, pour certains depuis plus de trente ans.

    La minorité Hmong, une ethnie minoritaire d'Asie du sud-est, fuit les persécutions au Laos où elle est accusée d'avoir trahi le pays en aidant les Américains pendant la guerre du Vietnam. Le gouvernement thaïlandais refuse de leur accorder l'asile politique. Pour Bangkok, il ne s'agit pas de refugiés, persécutés dans leur pays natal, mais de simples immigrants économiques.

    Malgré la condamnation unanime de la communauté internationale et l’inquiétude des ONG, les forces armées thaïlandaises avaient été mobilisées ces derniers jours autour du camp de Huay Nam Khao, dans la province de Phetchabun (nord-est), pour cette opération dite de « nettoyage ».

    « Il y a cent bus pour transporter 40 personnes chacun », a indiqué le colonel Thana Charuvat, coordinateur du centre de rapatriement, lors d'une conférence de presse tenue dans le village de Khek Noi, à quelques dizaines de kilomètres du camp.

    Chronologie et chiffres clés
    Sur le même sujet
    Commentaires
     
    Désolé mais le délai de connexion imparti à l'opération est dépassé.