Les Américains reviennent en Afrique - Afrique - RFI

 

  1. 07:40 TU Grand reportage
  2. 08:00 TU Journal
  3. 08:10 TU Appels sur l'actualité
  4. 08:30 TU Journal
  5. 08:40 TU Appels sur l'actualité
  6. 09:00 TU Journal
  7. 09:10 TU Priorité santé
  8. 09:30 TU Journal
  9. 09:33 TU Priorité santé
  10. 10:00 TU Journal
  11. 10:10 TU 7 milliards de voisins
  12. 10:30 TU Journal
  13. 10:33 TU 7 milliards de voisins
  14. 11:00 TU Journal
  15. 11:15 TU Sessions d'information
  16. 11:30 TU Journal
  17. 11:33 TU Sessions d'information
  18. 12:00 TU Journal
  19. 12:10 TU Sessions d'information
  20. 12:30 TU Journal
  21. 12:33 TU Sessions d'information
  22. 12:40 TU Grand reportage
  23. 13:00 TU Journal
  24. 13:10 TU Vous m'en direz des nouvelles !
  25. 13:30 TU Journal
  1. 07:30 TU Sessions d'information
  2. 08:00 TU Journal
  3. 08:10 TU Appels sur l'actualité
  4. 08:30 TU Journal
  5. 08:40 TU Appels sur l'actualité
  6. 09:00 TU Journal
  7. 09:10 TU Priorité santé
  8. 09:30 TU Journal
  9. 09:33 TU Priorité santé
  10. 10:00 TU Journal
  11. 10:10 TU 7 milliards de voisins
  12. 10:30 TU Journal
  13. 10:33 TU 7 milliards de voisins
  14. 11:00 TU Journal
  15. 11:15 TU Sessions d'information
  16. 11:30 TU Journal
  17. 11:33 TU Sessions d'information
  18. 12:00 TU Journal
  19. 12:10 TU Grand reportage
  20. 12:30 TU Sessions d'information
  21. 13:00 TU Journal
  22. 13:10 TU Sessions d'information
  23. 13:30 TU Journal
  24. 13:33 TU Danse des mots
  25. 14:00 TU Journal
fermer

Afrique

Anniversaire des indépendances africaines Etats-Unis

Les Américains reviennent en Afrique

media

Le continent africain n'a jamais eu beaucoup d'attrait pour Washington même si, comme nombre de présidents américains aiment à le rappeler, «10% de la population américaine a des origines africaines». Simple pion dans la lutte contre le communisme pendant la Guerre froide, l'Afrique l'est à nouveau aujourd'hui dans la lutte contre le terrorisme islamique.

La visite du président Barack Obama au Ghana, le 11 juillet 2009, n'a duré que 24h mais tout était dit: venu célébrer l'élection très démocratique du président John Atta-Mills, Barack Obama a appelé l'Afrique à prendre en main son propre destin et à combattre les pratiques antidémocratiques, la corruption, les conflits et la maladie. Un encouragement déjà formulé dans le passé, mais lorsqu'il est repris par un fils de l'Afrique, élu à la tête de la première puissance mondiale, il résonne d'un surcroît de pragmatisme.

Les États-Unis n'ont jamais, jusque-là, été réellement impliqués dans le développement des pays africains.


Racines

Le premier contact entre Afrique et Amérique a lieu hors d'Afrique. Clients des négriers, les colons américains ont besoin d'esclaves pour développer leur nouveau pays. La  première cargaison de « cheptel » humain arrive au début du XVIIe siècle. Bien que les États n'importeront finalement que 6% de toute la population de la traite, les Africains vont faire souche en Amérique du nord, constituant quelques années plus tard jusqu'à 65% des habitants de certaines circonscriptions.

Le mouvement de l'abolition de l'esclavage prend naissance peu avant l'indépendance de la colonie britannique (4 juillet 1776). Les villes, puis les États du Nord vont l'interdire progressivement, jusqu'à son abolition totale en 1865. Mais la situation des noirs «libérés» est loin d'être égalitaire.

C'est dans les années 1820 que les premiers colons -esclaves libérés des états du Nord de l'Amérique- prennent pied à Monrovia, nommée ainsi en hommage au président James Monroe. Le mouvement de retour à la Terre-mère a des accents ambigus dans la communauté noire : certains veulent rester dans la société américaine et se battre pour obtenir des droits égaux, d'autres préfèrent le retour à la Terre promise qu'ils revendiquent comme un droit à la propriété.

La petite communauté envoyée par la Société américaine de colonisation (ACS), créée en 1816, s'impose aux populations locales de la côte des Graines. En 1847, quand le Liberia devient un État indépendant, ce sont les Afroaméricains qui sont au poste de commande.

Au début des années 1870, le Liberia est obligé de faire appel à des emprunts en Europe et aux États-Unis. La colonie prospère mais en choisissant le camp allié, lors de la Première Guerre mondiale, alors que l'Allemagne est l'un de ses principaux partenaires, elle provoque sa ruine.

La découverte des métaux précieux, l'impulsion à la colonisation donnée par la conférence de Berlin où les Européens se partagent l'Afrique et le développement des plantations, la construction des infrastructures commerciales mettent l'eau à la bouche des entrepreneurs américains.

Lorsqu'en 1920, la société  Firestone présentera un bail emphytéotique sur près d'1/2 million d'hectares pour une plantation d'hévéas, avec le droit d'exploiter tout ce qu'elle pourrait y découvrir (dont les mines de diamants) en échange d'un prêt pour rembourser ses emprunts, l'État libérien, en faillite, signera.

En Abyssinie, le roi Ménélik II accueille à bras ouverts l'émissaire du président américain Theodore Roosevelt. L'idée d'établir des relations avec une puissance autre que l'Europe séduit le souverain dont la santé est devenue fragile. Il signe un Traité d'amitié et de commerce avec les États-Unis, en 1909.

Theodore Roosevelt quitte la présidence en mars de la même année et entame.... un safari en Afrique de l'Est, avec une nombreuse suite de «scientifiques». L'intérêt des États-Unis pour les terres africaines est encore folklorique, éventuellement religieux. 
Toutefois, celui-ci va se réveiller lentement, d'abord sous l'impulsion conjointe des associations de lutte contre la discrimination des noirs et du mouvement panafricaniste. C'est dans l'émergence de ce courant de pensée que le missionnaire presbytérien William Sheppard, lui-même noir, va dénoncer les exactions des hommes du roi des Belges, Léopold II, contre les populations du Congo. Ses rapports feront grand-bruit aux États-Unis.

En 1937, est créé le Conseil des affaires africaines qui synthétise les différentes aspirations des noirs américains en le reliant aux revendications des peuples colonisés. L'action de cette association se concentre sur l'Afrique du Sud, pays indépendant, et sa politique d'apartheid. Le CAA sera interdit en 1955, alors que débutent les campagnes anticommunistes aux États-Unis.

La constitution de la VIe flotte en mer Méditerranée, après la Première Guerre mondiale, fait que les Américains considèrent d'un autre oeil les côtes africaines.  Une base militaire à Monrovia n'est qu'une formalité et, à la fin de la Seconde Guerre mondiale, un point d'ancrage sur la mer Rouge, à Massawa en Erythrée (annexée par l'Ethiopie en 1962), est acquis. Les Européens ont permis à leur allié d'outre-atlantique d'établir d'autres relais: le Maroc, l'Afrique du Sud, Madagascar, l'Egypte, petits cailloux sur le chemin du pétrole oriental et asiatique.

Les indépendances

Les États-Unis, défenseurs de la cause du droit des peuples à disposer d'eux-mêmes, se réjouissent du mouvement de décolonisation entrepris par les Européens. La présence du vice-président Richard Nixon au Ghana, en 1957, marque un regain d'intérêt. Celui-ci va devenir grandissant quand Kwame Nkrumah, président ghanéen, vient plaider la cause des noirs aux Nations unies et que certains États africains choisissent la voie communiste.

En 1958 est créé le bureau des affaires africaines et du Proche-Orient au sein du Département d'État. L'Afrique devient un pion dans sa lutte contre l'influence de l'URSS. Les jeunes États et leurs dirigeants sont étroitement surveillés par Washington, et surtout par la Centrale de renseignements (CIA). John F. Kennedy, qui accède à la présidence en janvier 1961, a peut-être une bonne connaissance des dossiers africains -son état d'origine, le Massachussets, est l'un des pionniers de la cause noire-, mais sa sympathie pour les militants des droits civiques et leurs frères africains de l'Afrique australe est dépassée par le cours des évènements. Ses successeurs ne sont omnubilés que par l'expansion communiste.

C'est le début d'une longue période d'interventions et d'alliances louches, d'aides militaires à des rébellions et à des dictateurs perçus comme des remparts contre le communisme, qui laissera un souvenir amer à plus d'un Africain. Les documents déclassifiés de la CIA montreront l'implication du président Dwight Eisenhower (1953-1961) dans l'assassinat de Patrice Lumumba au Congo.
L''indépendance de la Rhodésie du Sud (1962), unilatéralement proclamée par Ian Smith, imposant un gouvernement blanc et l'arrestation des leaders noirs rhodésiens Josuah Nkomo et Robert Mugabe (1964) entraînent peu de protestations officielles en dépit des appels de la communauté noire américaine. Les activités de l'ANC (African National Congress) et ses références aux luttes sociales soudent Washington aux régimes racistes de l'Afrique australe. La Tanzanie entraînée par Julius Nyerere aux aspirations socialistes, soutient les rebelles congolais. Les États-Unis pactisent avec Mobutu Sese Seko qui devient leur homme de confiance pour la suite des évènements (guerre angolaise).

Le Liberia ouvre ses portes à la Troïka soviétique, chinoise et cubaine en 1971.  Le coup d'État de Samuel Doe contre le gouvernement en place, rapportera 500 millions de dollars d'aides directes ou indirectes des États-Unis au pays alors que celui-ci devient l'un des grands cimetières des droits de l'homme. Le président Ronald Reagan (1981-1989) continue de soutenir le dictateur après les élections truquées de 1985. Un complot contre le gouvernement ghanéen auquel participent des anciens du Vietnam est découvert peu après un rapprochement de celui-ci avec la Libye.

Les deux puissances, soviétique et américaine, effectuent un tour de passe-passe en Afrique de l'Est: en 1977, l'Ethiopie se range du côté socialiste, après avoir été soutenue par Washington, et la Somalie socialiste se reconvertit au monde libre (extrait vidéo La guerre de l'Ogaden, en anglais).

Pendant les années 80, l'aide militaire américaine augmente de 35%.

                                                                                                               [1]  [2] page suivante

Commentaires

 
Désolé mais le délai de connexion imparti à l'opération est dépassé.