GRILLE DES PROGRAMMES
Monde
Afrique
Vendredi 19 Janvier
Samedi 20 Janvier
Dimanche 21 Janvier
Lundi 22 Janvier
Aujourd'hui
Mercredi 24 Janvier
Jeudi 25 Janvier
    Pour profiter pleinement des contenus multimédias, vous devez avoir le plugin Flash installé dans votre navigateur. Pour pouvoir vous connecter, vous devez activer les cookies dans les paramètres de votre navigateur. Pour une navigation optimale, le site de RFI est compatible avec les navigateurs suivants : Internet Explorer 8 et +, Firefox 10 et +, Safari 3 et +, Chrome 17 et + etc.
    Dernières infos
    • Un séisme de magnitude 8,2 a été enregistré au large de l'Alaska (services sismologiques américains)
    • Paradis fiscaux: l'Union européenne retire huit pays de sa liste noire, dont le Panama (source européenne)
    • Musique: décès à 78 ans de la légende sud-africaine du jazz, le trompettiste Hugh Masekela (famille)
    • Carrefour: l'Etat sera «vigilant sur l'accompagnement de chaque salarié concerné par le plan» (Le Maire)
    • Carrefour: 2400 suppressions de postes via un plan de départs volontaires (groupe)
    • Un séisme de magnitude 6,4 a secoué Jakarta (agence gouvernementale)
    Asie-Pacifique

    Décès du dernier survivant d'Hiroshima et de Nagazaki

    media

    Le Japonais qui avait survécu aux deux bombardements atomiques de Hiroshima et Nagasaki en 1945 est décédé lundi 4 janvier 2010 à Nagasaki (sud-ouest) d'un cancer de l'estomac, à l’âge de 93 ans.

    Tsutomu Yamaguchi était officiellement la seule victime reconnue des deux bombes nucléaires américaines. Blessé à Hiroshima, il s'était rendu deux jours plus tard à Nagasaki où explosa la seconde bombe atomique. 

    Avec notre correspondant à Tokyo, Frédéric Charles

    A Hiroshima comme à Nagasaki, Tsutomu Yamaguchi se trouvait à trois kilomètres de l’épicentre. Il travaillait comme ingénieur dans les chantiers navals de Mitsubishi.

    Le 6 août 1945 à Hiroshima, terriblement brûlé mais parvenant encore à marcher, il prit le dernier train pour Nagasaki. Là-bas se trouvaient sa famille, son entreprise. Le 9 août, il était en train d’expliquer à ses collègues de Mitsubishi qu’une bombe, une seule, avait détruit toute une ville. Il n’arrivait pas à le croire quand soudain une deuxième bombe atomique explosait au-dessus de Nagasaki.

    Nous avons rencontré Tsutomu Yamaguchi le mois dernier dans un hôpital de Nagasaki. Il se sentait mourir, mais sa mémoire était intacte comme au premier jour. Pendant plus d’un demi-siècle, il se sera muré dans le silence. Il n’en est sorti qu’à la mort de son fils, décédé d’un cancer des poumons dû aux radiations à l’âge de 59 ans. La mort de son fils l’avait trop révolté.

    Le discours de Barack Obama sur l’abolition des armes nucléaires le réjouissait. Mais c’est la dimension intime de ces deux bombardements que Tsutomu Yamaguchi a subis qui s’éteint avec sa disparition. 

    Chronologie et chiffres clés
    Commentaires

    Republier ce contenu

    X

    Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

    Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

    Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.

    Republier ce contenu

    X

    Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

    Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

    Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.

     
    Désolé mais le délai de connexion imparti à l'opération est dépassé.