GRILLE DES PROGRAMMES
Monde
Afrique
Jeudi 14 Novembre
Vendredi 15 Novembre
Samedi 16 Novembre
Dimanche 17 Novembre
Aujourd'hui
Mardi 19 Novembre
Mercredi 20 Novembre
    Pour profiter pleinement des contenus multimédias, vous devez avoir le plugin Flash installé dans votre navigateur. Pour pouvoir vous connecter, vous devez activer les cookies dans les paramètres de votre navigateur. Pour une navigation optimale, le site de RFI est compatible avec les navigateurs suivants : Internet Explorer 8 et +, Firefox 10 et +, Safari 3 et +, Chrome 17 et + etc.
    Dernières infos
    Moyen-Orient

    Arrivée inédite de migrants en France

    media Les 124 réfugiés rassemblés dans un gymnase à Bonifacio, le 22 janvier 2010. AFP/Stephan Agostini

    124 réfugiés, des Kurdes en provenance de Syrie ou des Maghrébins, sont arrivés vendredi 22 janvier sur une plage corse. Il est très rare que des migrants arrivent en France par la mer.

    124 réfugiés disant être soit des Kurdes en provenance de Syrie, soit venir du Maghreb, ont été découverts vendredi 22 janvier sur une plage de Corse, où ces personnes ont probablement été débarquées par un passeur. 

    Il s'agit de 57 hommes, de 29 femmes, dont cinq enceintes et une handicapée, et de 38 enfants, dont neuf nourrissons, a précisé le préfet de Corse-du-Sud, Stéphane Bouillon.

    Selon le préfet de Corse, les réfugiés, qui ont été rassemblés dans un gymnase de Bonifacio, « paraissent plutôt en bonne santé ». « Nous n'avons pas eu besoin d'hospitaliser qui que ce soit et ils ont peu touché aux rations alimentaires qu'on leur a proposées », a ajouté le représentant de l’Etat.

    « On a pu les réchauffer, leur donner à boire », a expliqué Jean-Jacques Casalot, du Codis (Centre opérationnel départemental d'incendie et de secours), à la télévision.

    Selon le préfet Stéphane Bouillon, certains migrants disent être des Kurdes de Syrie, d'autres déclarent venir de Tunisie ou du Proche-Orient. Les réfugiés ont été pris en charge par la Croix-Rouge.

    Pour les autorités françaises, « la priorité est de savoir s'il n’y a pas d'autres personnes en péril », a précisé Eric Besson.

    Des recherches ont été engagées en mer pour trouver d'éventuelles embarcations dans cette zone ou des personnes tombées à l'eau. Les criques de Bonifacio ont été passées au peigne fin.

    La France n'avait pas connu une arrivée de réfugiés de ce genre depuis 2001 : 900 Kurdes étaient alors arrivés sur les côtes du Var. Pour le ministre de l'Immigration, Eric Besson, qui a donné une conférence de presse dans la journée, la situation vécue en Corse est quasiment inédite.

    Le ministre a expliqué qu'un bateau suspect avait été repéré dans les eaux internationales de la Méditerranée, au large de la Sardaigne. « Notre objectif est de retrouver la trace du bateau qui a pu amener ces personnes sur nos côtes », a déclaré Eric Besson. Il a par ailleurs proposé la tenue d'un « sommet de crise » des pays européens concernés par l'immigration clandestine, cet épisode confortant, selon Eric Besson, la proposition française de créer un corps de garde-frontières européens.

    « Ces événements démontrent une fois de plus l'urgence absolue pour l'Union européenne de renforcer la surveillance de ses frontières extérieures », a encore déclaré le ministre. « On ne peut pas laisser la Méditerranée aux mains des filières de la traite des êtres humains ». La Corse, a ajouté Eric Besson, « ne peut pas devenir un nouveau Lampedusa », du nom de l'île italienne restée pendant longtemps un point  d'entrée en Europe pour les migrants.

    Les autorités locales étudiaient la possibilité de transférer les réfugiés vers Marseille dans la mesure où il n'y a pas de centre de rétention administrative en Corse. « Ils vont être reçus un par un et nous allons étudier leur situation au cas par cas comme nous le faisons systématiquement », a précisé le ministre.

    Interrogé sur l'avenir de ces réfugiés, le préfet de Corse-du-Sud a déclaré : « La réglementation dit que les personnes qui sont rentrées en séjour irrégulier ont vocation à repartir là d'où elles venaient. Nous devons appliquer la loi en ce domaine. »

    Je suis Kurde, j'aimerais que moi et mes amis restions ensemble. Je veux une carte d'identité et un passeport français.

    Témoignage de clandestins 23/01/2010 - par RFI Écouter

     

    Chronologie et chiffres clés
    Commentaires

    Republier ce contenu

    X

    Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

    Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

    Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.

    Republier ce contenu

    X

    Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

    Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

    Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.

     
    Désolé mais le délai de connexion imparti à l'opération est dépassé.