GRILLE DES PROGRAMMES
Monde
Afrique
Vendredi 16 Août
Samedi 17 Août
Dimanche 18 Août
Lundi 19 Août
Aujourd'hui
Mercredi 21 Août
Jeudi 22 Août
    Pour profiter pleinement des contenus multimédias, vous devez avoir le plugin Flash installé dans votre navigateur. Pour pouvoir vous connecter, vous devez activer les cookies dans les paramètres de votre navigateur. Pour une navigation optimale, le site de RFI est compatible avec les navigateurs suivants : Internet Explorer 8 et +, Firefox 10 et +, Safari 3 et +, Chrome 17 et + etc.
    Afrique

    300 000 enfants soldats dans le monde, dont beaucoup en Afrique

    media Des enfants soldats jouant avec des fusils d'assault AK-47 en République démocratique du Congo. AFP

    Ce vendredi 12 février 2010 est la Journée mondiale de l'enfant-soldat. Comme chaque année, les organisations internationales de défense des droits de l’homme tirent la sonnette d'alarme pour tenter d'enrayer un fléau qui touche des centaines de milliers d’enfants dans le monde.

     

    300 000 enfants, dont un tiers en Afrique, participent à une trentaine de conflits de par le monde. Certains sont combattants, d'autres coursiers ou porteurs. D'autres, enfin, esclaves sexuels. Beaucoup sont recrutés de force. Mais beaucoup, aussi, s'enrôlent de façon volontaire, notamment ceux qui n'ont d'autre choix pour échapper à la faim et à des conditions de vie difficiles.

    Dans tous les cas, l'enrôlement d'enfants soldats est un phénomène qui ne disparait pas de la surface du globe, malgré la mobilisation des organistaions non gouvernementales (ONG). Certaines, comme Human Rights Watch (HRW) ou Amnesty International (AI), mettent en cause les Nations unies qui bien qu'ayant dénoncé le phénomène tardent à sanctionner les auteurs, que ce soient les groupes armés ou les gouvernements qui ont recours aux enfants soldats.

    Pour ces enfants, l'espoir viendra, peut-être, de la Cour pénale internationale (CPI) qui qualifie l'enrôlement de combattants de moins de quinze ans de « crime de guerre ». Thomas Lubanga, l'ancien milicien congolais, est d'ailleurs actuellement en procès devant la CPI, pour, entre autres, avoir fait combattre des enfants soldats en République démocratique du Congo. Charles Taylor, l'ancien président libérien, est accusé du même crime par le Tribunal spécial pour la Sierra Leone (TSSL).

    En attendant, « Allah n'est pas obligé d'être juste dans toutes ses choses ici bas », pour reprendre la phrasé clé du roman d'Amadou Kourouma, l'écrivain ivoirien qui a sans doute fait davantage que bien des commissions onusiennes pour faire prendre conscience au monde de la cruauté de ce phénomène des enfants soldats.

     

    Chronologie et chiffres clés
    Sur le même sujet
    Commentaires

    Republier ce contenu

    X

    Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

    Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

    Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.

    Republier ce contenu

    X

    Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

    Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

    Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.

     
    Désolé mais le délai de connexion imparti à l'opération est dépassé.