GRILLE DES PROGRAMMES
Monde
Afrique
Jeudi 13 Juin
Vendredi 14 Juin
Samedi 15 Juin
Dimanche 16 Juin
Aujourd'hui
Mardi 18 Juin
Mercredi 19 Juin
    Pour profiter pleinement des contenus multimédias, vous devez avoir le plugin Flash installé dans votre navigateur. Pour pouvoir vous connecter, vous devez activer les cookies dans les paramètres de votre navigateur. Pour une navigation optimale, le site de RFI est compatible avec les navigateurs suivants : Internet Explorer 8 et +, Firefox 10 et +, Safari 3 et +, Chrome 17 et + etc.
    Asie-Pacifique

    Fin de règne au Tatarstan

    media Le palais présidentiel de la République du Tatarstan, à l'intérieur du Kremlin de Kazan. Alexandre Billette/RFI

    Véritable « dinosaure politique », Mintimer Chaïmiev, 73 ans, dirigeait la république du Tatarstan depuis 1991. Sous la pression du Kremlin, il a officiellement quitté cette semaine la présidence de cette république musulmane originale, riche en pétrole, qui avait flirté avec l'autonomisme dans les années 1990.

    Le voyageur accostant sur les rives de la Volga à Kazan ne peut que se frotter les yeux. Devant lui, impérial, le Kremlin de la ville en impose avec ses murs blanchis qui encerclent, comme souvent dans les villes de la Russie européenne, une cathédrale et le siège du pouvoir local. Mais ici, chose unique, c'est une immense mosquée qui domine le paysage du Kremlin avec ses quatre minarets majestueux. 

    Une carte postale qui est à l'image de cette république, située à 700 kilomètres à l'est de Moscou. Les quatre millions d'habitants du Tatarstan se divisent à parts égales entre Tatars musulmans et Russes orthodoxes. Descendants des peuples de la Horde d'Or, les Tatars partagent depuis des siècles le même destin que les Russes : en 1552, Ivan le Terrible conquérait la ville de Kazan avant de poursuivre ses annexions à l'Est. Les Tatars constituent ainsi le premier peuple non-slave à avoir été rattaché à l'Empire russe.

    Après 400 ans de vie commune, d'assimilation et de russification, les Tatars vivent aujourd'hui une dualité culturelle. « La Russie est notre Etat, notre patrie, tout comme l'est le Tatarstan ; nous formons l'un des peuples constitutifs de la Russie », explique Marat Gibatdinov, l'un des responsables de l'Institut d'Histoire de Kazan.

    Le patriotisme tatar est cependant vif, et il a pu retrouver une place publique à la faveur de la chute de l'URSS. Les deux seules mosquées que comptait Kazan à l'époque sont désormais des dizaines ; l'enseignement en langue tatare, d'origine turque, s'est développé, tout comme la presse ; le russe cohabite désormais avec le tatar dans l'affichage municipal.

     
    Pour bon nombre de Tatars, cette période de renaissance est liée à un homme : Mintimer Chaïmiev, ministre de la république soviétique tatare dès 1969, à l'époque de Leonid Brejnev, et surtout président de la République du Tatarstan depuis 1991, lors de l'implosion de l'Union soviétique.

    Sous la présidence de Boris Eltsine, qui avait enjoint les régions russes à « prendre autant d'autonomie qu'elles pouvaient en avaler », Mintimer Chaïmiev avait concocté pour sa République un statut unique « d'Etat souverain associé à la Russie ». Le Tatarstan prélevait ses propres impôts, gérait son système d'éducation, s'imposait face à Moscou en tant que république riche de son pétrole, dont elle est le deuxième producteur du pays. Dans les années 2000, contraint par Vladimir Poutine à abandonner de nombreuses prérogatives, le « Babaï » (grand-père, en tatar) avait néanmoins su se maintenir.

    Ce sera finalement le « renouvellement des cadres », imposé par Dmitri Medvedev, qui aura eu raison du vieux président tatar : le 22 janvier dernier, le Kremlin annonçait la « décision du président Chaïmiev de ne pas demander au président Medvedev un nouveau mandat ». Depuis 2004, le Kremlin « propose » un candidat à la tête des républiques, lequel est automatiquement accepté par les assemblées régionales.
     

    Pour remplacer le babaï, Moscou a choisi un technocrate qui devrait aplanir les relations parfois compliquées de Kazan avec le centre. Roustam Minnikhanov, actuel premier ministre, est devenu jeudi 25 mars le nouveau président de la République du Tatarstan.

    Il ne faut cependant pas enterrer trop vite Mintimer Chaïmiev. Quelques semaines après son départ « volontaire », le Parlement du Tatarstan votait la création d'un poste de Conseiller d'Etat, destiné au président sortant, dont le texte précise qu'il ne pourra être démis de ses fonctions. Une position idéale pour celui que la presse russe a baptisé le nouveau Deng Xiaoping tatar...

     

    Chronologie et chiffres clés

    Republier ce contenu

    X

    Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

    Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

    Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.

    Republier ce contenu

    X

    Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

    Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

    Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.

     
    Désolé mais le délai de connexion imparti à l'opération est dépassé.