GRILLE DES PROGRAMMES
Monde
Afrique
Mercredi 18 Juillet
Jeudi 19 Juillet
Vendredi 20 Juillet
Samedi 21 Juillet
Aujourd'hui
Lundi 23 Juillet
Mardi 24 Juillet
    Pour profiter pleinement des contenus multimédias, vous devez avoir le plugin Flash installé dans votre navigateur. Pour pouvoir vous connecter, vous devez activer les cookies dans les paramètres de votre navigateur. Pour une navigation optimale, le site de RFI est compatible avec les navigateurs suivants : Internet Explorer 8 et +, Firefox 10 et +, Safari 3 et +, Chrome 17 et + etc.
    Asie-Pacifique

    Neuf ans de prison pour le dissident chinois Zhou Yongjun

    media

    Le dissident chinois Zhou Yongjun, ancien dirigeant du mouvement étudiant de la place Tiananmen en 1989, a été condamné à 9 ans de prison ce jeudi 21 janvier. Zhou était accusé de fraude bancaire par un tribunal de la province du Sichuan. L’affaire fait grand bruit à Hong Kong. Ce procès n'aurait jamais dû exister selon ses avocats. Le dissident, interpellé à Hong Kong, a été livré aux autorités de Pékin. Une remise en cause fondamentale du principe « d'un pays, deux systèmes ».

    Avec notre correspondant à Pékin, Marc Lebeaupin

    Vingt ans après son premier emprisonnement, Zhou Yongjun se retrouve de nouveau derrière les barreaux en Chine continentale.

    Exilé aux Etats-Unis, après avoir déjà fait trois années de prison, ce dissident est revenu en 2008 à Hong Kong, via Macao, pour revoir sa famille. Arrêté à son arrivée pour usage de faux passeport, poursuivi également pour un délit financier qu'il conteste formellement, ce résident américain a été ensuite discrètement livré par les autorités hongkongaises à la police de Shenzhen, de l'autre côté de la frontière qui sépare toujours l'ancienne colonie britannique de la Chine continentale.

    Fin 2008, Zhou Yongjun a été emprisonné sous un faux nom et dans un lieu tenu secret, avant que la justice chinoise annonce officiellement, un an plus tard, son transfert à Chengdu, la capitale du Sichuan, où s'est déroulé son procès. Il a été condamné ce 21 janvier 2010 à neuf ans de prison.

    Une procédure aussitôt dénoncée par les avocats, selon lesquels ce procès n'aurait jamais dû se dérouler en Chine continentale. Hong Kong est une région administrative spéciale, qui bénéficie d'une autonomie judiciaire, et les faits reprochés se sont déroulés à Hong Kong.

    Mais le plus grave pour de nombreux Hongkongais, c'est la décision de remettre un dissident à la police chinoise. Un acte qui remet en cause le statut de Hong Kong, destiné à garantir le respect des droits de l'homme.

    Chronologie et chiffres clés
    Commentaires

    Republier ce contenu

    X

    Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

    Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

    Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.

    Republier ce contenu

    X

    Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

    Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

    Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.

     
    Désolé mais le délai de connexion imparti à l'opération est dépassé.