GRILLE DES PROGRAMMES
Monde
Afrique
Mardi 16 Juillet
Mercredi 17 Juillet
Jeudi 18 Juillet
Vendredi 19 Juillet
Aujourd'hui
Dimanche 21 Juillet
Lundi 22 Juillet
    Pour profiter pleinement des contenus multimédias, vous devez avoir le plugin Flash installé dans votre navigateur. Pour pouvoir vous connecter, vous devez activer les cookies dans les paramètres de votre navigateur. Pour une navigation optimale, le site de RFI est compatible avec les navigateurs suivants : Internet Explorer 8 et +, Firefox 10 et +, Safari 3 et +, Chrome 17 et + etc.
    Dernières infos
    Europe

    Certains Etats présentent-ils des chiffres-bidon ?

    media José Manuel Barroso, président de la Commission européenne. Reuters/Vincent Kessler

    Les prévisions de croissance en Europe sont jugées un peu trop optimistes par la Commission de l’Union européenne. Les chiffres avancés à Londres, à Berlin ou à Paris sont-ils crédibles ? La Commission européenne semble en douter, or ces chiffres lui sont essentiels dans le calcul d'autres prévisions : celles des déficits.

     

    Avec notre bureau de Bruxelles

    Ce sont cinq des quatorze pays européens, dont les programmes de réduction du déficit public ont été examinés ces jours-ci par la Commission européenne, qui se voient critiquer par celle-ci du fait d’hypothèses prévisionnelles trop optimistes tant pour ce qui est du taux de croissance de leurs économies, qu’en raison des moyens de juguler leurs dépenses.

    La mise en garde s’adresse particulièrement à l’Allemagne, à l’Espagne, à l’Italie, aux Pays-Bas et à la France. Cette dernière annonce qu’elle devrait repasser sous la barre des 3% du PIB pour 2013, mais elle se fonde sur un taux de croissance annuelle de 2,5% dès l’année prochaine, ce que la Commission européenne se permet poliment de mettre en doute.

    De même, on s’interroge ici sur les niveaux réels des dépenses publiques qui sont envisagées ainsi que sur l’impact du grand emprunt national voulu par Paris. La crainte des milieux Européens, c’est que les projections des cinq pays ne leur laissent aucune marge de sécurité pour le cas où la sortie de crise se fasse attendre davantage. Par ailleurs, la Commission européenne redoute que des échéances électorales prochaines incitent les gouvernements à laisser filer la dépense.

     

    Sur le même sujet
    Commentaires

    Republier ce contenu

    X

    Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

    Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

    Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.

    Republier ce contenu

    X

    Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

    Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

    Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.

     
    Désolé mais le délai de connexion imparti à l'opération est dépassé.