GRILLE DES PROGRAMMES
Monde
Afrique
Samedi 15 Décembre
Dimanche 16 Décembre
Lundi 17 Décembre
Mardi 18 Décembre
Aujourd'hui
Jeudi 20 Décembre
Vendredi 21 Décembre
    Pour profiter pleinement des contenus multimédias, vous devez avoir le plugin Flash installé dans votre navigateur. Pour pouvoir vous connecter, vous devez activer les cookies dans les paramètres de votre navigateur. Pour une navigation optimale, le site de RFI est compatible avec les navigateurs suivants : Internet Explorer 8 et +, Firefox 10 et +, Safari 3 et +, Chrome 17 et + etc.
    Asie-Pacifique

    Mort de l'ancien chef du Parti communiste indien, Jyoti Basu

    media

    Jyoti Basu, ancien dirigeant du Parti communiste indien qui faillit devenir deux fois Premier ministre, est décédé dimanche 17 janvier 2010, à l'âge de 95 ans. Il s'était retiré de la vie politique, il y a une dizaine d'années

    mais gardait un œil sur l'évolution du parti marxiste qu'il a dirigé pendant 23 années consécutives. Il continuait d'y jouer le rôle d'arbitre politique ou de gestionnaire de crise.
     

    Avec notre correspondant à New Delhi, Pierre Prakash

    C’était une personnalité incontournable de la scène politique indienne depuis plus de 60 ans. Hospitalisé début janvier 2010, Jyoti Basu est mort ce dimanche 17 janvier 2010 à l’âge de 95 ans dans sa ville natale, Calcutta, la capitale de l’Etat du Bengale occcidental qu’il dirigea sans interruption pendant 23 ans entre 1977 et 2000.

    Fils de médecin, Jyoti Basu avait été sensibilisé au communisme alors qu’il effectuait ses études de droit en Angleterre dans les années 1930. A son retour en Inde, il avait ainsi rejoint le Parti communiste indien avant de gravir les échelons pour devenir chef de l’opposition du Bengale.

    Finalement élu à la tête de l’Etat en 1977, il est entré dans lHistoire indienne comme le chef de gouvernement régional à être resté le plus longtemps en poste.

    Jyoti Basu faillit même devenir même Premier ministre en 1996 mais son parti refusa finalement de participer à une coalition de centre gauche, décision que le vieux marxiste qualifia ensuite « d’erreur historique ».

    Il dut finalement renoncer à la politique en 2000 pour des raisons de santé mais son parti est toujours au pouvoir au Bengale, un record mondial de longévité pour un gouvernement communiste élu dans un cadre pluraliste et démocratique.
     

    Chronologie et chiffres clés
    Commentaires

    Republier ce contenu

    X

    Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

    Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

    Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.

    Republier ce contenu

    X

    Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

    Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

    Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.

     
    Désolé mais le délai de connexion imparti à l'opération est dépassé.