GRILLE DES PROGRAMMES
Monde
Afrique
Lundi 24 Avril
Mardi 25 Avril
Mercredi 26 Avril
Jeudi 27 Avril
Aujourd'hui
Samedi 29 Avril
Dimanche 30 Avril
    Pour profiter pleinement des contenus multimédias, vous devez avoir le plugin Flash installé dans votre navigateur. Pour pouvoir vous connecter, vous devez activer les cookies dans les paramètres de votre navigateur. Pour une navigation optimale, le site de RFI est compatible avec les navigateurs suivants : Internet Explorer 8 et +, Firefox 10 et +, Safari 3 et +, Chrome 17 et + etc.
    Dernières infos
    • Erdogan veut écrire avec Trump une «nouvelle page» des relations turco-américaines
    • Brexit: Londres doit d'abord régler son divorce avec l'Union européenne avant de discuter commerce (Tusk)
    • Bangladesh: quatre jihadistes présumés se sont fait exploser dans leur cache assiégée depuis 24 heures par les forces de sécurité (police)
    Asie-Pacifique

    L’Alliance tamoule renonce au séparatisme

    media

    Le principal parti du Sri Lanka, l’Alliance nationale tamoule, a annoncé le 14 mars 2010, qu’il renonçait à ses exigences d’indépendance et se déclare prêt à accepter une structure fédérale, en échange de pouvoirs accrus. Or, la défaite des Tigres tamouls, son mouvement paramilitaire l’an dernier, réduit considérablement sa marge de négociation.

    Avec notre correspondant à Bombay, Mouhssine Ennaimi

    A l'approche des élections législatives, la minorité ethnique menace de lancer une campagne basée sur le modèle de Gandhi : une désobéissance civile censée déstabiliser la politique nationaliste du président fraîchement réélu.

    Le parti tamoul dit par ailleurs avoir renoncé au séparatisme et demande maintenant une autonomie fédérale. Or, si Colombo est d'accord pour le développement économique des régions majoritairement tamoules, le président actuel ne veut pas entendre parler d'un quelconque partage de pouvoir politique.

    De plus, l’anéantissement de la guérilla indépendantiste par l'armée sri-lankaise en mai dernier, réduit considérablement la marge de manœuvre des partis tamouls. Et si le président Mahinda Rajapakse réussit à asseoir sa récente victoire présidentielle en gagnant les prochaines élections législatives, il est fort probable que la minorité tamoule n’ait pas voix au chapitre. Même si ces derniers renoncent à la violence.

    Sur le même sujet
    Commentaires
     
    Désolé mais le délai de connexion imparti à l'opération est dépassé.