GRILLE DES PROGRAMMES
Monde
Afrique
Lundi 15 Juillet
Mardi 16 Juillet
Mercredi 17 Juillet
Jeudi 18 Juillet
Aujourd'hui
Samedi 20 Juillet
Dimanche 21 Juillet
    Pour profiter pleinement des contenus multimédias, vous devez avoir le plugin Flash installé dans votre navigateur. Pour pouvoir vous connecter, vous devez activer les cookies dans les paramètres de votre navigateur. Pour une navigation optimale, le site de RFI est compatible avec les navigateurs suivants : Internet Explorer 8 et +, Firefox 10 et +, Safari 3 et +, Chrome 17 et + etc.
    Asie-Pacifique

    L'année du Tigre, une occasion de mobiliser pour sauver les tigres

    media Un tigre en Thaïlande (province de Chang Mai). AFP/PORNCHAI KITTIWONGSAKUL

    L'année du Tigre qui s'ouvre dans le calendrier chinois est l'occasion pour les défenseurs de l'environnement de mobiliser l'opinion publique, notamment en Asie où vivent les derniers tigres en liberté. Ils ne sont plus que 3 200 en liberté dans treize pays de l'Asie - de l'Inde à la Russie en passant par l'Indonésie, le Cambodge ou la Malaisie.

    Le calendrier chinois offre une excellente opportunité pour populariser un programme mondial de protection des tigres. La mobilisation a commencé par une conférence ministérielle, la première du genre consacrée au tigre, en Thaïlande fin janvier 2010. Les pays possédant encore des tigres sauvages s'y sont engagés à doubler la population de leurs félins d'ici 2022, c'est à dire la prochaine année du Tigre. Parallèlement, l'Inde a démarré une campagne de publicité avec l'aide des stars de cinéma et du sport pour préserver ses 1 400 individus. La mascotte de cette campagne est le bébé tigre Stripey qui compte déjà beaucoup d'amis sur le site Facebook. Autre rendez-vous des défenseurs des tigres : en septembre prochain la ville russe de Vladivostok accueillera un «sommet pour la sauvegarde du tigre».

    Lors de la dernière année du Tigre en 1998, il y avait plus de 6000 tigres en liberté alors qu'au début du 20ème siècle ils étaient plus de 100 000. Parmi les principales causes de leur disparition on peut citer l'utilisation de la peau, de la graisse et des os par la médecine traditionelle chinoise mais aussi la déforestation progressive provoquée par l'accroissement des activités humaines.

    Par ailleurs, les défenseurs de l'environnement s'inquiètent aussi du sort de plus de 5000 tigres détenus par des particuliers aux Etats Unis.

    La folie dangereuse des pétards en Chine

    Avec notre correspondant à Pékin, Marc Lebeaupin

    La photo d'un jeune garçon de 12 ans, devant une machine rudimentaire, ficelant les uns aux autres des milliers de pétards destinés au Nouvel an. Cette photo faisait la une cette semaine du South China Morning Post, le grand quotidien en chinois de Hong-Kong.

    Selon ce journal, qui a enquêté dans les ateliers clandestins du Sud de la Chine, ces enfants, recrutés parfois beaucoup plus jeunes, gagnent à peine trois ou quatre euros par jour, pour un travail à haut risque.

    Cette industrie, qui réalise des milliards de yuans de chiffre d'affaires chaque année, repose sur 7 000 entreprises déclarées, mais surtout sur des milliers d'ateliers clandestins dans les villages les plus déshérités de la Chine, où les autorités locales ferment les yeux.

    Une situation comparable à celle des mines de charbon clandestines, avec tous les risques que cela implique. Depuis le début de l'année déjà, plusieurs dizaines de personnes sont mortes dans des ateliers en manipulant des produits explosifs. Depuis vingt ans, le gouvernement a recensé plus de 8 000 accidents, ayant entrainé la mort d'environ 10 000 personnes. Un chiffre officiel, sans doute en dessous de la réalité et qui ne précise pas l'âge des victimes.

    Le 12 novembre dernier, 13 enfants, âgés de 7 à 15 ans, sont morts dans l'explosion de leur atelier dans une province du Sud de la Chine.

    Commentaires

    Republier ce contenu

    X

    Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

    Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

    Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.

    Republier ce contenu

    X

    Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

    Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

    Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.

     
    Désolé mais le délai de connexion imparti à l'opération est dépassé.