GRILLE DES PROGRAMMES
Monde
Afrique
Samedi 12 Octobre
Dimanche 13 Octobre
Lundi 14 Octobre
Mardi 15 Octobre
Aujourd'hui
Jeudi 17 Octobre
Vendredi 18 Octobre
    Pour profiter pleinement des contenus multimédias, vous devez avoir le plugin Flash installé dans votre navigateur. Pour pouvoir vous connecter, vous devez activer les cookies dans les paramètres de votre navigateur. Pour une navigation optimale, le site de RFI est compatible avec les navigateurs suivants : Internet Explorer 8 et +, Firefox 10 et +, Safari 3 et +, Chrome 17 et + etc.
    Tirailleurs

    Avant la Grande Guerre

    media

    Le 21 juillet 1857 à Plombières (Vosges), Napoléon III signe le décret organisant le bataillon d’infanterie indigène à quatre compagnies, sous la dénomination de tirailleurs sénégalais. Dès 1860, le nombre des compagnies est porté à six, pourvue chacune d'un officier indigène. Les tirailleurs participent aux explorations et aux conquêtes coloniales.

    Le Général Archinard.

    En 1880, un deuxième bataillon est créé. En 1884, un décret regroupe les deux bataillons en un régiment, dans lequel la moitié des postes de sergents et de caporaux est réservée aux indigènes.

    Le général Archinard, le premier, en 1891, utilise les troupes indigènes sans la réserve européenne qui jusque-là les accompagnait.

    L'exploration et la conquête : la mission Marchand.

    L'appellation de tirailleurs sénégalais s'applique à tous les militaires indigènes originaires de l'Ouest africain, à l'exception de ceux des quatre communes de Saint-Louis, Dakar, Gorée et Rufisque qui sont citoyens français et servent dans les corps de l'infanterie coloniale. Le 14 juillet 1899, lors de la revue de Longchamp, Paris rend hommage aux tirailleurs de Marchand, à leur retour de Fachoda.

    En 1900, les troupes de la marine passe au ministère de la Guerre sous le nom de troupes coloniales et le régiment prend le nom de 1er régiment de tirailleurs sénégalais (1er RTS). En Afrique occidentale française sont constitués trois régiments, ultérieurement portés à quatre, et trois bataillons formant corps.

    En Afrique équatoriale française, deux régiments et deux bataillons sont organisés.

    À partir de 1908, les Sénégalais sont engagés au Maroc au sein de régiments mixtes. Pour la première fois ils sont employés hors des colonies d'Afrique noire.

    Sur le même sujet
    Commentaires

    Republier ce contenu

    X

    Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

    Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

    Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.

    Republier ce contenu

    X

    Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

    Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

    Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.

     
    Désolé mais le délai de connexion imparti à l'opération est dépassé.