GRILLE DES PROGRAMMES
Monde
Afrique
Mardi 17 Octobre
Mercredi 18 Octobre
Jeudi 19 Octobre
Vendredi 20 Octobre
Aujourd'hui
Dimanche 22 Octobre
Lundi 23 Octobre
    Pour profiter pleinement des contenus multimédias, vous devez avoir le plugin Flash installé dans votre navigateur. Pour pouvoir vous connecter, vous devez activer les cookies dans les paramètres de votre navigateur. Pour une navigation optimale, le site de RFI est compatible avec les navigateurs suivants : Internet Explorer 8 et +, Firefox 10 et +, Safari 3 et +, Chrome 17 et + etc.
    Asie-Pacifique

    Le Vietnam condamne des dissidents, l’Occident déplore

    media Les quatre dissidents (de gauche à droite) : Tran Huynh Duy Thuc, Nguyen Tien Trung, Le Thang Long et Le Cong Dinh, au tribunal, le 20 janvier 2010. Reuters/VNA/Hoang Hai

    Concerts de critiques occidentales contre le Vietnam. Mercredi 20 janvier, un tribunal d’Hô-Chi-Minh-Ville condamnait quatre dissidents à des peines allant de 5 à 16 ans de prison. Depuis, les associations de défense des droits de l’homme dénoncent une parodie de justice et une atteinte aux droits de l’homme. Les Etats-Unis se disent « profondément troublés » et « préoccupés » par « l'apparente absence de règle de procédure ». La France se dit elle « vivement préoccupée » et « déplore » les jugements prononcés contre ces dissidents.

    Pour la Cour d’Hô-Chi-Minh-Ville, les condamnés ont porté « atteinte à la sécurité nationale ». Pas question donc de revenir en arrière. Le tribunal leur a reproché des prises de position en faveur du multipartisme, et leur « collusion » avec des groupes « réactionnaires exilés à l'étranger » dans le but de renverser le gouvernement par des moyens « non violents ». Condamnés pour subversion, les quatre dissidents ont écopé de peines allant de cinq à seize ans de prison.

    Amnesty international a dénoncé « une complète parodie de justice ». Pour Reporters sans frontières, les autorités locales « sont engagées dans une véritable chasse aux sorcières contre les militants démocrates, et une diabolisation d'internet ».
    Les défenseurs des droits de l’homme redoutent depuis plusieurs mois un tour de vis politique au Vietnam. Selon certains observateurs, cette intransigeance du gouvernement vietnamien s’expliquerait par la tenue prochaine (début 2011) du congrès du Parti communiste.

    Il est vrai qu’au Vietnam, comme dans d’autres pays de la région, la défense des intérêts du régime associée à une volonté de toute puissance et de contrôle l’emporte sur toute autre considération. Hanoï a eu beau signer la charte des droits de l’homme de l’Asean (Association des pays de l’Asie du Sud-Est) qui l’engage à respecter les droits fondamentaux, le gouvernement vietnamien a préféré réaffirmer son pouvoir en envoyant un message de fermeté à son opinion publique. Comme en Chine, le tournant du capitalisme opéré au Vietnam dans les années 1990 n’a jamais été synonyme d’ouverture politique. Les étudiants, les avocats et tous les citoyens qui aspirent au changement en payent quotidiennement le prix.

    Les pays occidentaux regardent la valse des dissidents mis en prison d’un œil critique mais sans condamner ouvertement un régime vietnamien avec lequel ils commercent.
    La France s’est engagée en novembre 2009 dans un nouveau partenariat économique avec le Vietnam. A l’occasion de la visite du Premier ministre français sur place, 18 contrats ont été signés pour un montant de 9,5 milliards de dollars.
    Lors de son voyage, François Fillon s’est largement plié au protocole du Parti communiste en se rendant notamment au mausolée d’Ho-Chi-Minh pour faire l’éloge, quelques heures plus tard, de ce « nouveau Vietnam capitaliste » engagé sur la voie des réformes.

    Pendant ce déplacement, François Fillon n’a pas hésité à citer en exemple le Vietnam comme un « modèle de développement en Asie ».
    Au détour d’un toast avec son homologue, le chef du gouvernement français a tout de même évoqué la question des libertés. Paraphrasant François Mitterrand, le Premier ministre a dit sa « confiance dans le fait que l’ouverture économique et les réformes allaient de pair avec le renforcement des libertés publiques. »
    Depuis le mercredi 20 janvier 2010 et la condamnation des quatre dissidents, la déclaration la plus ferme des autorités françaises est venue du ministère des Affaires étrangères. Son porte-parole Bernard Valéro a « déploré » les condamnations et s’est dit « vivement préoccupé ». « Une mollesse qui n’étonnera personne », a expliqué à RFI Reed Brody. Le porte-parole de Human Rights Watch a ajouté que « les intérêts économiques sont probablement plus importants. »
     

    Chronologie et chiffres clés
    Sur le même sujet
    Commentaires
     
    Désolé mais le délai de connexion imparti à l'opération est dépassé.