GRILLE DES PROGRAMMES
Monde
Afrique
Jeudi 10 Octobre
Vendredi 11 Octobre
Samedi 12 Octobre
Dimanche 13 Octobre
Aujourd'hui
Mardi 15 Octobre
Mercredi 16 Octobre
    Pour profiter pleinement des contenus multimédias, vous devez avoir le plugin Flash installé dans votre navigateur. Pour pouvoir vous connecter, vous devez activer les cookies dans les paramètres de votre navigateur. Pour une navigation optimale, le site de RFI est compatible avec les navigateurs suivants : Internet Explorer 8 et +, Firefox 10 et +, Safari 3 et +, Chrome 17 et + etc.
    Urgent

    Le gouvernement équatorien et le mouvement indigène ont trouvé ce dimanche 13 octobre un accord pour sortir de la crise sociale qui paralyse le pays depuis 12 jours, grâce au retrait du décret polémique supprimant les subventions au carburant. Les deux parties se sont mises d'accord sur la préparation d'«un nouveau décret qui annule le décret 883» sur l'essence, et «avec cet accord la mobilisation se termine», a annoncé Arnaud Peral, représentant en Équateur de l'ONU, qui a facilité avec l'Eglise catholique la tenue d'un dialogue.

    Afrique

    Une délégation de députés nigérians au chevet d'Umaru Yar'Adua

    media Le 26 septembre 2009, le président nigérian Umaru Yar'adua, participait à une prière à Abuja. Reuters/Afolabi Sotunde

    Une poignée de parlementaires est arrivée lundi 8 février à Djeddah, en Arabie Saoudite, où le chef de l'Etat nigérian est hospitalisé depuis deux mois et demi pour une grave affection cardiaque. Voilà plusieurs semaines que des voix s'élèvent pour demander que le vice-président assure l'intérim. Conformément à ce qui avait été décidé il y a trois semaines, les députés sont donc partis à Djeddah a priori pour se rendre compte de visu de l'état de santé du président.

    Le leader de l'opposition parlementaire et le chef adjoint de la majorité, entre autres, sont partis pour Djeddah. Selon ce qui avait été décidé il y a deux semaines, chacun des six membres de la délégation représente une zone géopolitique du pays.

    D'après la Constitution nigériane, il ne revient pas aux députés mais au gouvernement de déclarer le président inapte à exercer le pouvoir. Or, au gouvernement, seule la ministre de l'Information Dora Akunyili a osé mettre les pieds dans le plat la semaine dernière et demander qu'Umaru Yar'Adua transfère par écrit ses pouvoirs à son vice-président, comme l'y autorise la Constitution.

    La délégation devrait toutefois pouvoir se rendre compte de l'état de santé du président et, en attendant, selon Ita Enang, député du parti au pouvoir, l'Assemblée nationale prépare un amendement à la Constitution. « Nous avons vu que nos mains étaient liées par un article de la Constitution qui dit que le président doit écrire une lettre pour transférer ses pouvoirs à son vice-président en son absence », dit-il. Nous avons présenté un amendement pour que le transfert des pouvoirs soit automatique si le président n'a pas écrit de lettre mais est absent sur une période donnée, parce qu'il peut y avoir des situations où le président est dans l'incapacité d'écrire la lettre ».

    Est-on aujourd'hui dans cette situation ? Ce député du parti au pouvoir refuse d'en dire plus. Il attend les informations de la délégation partie pour Djeddah. L'adoption définitive de cet amendement facilitant le transfert du pouvoir au vice-président pourrait par ailleurs selon lui prendre trois semaines.

    Chronologie et chiffres clés
    Sur le même sujet
    Commentaires

    Republier ce contenu

    X

    Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

    Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

    Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.

    Republier ce contenu

    X

    Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

    Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

    Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.

     
    Désolé mais le délai de connexion imparti à l'opération est dépassé.