GRILLE DES PROGRAMMES
Monde
Afrique
Samedi 15 Décembre
Dimanche 16 Décembre
Lundi 17 Décembre
Mardi 18 Décembre
Aujourd'hui
Jeudi 20 Décembre
Vendredi 21 Décembre
    Pour profiter pleinement des contenus multimédias, vous devez avoir le plugin Flash installé dans votre navigateur. Pour pouvoir vous connecter, vous devez activer les cookies dans les paramètres de votre navigateur. Pour une navigation optimale, le site de RFI est compatible avec les navigateurs suivants : Internet Explorer 8 et +, Firefox 10 et +, Safari 3 et +, Chrome 17 et + etc.
    Moyen-Orient

    Cimetière de Mamilla : le chantier de la discorde

    media

    Un soixantaine de familles palestiniennes, soutenues par des associations, ont signé une pétition et demandent aux Nations unies d'intervenir pour préserver un ancien cimetière musulman de la ville de Jérusalem qui doit bientôt accueillir le musée de la Tolérance.

    Avec notre correspondante à Jérusalem, Catherine Monnet

    C'est le chantier le plus controversé de Jérusalem. Le projet remonte à 2002 et prévoit de construire un musée de la Tolérance en plein cœur de la ville sainte. Mais le site choisi est un ancien cimetière musulman du 12è siècle et les premiers travaux mettent au jour des dizaines de tombes et des centaines d'ossements.
     
    Aucun des recours juridiques déposés par les associations palestiniennes pour faire cesser les travaux n'ont abouti. C'est pour cela que 60 descendants de familles enterrées au cimetière de Mamilla se tournent aujourd’hui vers les Nations unies. Parmi eux, des membres de la famille Husseini : « Mon grand-père, du côté de mon père, Jamal Eddine Al-Imam, est enterré là-bas. Pour moi, c’est notre histoire, notre présent et notre avenir. C’est notre patrimoine ».
     
    La famille Dajani n’est pas d’accord non plus sur ces travaux. « J’ai juste énormément de mal à comprendre pourquoi quiconque ferait une chose comme ça. Surtout que si c’est pour construire un musée de la Tolérance, je trouve ça encore plus difficile à comprendre, que les gens puissent être si peu tolérants en le faisant ». 
     
    Même réaction du côté de la famille Al-Imam : « Ils auraient pu venir nous demander ce que nous en pensions, de construire un musée là-bas. Il faut qu’on nous entende car ce sont nos ancêtres qui reposent là. Ce ne sont pas des ancêtres juifs. C’est nous qui sommes là. Ils peuvent faire leur musée ailleurs, n'importe où! ».
     
    Les signataires dénoncent la désacralisation d'un site religieux mais, pour eux, l'enjeu c'est surtout de ne pas laisser s'effacer les traces de leur passé dans la ville sainte.
    Le musée de la Tolérance est financé par le centre Simon Wiesenthal, qui a
    édifié un musée éponyme à Los Angeles (Etats-Unis).

     

    Chronologie et chiffres clés
    Commentaires

    Republier ce contenu

    X

    Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

    Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

    Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.

    Republier ce contenu

    X

    Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

    Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

    Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.

     
    Désolé mais le délai de connexion imparti à l'opération est dépassé.