GRILLE DES PROGRAMMES
Monde
Afrique
Dimanche 20 Octobre
Lundi 21 Octobre
Mardi 22 Octobre
Mercredi 23 Octobre
Aujourd'hui
Vendredi 25 Octobre
Samedi 26 Octobre
    Pour profiter pleinement des contenus multimédias, vous devez avoir le plugin Flash installé dans votre navigateur. Pour pouvoir vous connecter, vous devez activer les cookies dans les paramètres de votre navigateur. Pour une navigation optimale, le site de RFI est compatible avec les navigateurs suivants : Internet Explorer 8 et +, Firefox 10 et +, Safari 3 et +, Chrome 17 et + etc.
    Europe

    Les Islandais ne veulent pas payer pour les banques

    media Manifestation; devant la résidence du président islandais Ólafur Ragnar Grímsson, contre le remboursement de près de 4 milliards d'euros , le 31 décembre 2009. Reuters/Ragnar Axelsson

    L'Islande va-telle rembourser les épargnants britanniques et néerlandais dont les économies ont disparu dans la faillite des grandes banques du pays en 2008 ? Après des mois de polémique, une loi a finalement été adoptée cette semaine. Le texte engage l'Etat islandais à rembourser. Mais voilà que l'opinion publique s'en mêle, une pétition circule, et déjà le quart des électeurs de cette petite île demande que la loi ne soit pas promulguée et qu'un referendum soit organisé.

    A l'origine il y a la crise, la quasi-faillite de l'Islande, petit Etat prospère dont la bonne santé économique s'appuyait avant tout sur le système bancaire.

    2008 : c'est la banqueroute, 320 000 clients britanniques et néerlandais voient en un instant fondre leurs économies placées dans une banque en ligne. Ils ont été en partie indemnisés par leur propres Etats qui, depuis, se sont retournés contre l'Islande pour demander réparation.

    Après des mois de tension, Reykjavik a voté une loi qui prévoit de verser 3,8 milliards d'euros d'ici à 2014, l'équivalent de 40% de son PIB annuel. Dès lors l'opinion s'en mêle, sur le thème : ce n'est pas aux contribuables de payer pour les banques.
    D'où la pétition, signée par près du quart de l'électorat selon les organisateurs, pour demander à l'indétrônable président Grimson de ne pas promulguer cette loi et d'organiser un référendum.

    Il a effectivement décidé d'attendre. De quoi compliquer les relations avec le FMI et l'Union européenne, qui attend de l'Islande qu'elle solde ses comptes avant d'espérer vraiment se rapprocher.

    Commentaires

    Republier ce contenu

    X

    Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

    Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

    Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.

    Republier ce contenu

    X

    Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

    Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

    Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.

     
    Désolé mais le délai de connexion imparti à l'opération est dépassé.