GRILLE DES PROGRAMMES
Monde
Afrique
Mercredi 18 Octobre
Jeudi 19 Octobre
Vendredi 20 Octobre
Samedi 21 Octobre
Aujourd'hui
Lundi 23 Octobre
Mardi 24 Octobre
    Pour profiter pleinement des contenus multimédias, vous devez avoir le plugin Flash installé dans votre navigateur. Pour pouvoir vous connecter, vous devez activer les cookies dans les paramètres de votre navigateur. Pour une navigation optimale, le site de RFI est compatible avec les navigateurs suivants : Internet Explorer 8 et +, Firefox 10 et +, Safari 3 et +, Chrome 17 et + etc.
    Afrique

    L'opposition conteste les résultats de la présidentielle togolaise

    media

    La colère de l'opposition au Togo qui appelle à la contestation pacifique. Elle dénonce les fraudes qui ont permis la réélection de Faure Gnassingbé à la présidence. Le chef d'Etat sortant a recueilli 61% des voix, selon des résultats provisoires, 34% pour Jean-Pierre Fabre le candidat de l'UFC. L'Union des forces pour le changement qui dit ne pas reconnaître les résultats ce dimanche 7 mars 2010.

    C'est Jean-Pierre Fabre en personne qui en fin de matinée, ce dimanche 7 mars,  depuis le siège de son parti a annoncé qu'il ne reconnaissait pas ces résultats. Le candidat de l'UFC parle de « prétendue victoire de Faure Gnassingbé » et estime que c'est lui qui est arrivé en tête de cette présidentielle avec, entre 55 et 60% des voix . « Je conteste absolument les chiffres publiés car la procédure utilisée par la Céni est illégale » a-t-il expliqué . « Je veux que les résultats véritables soient publiés, si on me vole la victoire je ne me laisserai pas faire » a indiqué Jean-Pierre Fabre.

    Contestation donc mais pas de manifestation de violence à Lomé. La capitale togolaise s'est reveillée dans le calme ce dimanche... Hier soir, samedi 6 mars, peu avant l'annonce des résultats par le président de la Commission électorale, le porte- parole du gouvernement avait mis en garde contre toute actions violente, « si les jeunes sortent pour manifester pacifiquement, il n'y aura pas de problème, mais s'ils sortent pour détruire nous n'allons pas faiblir » a déclaré Pascal Bodjona.

    Deux nouveaux partisans de l'opposition ont été arrétés très tôt ce dimanche, précise un représentant de l'UFC, ce qui porte à douze le nombre de personnes interpellées depuis hier, 6 mars.

    Chronologie et chiffres clés
    Sur le même sujet
    Commentaires
     
    Désolé mais le délai de connexion imparti à l'opération est dépassé.