GRILLE DES PROGRAMMES
Monde
Afrique
Jeudi 12 Septembre
Vendredi 13 Septembre
Samedi 14 Septembre
Dimanche 15 Septembre
Aujourd'hui
Mardi 17 Septembre
Mercredi 18 Septembre
    Pour profiter pleinement des contenus multimédias, vous devez avoir le plugin Flash installé dans votre navigateur. Pour pouvoir vous connecter, vous devez activer les cookies dans les paramètres de votre navigateur. Pour une navigation optimale, le site de RFI est compatible avec les navigateurs suivants : Internet Explorer 8 et +, Firefox 10 et +, Safari 3 et +, Chrome 17 et + etc.
    Science

    L'hominidé Ardipithecus ramidus ... plus vieux que Lucy

    media L'équipe qui a découvert Ardi, dans l'Afar en Ethiopie en décembre 2003, ici en prospection. A. Louchart

    Vieux de 4,4 millions d'années, contre 3,2 millions pour Lucy -le plus ancien squelette d'homininé connu jusque là-, le fossile d'une femelle baptisée Ardi avait été découvert en Ethiopie entre 1992 et 1994. Les paléo-anthropologues américains ont dû attendre 15 ans pour annoncer leur trouvaille, voulant la faire corroborer par des laboratoires étrangers. Les recherches ont permis d'établir que ce squelette appartient bien au plus ancien ancêtre commun à l'homme et au singe. En décembre dernier, la revue Science plaçait ces travaux en tête du palmarès annuel des découvertes importantes.
     

    Les travaux sur cette espèce d'hominidé baptisé Ardipithecus ramidus « changent notre manière de penser les débuts de l'évolution humaine et représente l'aboutissement de 15 années d'intenses collaborations », écrit le rédacteur en chef de Science, Bruce Albert.

    Ardipithecus, que le Centre national de recherche scientifique (CNRS, désigne comme la « racine des grands singes terrestres », vivait dans un environnement semi-boisé.

    En remarquant toutefois que l'hominidé Ardipithecus possèdait des traits absents chez les singes d'Afrique, les scientifiques ont bousculé l'idée selon laquelle l'ancêtre commun de l'homme et du chimpanzé était un «homme-singe» ayant vécu entre quatre et un million d'années avant l'époque actuelle.

    D'où la conclusion estimée «surprenante» par Science : les grands singes d'Afrique « ont probablement largement évolué depuis le dernier ancêtre commun que nous partageons avec eux », rendant inutile l'étude des chimpanzés et des gorilles pour comprendre notre propre évolution.
     

    Pour en savoir plus :

    Consulter les sites

    du CNRS, ainsi qu'à propos de Lucy

    de Paléomania

     

    Sur le même sujet

    Republier ce contenu

    X

    Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

    Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

    Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.

    Republier ce contenu

    X

    Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

    Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

    Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.

     
    Désolé mais le délai de connexion imparti à l'opération est dépassé.