GRILLE DES PROGRAMMES
Monde
Afrique
Mercredi 14 Novembre
Jeudi 15 Novembre
Vendredi 16 Novembre
Samedi 17 Novembre
Aujourd'hui
Lundi 19 Novembre
Mardi 20 Novembre
    Pour profiter pleinement des contenus multimédias, vous devez avoir le plugin Flash installé dans votre navigateur. Pour pouvoir vous connecter, vous devez activer les cookies dans les paramètres de votre navigateur. Pour une navigation optimale, le site de RFI est compatible avec les navigateurs suivants : Internet Explorer 8 et +, Firefox 10 et +, Safari 3 et +, Chrome 17 et + etc.
    Dernières infos
    • Trump: les USA détermineront «dans les deux prochains jours» qui a tué Khashoggi
    • L'ex-chef de milice centrafricain Yekatom est arrivé au centre de détention de la CPI (porte-parole)
    Moyen-Orient

    Le repli conservateur des Frères musulmans

    media

    En élisant Mohammed Badie à sa tête, la confrérie islamiste égyptienne semble amorcer un retour aux fondamentaux religieux, privilégiant les questions de société sur le combat politique. Première force d’opposition en Egypte, l’organisation des Frères musulmans est sévèrement réprimée. Aux législatives de 2010, elle devrait de nouveau présenter ses candidats sous l’étiquette « indépendants ».

     

    Depuis plusieurs semaines, son nom circulait, mais désormais c'est officiel : Mohammed Badie est le nouveau guide suprême des Frères musulmans égyptiens. Ce vétérinaire de 66 ans, né dans le Delta du Nil, a connu la prison dans les années 1960, comme tant d’autres membres de la confrérie. En effet, l’organisation est officiellement interdite en Egypte. Pourtant, les Frères musulmans constituent la première force d'opposition du pays, avec 20% des sièges à l'Assemblée, après s'être présentés comme candidats « indépendants » aux législatives de 2005.

     
    Sophie Pommier, auteur de «L’Egypte, l’envers du décor» 14/10/2013 - par Nicolas Falez Écouter
    A l’approche du récent scrutin interne, deux tendances s'affrontaient au sein du mouvement : celle qui plaide pour l'intégration au jeu politique et celle, plus conservatrice, qui souhaite se concentrer sur les questions de société. C'est cette dernière qui l'a emporté mais au passage, la confrérie est apparue plus déchirée que jamais. Des divisions que Essam Al-Arian, membre de la nouvelle direction, s'efforce toutefois de minimiser, les présentant comme le signe d'une ardeur démocratique : « Il ne s'agit pas de divergences de points de vue [...] C'est un moment historique, une évolution sérieuse : 
    les Frères ont démontré en interne qu'ils se pliaient aux règles du jeu démocratique »

    Arrestations
     
    Sophie Pommier : les obstacles institutionnels qui visent les Frères Musulmans. 14/10/2013 - par Nicolas Falez Écouter
    Pour de nombreux observateurs, ce changement de ligne est lié aux turbulences que la confrérie a traversées depuis sa percée électorale aux législatives de 2005. A commencer par les milliers d’arrestations dans les rangs du mouvement islamistes. Par ailleurs, « les Frères musulmans se sont retrouvés un peu piégés, explique Sophie Pommier, consultante spécialiste du Proche et du Moyen-Orient et chargée de cours à Sciences-Po, il y a bien eu 88 Frères élus au Parlement… mais ils ont surtout servi [au pouvoir] à faire peur et à brandir la menace d’une alternance qui ne pourrait être qu’islamiste. Mais au Parlement, ils n’ont rien pu faire, ils n’avaient pas les capacités pour agir ». Conséquence : le recul de la « jeune garde » des Frères musulmans qui plaidait pour une normalisation progressive de l’organisation, en rêvant d’imposer au pouvoir la reconnaissance de la confrérie.
     
     
    Essam Al-Arian, membre de la direction des Frères musulmans. 14/10/2013 - par Ludovic Gonty Écouter
    C'est donc une confrérie éprouvée qui présentera de nouveau des candidats aux législatives de l'automne prochain en Egypte. « I
    l n’y a pas de force politique en Egypte qui ait autant d’avenir que les Frères musulmans, assure Essan Al-Arian, membre de la nouvelle direction du mouvement islamiste, nous avons tout pour réussir. Le problème, c’est l’étranglement que nous inflige le régime et l’interdiction qu’il fait peser sur nos activités, et le refus international - sioniste, américain, européen - de l’existence d’une force islamiste issue de la volonté populaire via les urnes ». Un discours qui se heurte toutefois aux obstacles constitutionnels que le pouvoir égyptien a soigneusement semés sur le chemin qui sépare les Frères musulmans d’une éventuelle conquête du pouvoir. Ainsi, depuis 2007, il est interdit de fonder un parti sur une base religieuse. Des amendements constitutionnels compliquent également la désignation d’un candidat pour l’élection présidentielle. Or, le scrutin de 2011, celui de la succession d’Hosni Moubarak est déjà dans tous les esprits en Egypte.
     
     

     

    Chronologie et chiffres clés
    Sur le même sujet
    Commentaires

    Republier ce contenu

    X

    Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

    Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

    Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.

    Republier ce contenu

    X

    Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

    Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

    Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.

     
    Désolé mais le délai de connexion imparti à l'opération est dépassé.