GRILLE DES PROGRAMMES
Monde
Afrique
Vendredi 12 Juillet
Samedi 13 Juillet
Dimanche 14 Juillet
Lundi 15 Juillet
Aujourd'hui
Mercredi 17 Juillet
Jeudi 18 Juillet
    Pour profiter pleinement des contenus multimédias, vous devez avoir le plugin Flash installé dans votre navigateur. Pour pouvoir vous connecter, vous devez activer les cookies dans les paramètres de votre navigateur. Pour une navigation optimale, le site de RFI est compatible avec les navigateurs suivants : Internet Explorer 8 et +, Firefox 10 et +, Safari 3 et +, Chrome 17 et + etc.
    Science

    Toutankhamon serait mort du paludisme combiné à une affection osseuse

    media Un employé du service égyptien des Antiquités retire la momie de Toutankhamon, l'enfant-pharaon, de son cercueil. Reuters

    Des travaux de recherche portant sur les analyses ADN de la momie ont permis d'identifier Akhenaton, époux de la légendaire reine Néfertiti, comme étant le père du pharaon décédé il y a plus de 3 000 ans. L'étude, publiée dans le Journal of the American Medical Association (JAMA) du 17 février 2010 aux Etats-Unis, révèle également que le jeune pharaon légendaire serait mort du paludisme combiné à une affection osseuse. L'étude paraît ouvrir la voie à une nouvelle approche de recherche en généalogie moléculaire et paléogénomique des pathogènes
     

    « Toutankhamon est mort jeune et sans héritier. Les égyptologues ont abondamment spéculé sur l'hypothèse de maladies héréditaires dans la famille
    royale de la XVIIIe dynastie aussi bien que sur la cause de son décès après neuf ans sur le trône
    », explique Zahi Hawass, responsable des antiquités égyptiennes au musée du Caire, le principal auteur de cette étude.

    Entre 2007 à 2009 , les chercheurs se sont appuyés sur plusieurs méthodes dont la radiologie et l'analyse d'ADN pour cette recherche effectuée sur seize momies dont onze, y compris celle de Toutankhamon, étaient apparemment membres de la famille royale. Les travaux de recherche visaient à déterminer les liens de parentés et de sang et l'existence de caractéristiques pathologiques héréditaires chez Toutankhamon.

    Trois gènes liés au parasite Plasmodium falciparum

    Conclusion des tests génétiques : les deux momies partagent plusieurs caractéristiques morphologiques uniques et ont le même groupe sanguin. Les auteurs de cette recherche ont aussi déterminé que la mère du jeune pharaon serait la momie KV35YL dont le nom reste inconnu. Ils ont aussi identifié sa grand mère, la reine Tye, mère d'Akhenaton.

    « Ces résultats laissent penser qu'une circulation sanguine insuffisante des tissus osseux, affaiblissant ou détruisant une partie de l'os, combinée au paludisme, est la cause la plus probable de la mort de Toutankhamon » et ce à la suite d'une fracture, écrit Zahi Hawass. Ce diagnostic a pu être établi surtout grâce aux tests génétiques qui ont révélé une série de malformations dans la famille de Toutankhamon comme la maladie de Kohler qui détruit les cellules osseuses. « Ce diagnostic est conforté par la découverte dans sa tombe de canes et d'une pharmacie pour l'au-delà », précisent les chercheurs.

    Les analyses d'ADN auraient également mis en évidence la présence de trois gènes liés au parasite Plasmodium falciparum, responsable du paludisme chez quatre des momies étudiées, dont celle de Toutankhamon. Une étude, donc, qui semblerait ouvrir la voie à une nouvelle approche de recherche en généalogie moléculaire et paléogénomique des pathogènes de la période pharaonique, selon les chercheurs.

    Mais les conclusions ne font pas l'unanimité dans la communauté scientifique

    Très critique, Abdel Halim Noureddine, ancien patron des antiquités égyptiennes et professeur d'archéologie à l'Université du Caire, déclare quant à lui « ne pas pouvoir dire de manière catégorique que les tests ADN puissent donner de vrais résultats sur des momies de plus de 3 500 ans ». Selon lui, « les tests ADN en archéologie ne sont pas suffisants. Il faut d'autres preuves archéologiques qui nous permettent d'établir avec certitude la généalogie de Toutankhamon ». 

    Marc Gabolde

    Maître de conférences à l’université Paul-Valéry Montpellier 3, dirige une mission archéologique à Tell el Amarna en Egypte

    17/02/2010 - par Nathalie Amar Écouter
    La découverte du tombeau de Toutankhamon est probablement le plus beau trésor antique découvert à peu près intact…

    Bien que le corps embaumé de Toutankhamon ait été identifié et soit relativement bien conservé, certains spécialistes soulignent, en effet, les aléas de l'exercice appliqué à des dépouilles vieilles de plusieurs millénaires. Une première difficulté tient à l'état des éléments d'ADN prélevés sur des corps embaumés par des dizaines de personnes avec de nombreux produits, puis peut-être à nouveau manipulés lors de fouilles ou de pillages. Ainsi, par exemple, « des momies passées aux rayons-X par le passé peuvent aussi avoir un ADN abîmé. La momie de Ramsès II, traitée à la bombe au cobalt pour détruire les champignons qui la rongeaient », a désormais un ADN très dégradé.

    « L'absence de momies totalement identifiées du côté des pères possibles du pharaon et des mères potentielles rend également problématique la comparaison de certains ADN », relèvent des experts. Marc Gabolde, spécialiste de cette période à l'université de Montpellier III (sud de la France), souligne par exemple qu’en ce qui concerne Toutankhamon, « le problème qui se pose est lié aux hypothèses historiques sur son ascendance », et à « l'incertitude sur l'identité d'un certain nombre de momies ».

    Si une majorité d'historiens pense que Toutankhamon est le fils d'Akhénaton (Amenhotep IV), d'autres pensent au prédécesseur d'Akhénaton, le pharaon Amenhotep III, ou encore à son successeur, Smenkhkare. Quant à Néfertiti, épouse d'Akhénaton, cette dernière est souvent citée comme la mère du jeune pharaon, de même que Kiya, une épouse secondaire du même roi. A moins qu'il ne s'agisse de Maïa, régente et mère nourricière du jeune pharaon.

    Toutankhamon et ses ancêtres étaient peu connus jusqu'à la découverte en 1922 dans la vallée des rois par le Britannique Howard Carter de sa tombe intacte avec un fabuleux trésor, dont son masque mortuaire en or massif.

    Dans un éditorial accompagnant l'étude, le Dr Howard Markel, de l'Université du Michigan (nord), considère que « cette recherche soulève des questions éthiques comme le fait de savoir si des personnages historiques ont le même droit au respect de leur vie privée après leur mort que des citoyens ordinaires ».

     

     

    Chronologie et chiffres clés
    Sur le même sujet

    Republier ce contenu

    X

    Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

    Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

    Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.

    Republier ce contenu

    X

    Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

    Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

    Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.

     
    Désolé mais le délai de connexion imparti à l'opération est dépassé.