GRILLE DES PROGRAMMES
Monde
Afrique
Mardi 13 Novembre
Mercredi 14 Novembre
Jeudi 15 Novembre
Vendredi 16 Novembre
Aujourd'hui
Dimanche 18 Novembre
Lundi 19 Novembre
    Pour profiter pleinement des contenus multimédias, vous devez avoir le plugin Flash installé dans votre navigateur. Pour pouvoir vous connecter, vous devez activer les cookies dans les paramètres de votre navigateur. Pour une navigation optimale, le site de RFI est compatible avec les navigateurs suivants : Internet Explorer 8 et +, Firefox 10 et +, Safari 3 et +, Chrome 17 et + etc.
    Dernières infos
    Amériques

    Après la dévaluation, Chavez menace les spéculateurs

    media

    Pour lutter contre l’inflation, le président vénézuélien menace d’exproprier les commerçants tentés par la valse des étiquettes.

    Une accélération de la hausse des prix se profile en effet au Venezuela après la dévaluation de la monnaie locale annoncée vendredi 8 janvier 2010 par Hugo Chavez.

     

    Depuis lundi matin, le 11 janvier, la valeur du bolivar vénézuélien a été divisée par deux par rapport au dollar. Cela signifie que le prix des biens importés peut potentiellement doubler. Les Vénézuéliens ont bien compris le danger et depuis l'annonce, vendredi 8 janvier, de cette dévaluation surprise, ils se précipitent dans les centres commerciaux pour acheter téléviseurs et autres produits électroménagers, anticipant une probable hausse des prix.

    Appel à la délation

    Cet affolement ne plaît pas du tout à Hugo Chavez. Pour tenter d’endiguer une flambée des prix, dans un pays qui a déjà la plus forte inflation d'Amérique du Sud, avec un taux de 25%, Hugo Chavez emploie la manière forte. Il a lancé dimanche 10 janvier, dans son émission télévisée dominicale « Alo Presidente », un appel à la délation contre les spéculateurs. Il a même demandé à l'armée de se tenir prête à intervenir pour exproprier les chefs entreprises et les commerçants qui s'essaieraient à la valse des étiquettes.

    « Je veux que la Garde nationale aille dans la rue avec les gens pour combattre la spéculation et dénoncer publiquement les spéculateurs » a lancé le président vénézuélien. « Il n'y a aucune raison d'augmenter les prix » assène-t-il, contre toute logique, alors même que son propre ministre des Finances a prévu un surplus d'inflation de 3 à 5% en 2010. Les analystes redoutent un impact beaucoup plus fort, dans un pays qui dépend très largement des importations.

    La marche arrière d’Hugo Chavez

    La dévaluation du bolivar apparaît comme un camouflet pour Hugo Chavez qui jurait qu’il ne toucherait pas à la monnaie, malgré une surévaluation notoire, qui entretenait un marché noir très actif pour les échanges de devises. C'est d’ailleurs du bout des lèvres qu’il s’y est résolu. L’annonce de l’« ajustement » - le président se refuse à employer le mot dévaluation - a été faite presque en catimini vendredi soir, pendant un match de base-ball. Après avoir longtemps promis que la crise mondiale n’affecterait « pas un cheveu » de l’économie vénézuélienne, le chef de l’Etat a donc été rattrapé par la réalité. Avec une croissance en berne (-2,9%) et des revenus pétroliers en baisse depuis la chute des cours, le gouvernement a du mal à financer ses dépenses publiques.

    Double taux de change

    La dévaluation devrait logiquement renflouer les caisses de l’Etat, en dopant les exportations d’or noir, principale source de devises du pays qui est le premier exportateur sud-américain. L’objectif est également de réduire la dépendance de l’économie à l’égard du pétrole : la dévaluation est censée encourager la production locale en rendant les importations dissuasives. C’est ce qui explique l’instauration d’un double taux de change. Pour les produits de base (santé, alimentation), le bolivar s’échange désormais à 2,60 pour un dollar – contre 2,15 depuis 2005, soit une dévaluation de 17%. Pour les biens non essentiels en revanche, le taux est de 4,30 bolivars pour un dollar – soit une dévaluation de 100%.

    Chronologie et chiffres clés
    Commentaires

    Republier ce contenu

    X

    Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

    Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

    Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.

    Republier ce contenu

    X

    Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

    Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

    Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.

     
    Désolé mais le délai de connexion imparti à l'opération est dépassé.