Avions ravitailleurs: Sarkozy dénonce le protectionnisme américain - Economie - RFI

Réécouter

Grand reportage

Les cosaques
Des cosaques dans les rues de Sotchi, le 6 février 2014.

 

  1. 21:33 TU Danse des mots
  2. 22:00 TU Sessions d'information
  3. 22:30 TU Sessions d'information
  4. 23:00 TU Journal
  5. 23:10 TU Autour de la question
  6. 23:30 TU Journal
  7. 23:33 TU Autour de la question
  8. 21:33 TU Si loin si proche
  9. 22:00 TU Journal
  10. 22:10 TU Archives d'Afrique
  11. 22:30 TU Journal
  12. 22:40 TU Archives d'Afrique
  13. 23:00 TU Journal
  14. 23:10 TU Atelier des médias
  15. 23:30 TU Journal
  1. 21:33 TU Radio foot internationale
  2. 22:00 TU Sessions d'information
  3. 22:30 TU Sessions d'information
  4. 23:00 TU Journal
  5. 23:10 TU Vous m'en direz des nouvelles !
  6. 23:30 TU Journal
fermer

Economie

Etats-Unis France Royaume-Uni

Avions ravitailleurs: Sarkozy dénonce le protectionnisme américain

media

Nicolas Sarkozy n'admet toujours pas que le marché des ravitailleurs de l'armée américaine échappe au constructeur européen Airbus au profit de l'américain Boeing. En visite à Londres vendredi 12 mars pour y rencontrer le Premier ministre Gordon Brown, le président français a reproché aux Etats-Unis leur protectionnisme dans cette affaire.

Un marché de 35 milliards de dollars vient d'échapper au constructeur européen Airbus qui s'est retiré de l'appel d'offre, estimant avec son partenaire américain Northrop, que les dés étaient pipés. C'est bien ce que pense aussi Nicolas Sarkozy.

J'avoue que je n'ai pas apprécié cette décision. Gordon Brown et moi sommes contre le protectionnisme.
Déclaration de Nicolas Sarkozy sur l'affaire EADS 02/10/2013 - par France 24 écouter

Le président français a estimé à Londres que si les Américains veulent être entendus dans leur lutte contre le protectionnisme, ils doivent d'abord donner l'exemple. Nicolas Sarkozy en parlera à Barack Obama quand il le rencontrera fin mars à Washington.

Le Premier ministre Gordon Brown, dont le pays est à la fois allié très proche des Etats-Unis et fervent partisan de la libre concurrence, n'a pu faire moins en la circonstance que de se déclarer « très déçu » de l'attitude américaine.

En Allemagne, on considère qu'avoir taillé l'appel d'offre aux mesures du constructeur américain Boeing est en contradiction avec la plainte des Etats-Unis auprès de l'OMC à propos d'aides que l'Union européenne verserait à Airbus. Quant à la Commission européenne, elle a jugé l'affaire « hautement regrettable ».

Sur le même sujet

Commentaires

 
Désolé mais le délai de connexion imparti à l'opération est dépassé.