GRILLE DES PROGRAMMES
Monde
Afrique
Jeudi 19 Septembre
Vendredi 20 Septembre
Samedi 21 Septembre
Dimanche 22 Septembre
Aujourd'hui
Mardi 24 Septembre
Mercredi 25 Septembre
    Pour profiter pleinement des contenus multimédias, vous devez avoir le plugin Flash installé dans votre navigateur. Pour pouvoir vous connecter, vous devez activer les cookies dans les paramètres de votre navigateur. Pour une navigation optimale, le site de RFI est compatible avec les navigateurs suivants : Internet Explorer 8 et +, Firefox 10 et +, Safari 3 et +, Chrome 17 et + etc.
    Asie-Pacifique

    A la une : les préparatifs en Thaïlande avant la journée à haut risque du 26 février

    « Thaksin redéploie ses chemises rouges », titre le Bangkok Post, qui consacre un article à la façon dont l'ancien Premier ministre en fuite mobilise en amont du jugement attendu le 26 février. La Cour suprême doit alors se prononcer sur le maintien ou non du gel des avoirs du clan Thaksin. Un pactole de 76 milliards de baht, soit plus de deux milliards de dollars. En attendant le verdict, les milices populaires portant chemise rouge fleurissent à travers le pays, à en croire ce journal, les députés du camp Thaksin sont également encouragés à mobiliser dans leurs provinces. Selon les sources du Bangkok Post, Thaksin appelle lui-même ses partisans pour les galvaniser et les inciter à rejoindre la capitale, le jour J.

    Des rassemblements sont d'ailleurs programmés à partir de ce samedi 20 février. Des miliciens seraient recrutés et payés grassement pour assurer la sécurité et forcer le passage des manifestants. Plusieurs articles s'attachent aussi à décrire le dispositif mis en place par les autorités pour prévenir d'éventuelles irruptions de violence. Les partisans de Thaksin dénoncent par avance les provocations des forces de l'ordre.

    Birmanie, les condamnations continuent de pleuvoir

    Le rapporteur de l’ONU sur les droits de l’homme Tomas Ojea Qintana poursuit son périple en Birmanie et la presse dissidente le suit pas à pas. Il était ce jeudi 18 février en compagnie des leaders de la Ligue nationale pour la démocratie, Tin Oo et Win Tin, ainsi que d'autres dirigeants du parti de Aung San Suu Kyi. Il apparaît en revanche que Tomas Ojeo Qintana risque de quitter la Birmanie sans avoir pu rendre visite à la célèbre prisonnière de Rangoon.

    Au sujet des élections organisées cette année par la junte, à une date qui n'a pas encore été spécifiée, le journal en ligne Mizzima News affirme que les dirigeants de la LND ont rappelé à l'émissaire onusien qu'ils restaient sur leur position initiale : pas de participation au scrutin sans une révision de la Constitution. Ils ont également une autre condition : la libération de tous les prisonniers politiques avant la tenue des élections.

    Tout au long de la visite de M. Qintana, Mizzima News rappelle que les condamnations ont continué à pleuvoir. Hier, devant le tribunal de la prison d'Insein, il y avait un moine : U Gaw Thita d'un monastère de Rangoon, connu pour l'assistance qu'il a prodiguée aux victimes du cyclone Nargis. Arrêté à l'aéroport de Mingaladon au retour d'un séjour à Taiwan, les juges ont invoqué les articles relatifs à la loi sur la détention de devises étrangères et le règlement sur les associations illégales, pour le condamner à sept ans de prison.

    Chine-Etats-Unis, le temps des remontrances

    « La Chine attend des Etats-Unis des gestes concrets pour établir une relation saine ». C'est ce que l'on peut lire aujourd'hui à la une du China Daily. Le journal pro-gouvernemental publie le communiqué du ministère des Affaires étrangères, qui accuse les Etats-Unis d'avoir « grossièrement violé les normes gouvernant les relations internationales ». Washington devrait à présent adopter des mesures pour effacer ce geste et arrêter de soutenir les forces séparatistes anti-chinoises.

    Que se cache-t-il derrière cette rencontre, interroge le journal, dans un article enflammé, où il est question de la « mentalité de la guerre froide ». Pour son auteur, Obama joue la carte tibétaine contre la Chine, pour redorer son blason vis-à-vis de l'opinion américaine.

    En Malaisie, du fouet pour la femme adultère

    Les coups de fouet ou de baton assénés à trois femmes adultères ce jeudi 18 février font couler beaucoup d’encre… Mais on ne peut pas réellement parler de débat sur la question, à la lecture des articles publiés dans The Star. Le journal de Kuala Lumpur va jusqu'à titrer : « Ces coups de bâton qui nous ont fait du bien », et de développer les témoignages anonymes, non pas des récentes condamnées mais de trois autres femmes soumises aux mêmes supplices, et qui affirment - sous la plume du journaliste - avoir apprécié la sentence.

    Pour contrebalancer ces déclarations, une petite citation de bas de page du président du barreau, qui demande au gouvernement d'abolir le châtiment du fouet et de se plier aux normes internationales. La ministre de la Famille, des Femmes et du Développement communautaire, elle, prend acte de la sanction appliquée aux trois femmes adultères. « On ne peut dénier la sagesse qui repose derrière la jurisprudence de la sharia », dit-elle, tout en admettant que les femmes sont généralement peu consultées sur le bien-fondé de la mise en œuvre des sanctions.

    Chronologie et chiffres clés
    Commentaires

    Republier ce contenu

    X

    Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

    Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

    Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.

    Republier ce contenu

    X

    Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

    Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

    Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.

     
    Désolé mais le délai de connexion imparti à l'opération est dépassé.