GRILLE DES PROGRAMMES
Monde
Afrique
Jeudi 17 Octobre
Vendredi 18 Octobre
Samedi 19 Octobre
Dimanche 20 Octobre
Aujourd'hui
Mardi 22 Octobre
Mercredi 23 Octobre
    Pour profiter pleinement des contenus multimédias, vous devez avoir le plugin Flash installé dans votre navigateur. Pour pouvoir vous connecter, vous devez activer les cookies dans les paramètres de votre navigateur. Pour une navigation optimale, le site de RFI est compatible avec les navigateurs suivants : Internet Explorer 8 et +, Firefox 10 et +, Safari 3 et +, Chrome 17 et + etc.
    Dernières infos
    Afrique

    Affaire de Bouaké : un juge ivoirien veut entendre Michèle Alliot-Marie

    media La ministre française de la Justice, Michèle Alliot-Marie était en charge du ministère de la Défense au moment des faits en 2004. AFP/Martin Bureau

    Le juge ivoirien Jean Ehui veut auditionner les anciens ministres français de la Défense et des Affaires étrangères après avoir obtenu des « éléments nouveaux » sur le bombardement du camp militaire français de Bouaké en novembre 2004. Le procureur militaire d'Abidjan souligne, dans une déclaration à RFI, l’amélioration de la coopération judiciaire franco-ivoirienne dans ce dossier.

    Du nouveau en Côte d’Ivoire dans l’affaire du bombardement de la base militaire française de Bouaké le 6 novembre 2004. Pour la première fois en effet, un juge militaire veut entendre à titre de témoins Dominique de Villepin et Michèle Alliot-Marie, respectivement ministre français des Affaires étrangères et de la Défense au moment de ce bombardement de l’aviation ivoirienne qui avait tué 9 militaires français et un civil américain.

    Le procureur militaire d'Abidjan doit prendre sa décision dans les cinq jours

    Un avocat de familles de victimes, Me Jean Balan, avait accusé le 25 janvier, Michèle Alliot-Marie d'avoir « menti » à propos des pilotes des avions Sukhoi en assurant qu'ils n'avaient ou être identifiés alors que, selon lui, des photos exploitables figurent au dossier.

    La demande d’audition du juge ivoiirien a été adressée au procureur militaire d’Abidjan Ange Kessy, qui doit ou non donner son feu vert dans les cinq jours pour rouvrir le dossier. Mais déjà, le colonel Kessy souligne l’amélioration de la coopération judiciaire franco-ivoirienne dans ce dossier :

    Ange Kessy, procureur militaire d'Abidjan 17/03/2010 - par Norbert Navarro Écouter

    Le 6 novembre 2004, des avions de combats des forces loyalistes ivoiriennes avaient bombardé un campement militaire français à Bouaké dans le centre du pays tuant neuf militaires français et un civil américain, et blessant 38 soldats en représailles. La France avait détruit tous les aéronefs, - avions et hélicoptères - de l'armée ivoirienne, ce qui avait entraîné de violentes manifestations anti-françaises. Plus de 5 ans après les faits, l’enquête n’est toujours pas bouclée même si plusieurs documents relatifs à l’affaire ont été déclassifiés, dont des notes de la DGSE, les services de renseignement français.

    Au centre de cette affaire, il y a les photographies des équipages

    Les familles des victimes veulent savoir pourquoi la France n’a jamais arrêté les pilotes biélorusses des Sukhoï - 25 qui ont mené l’attaque contre le camp français de Bouaké alors que plusieurs suspects d’origine slave avaient été interpellés quelques jours après les faits, une première fois à Abidjan, puis à la frontière togolaise, le 16 novembre 2004, certainement les pilotes et leurs mécaniciens en fuite.

    Au centre de cette affaire, il y a les photographies des équipages prises par les militaires français, juste après le raid meurtrier du 6 novembre. Des photos floues qui n’auraient pas permis d’identifier les pilotes, ce qui aurait empêché de lancer un mandat d’arrêt international permettant de rattraper les auteurs présumés de l’attaque.

    Les avocats des familles n’y croient pas. La France aurait plutôt choisi de laisser filer les mercenaires. Mais pour quelle raison ? Michèle Alliot-Marie a toujours assuré qu’elle répondrait aux questions des juges si elle était convoquée.

    Le Tribunal aux armées à Paris veut entendre Michèle Alliot-Marie

    En France, le Tribunal aux armées de Paris, qui juge les crimes et délits commis par ou sur des militaires en missions, a lancé une procédure la semaine dernière afin d'entendre Michèle Alliot-Marie, actuelle ministre de la Justice qui était ministre de la Défense au moment des faits. Le Tribunal des armées de Paris confirme que Michèle Alliot-Marie a accepté de répondre à cette demande.

    A lire sur le même sujet : Au croisement des justices française et ivoirienne

    Chronologie et chiffres clés
    Sur le même sujet
    Commentaires

    Republier ce contenu

    X

    Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

    Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

    Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.

    Republier ce contenu

    X

    Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

    Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

    Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.

     
    Désolé mais le délai de connexion imparti à l'opération est dépassé.