GRILLE DES PROGRAMMES
Monde
Afrique
Jeudi 15 Novembre
Vendredi 16 Novembre
Samedi 17 Novembre
Dimanche 18 Novembre
Aujourd'hui
Mardi 20 Novembre
Mercredi 21 Novembre
    Pour profiter pleinement des contenus multimédias, vous devez avoir le plugin Flash installé dans votre navigateur. Pour pouvoir vous connecter, vous devez activer les cookies dans les paramètres de votre navigateur. Pour une navigation optimale, le site de RFI est compatible avec les navigateurs suivants : Internet Explorer 8 et +, Firefox 10 et +, Safari 3 et +, Chrome 17 et + etc.
    Science

    A Bornéo, 70 000 hectares de jungle engloutis par un barrage

    media

    Près de 70 000 hectares de jungle vont être engloutis cette année sur l'île de Bornéo avec l'entrée en service d'un méga-barrage, au désespoir des tribus de chasseurs-cueilleurs délogées de leurs terres ancestrales.
     

    Les turbines du barrage de Bakun seront mises en marche courant 2010, 17 ans après l'approbation de cet investissement de 2,2 milliards de dollars par les autorités malaisiennes. Il faudra alors huit mois pour que se remplisse la retenue, qui recouvrira une vaste zone forestière de l'Etat du Sarawak, au nord de l'île de Bornéo que se partagent la Malaisie et l'Indonésie, et où le nombre de Penan est évalué à environ 10 000 personnes, dont 300 à 400 seraient encore nomades.

    Pour cela, la zone a été vidée de ses quelque 15 000 habitants, pour la plupart membres des ethnies Penan et Kenyah, relogés dans de nouveaux campements, où certains ont perdu leurs repères : « Notre peuple n'a jamais voulu quitter ces lieux. Nous désirons y mourir », affirme Balan Balang, chef coutumier d'une tribu Penan. Le vieil homme regrette l'impuissance des siens à pouvoir résister aux autorités malaisiennes qui « nous ont rayés de la carte en signant quelques documents » alors, qu'avant, « on nous combattait avec des arcs et des machettes ». Avec l'aide d'associations, son objectif est d'éviter que de nouveaux barrages soient construits au Sarawak, où une douzaine de projets sont actuellement examinés : « A quoi vont servir tous ces barrages? », s'interroge Harrison Ngau, un ancien parlementaire malaisien qui défend les droits des indigènes. « C'est juste un moyen pour les politiciens de se faire de l'argent », accuse-t-il.

    L'organisation Transparency International a également dénoncé le barrage de Bakun comme « un monument de corruption », dont l'utilité économique n'a pas été prouvée. La demande électrique du Sarawak, éloignée du reste de la Malaisie, ne nécessite pas un tel équipement d'une capacité de 2.400 MW lorsqu'il deviendra totalement opérationnel en 2011, estiment ses détracteurs. La société publique Sarawak Energy Berhad, qui le gère, reste pour l'instant très vague sur les douze autres projets. « Il s'agit d'un plan stratégique que nous avons le potentiel de mener à bien, mais ils ne seront peut être pas construits avant 50 ans », explique à l'AFP le ministre du Développement rural du Sarawak, James Masing.

    « Nos rivières sont toutes polluées »

    Riche en matières premières, le Sarawak suscite notamment l'intérêt de la Chine, dont la société publique SGCC prévoit d'y développer, avec des partenaires malaisiens, des projets énergétiques d'un montant de 11 milliards de dollars. James Masing reconnaît que les nouveaux campements accueillant les Penan déplacés ne sont « pas parfaits », notamment en raison d'un accès limité à l'eau, aux soins ou à l'éducation : « Ils ont de bonnes raisons de ne pas nous faire confiance, mais notre objectif n'est pas qu'ils disparaissent », affirme-t-il.

    Mais pour Balan Balang, qui se dit âgé « de 70 à 80 ans », le barrage ne fait qu'accentuer le sentiment d'une perte irrémédiable de l'environnement et des traditions autochtones. La forêt, qui couvrait la grande majorité de Bornéo, est maltraitée par le déboisement illégal et laisse place à d'immenses plantations pour l'huile de palme, dont l'Indonésie et la Malaisie sont les deux premiers producteurs mondiaux : « Nos rivières sont désormais toutes polluées. La faune, comme les cochons sauvages ou les gibbons, disparaît petit à petit. Même le rotin et les plantes aux larges feuilles que nous utilisons pour les toits de nos maisons sont difficiles à trouver », se lamente Balan Balang.

    Commentaires

    Republier ce contenu

    X

    Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

    Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

    Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.

    Republier ce contenu

    X

    Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

    Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

    Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.

     
    Désolé mais le délai de connexion imparti à l'opération est dépassé.