GRILLE DES PROGRAMMES
Monde
Afrique
Vendredi 12 Juillet
Samedi 13 Juillet
Dimanche 14 Juillet
Lundi 15 Juillet
Aujourd'hui
Mercredi 17 Juillet
Jeudi 18 Juillet
    Pour profiter pleinement des contenus multimédias, vous devez avoir le plugin Flash installé dans votre navigateur. Pour pouvoir vous connecter, vous devez activer les cookies dans les paramètres de votre navigateur. Pour une navigation optimale, le site de RFI est compatible avec les navigateurs suivants : Internet Explorer 8 et +, Firefox 10 et +, Safari 3 et +, Chrome 17 et + etc.
    Tirailleurs

    «Bonnes sœurs et tirailleurs sénégalais»: du prosélytisme à l’action sociale

    media Leçon de catéchisme en plein air, à Saint-Maximin.

    Le premier « foyer des Noirs » est créé par Alice Munet à la Villa de la Vierge, à Menton, pendant la Grande Guerre. Pour pérenniser son œuvre, Alice Munet fonde en 1922 l’Institut des « Petites-Servantes du Sacré-Cœur, sœurs missionnaires-catéchistes des Noirs d’Afrique ».

     

    S.E. Mgr Siméone et le R. P. Le Gall, au milieu des tirailleurs, après une cérémonie de Confirmation à Toulon.

    Monseigneur Siméone, évêque de Fréjus et Toulon appelle auprès de lui les membres de cette congrégation, nouvelle famille missionnaire qui est placée le 24 avril 1933 sous l’autorité de la Sacrée Congrégation de la Propagande et transformée en Institut de droit pontifical par le pape Pie XI.
    Les soeurs exercent leur apostolat aussi bien dans la brousse africaine – en 1940, l’Institut compte onze foyers en Afrique occidentale française – qu’auprès de certains tirailleurs sénégalais que le service militaire amène en France où ils servent en général environ deux ans. Peu nombreux sont ceux qui rengagent.

    Dans l’Entre-deux-guerres, les sœurs fondent à Fréjus, Saint-Maximin, Toulon (Foyer Saint-Joseph), Marseille et La Rochelle d’autres foyers en faveur des tirailleurs africains au service de la France.

    En 1939-1940, la mobilisation générale ayant amené un grand nombre de tirailleurs en France, beaucoup de ceux-ci sont répartis dans des cantonnements provisoires dans le sud et le sud-ouest de la France.
    Pour instruire les tirailleurs avant leur départ pour le front, les sœurs ouvrent alors des foyers de circonstance à Lorgues, Bandol et Marennes. Après la campagne de mai-juin 1940, les tirailleurs africains sont ramenés dans le midi pour y attendre leur rapatriement. Les sœurs poursuivent leur action en leur faveur.

    Au sein de leurs foyers, les sœurs donnent des cours de catéchisme et préparent les tirailleurs aux sacrements de l’Eglise (baptême, première communion, confirmation). Elles donnent également des cours (chant, entre autres), organisent des projections récréatives, procèdent à la distribution de vivres aux tirailleurs hospitalisés et enrôlent les tirailleurs pour les faire participer aux processions de la Fête-Dieu. Elles les accompagnent également à la messe de minuit pendant laquelle les néophytes font leur première communion et organisent à l’issue leur réveillon de Noël avec une « marmite de chocolat au lait et des brioches ».

    Ce prosélytisme affiche clairement une dimension morale, le foyer apportant un « bienfait moral » en offrant un « abri contre les tentations de la solitude », l’alcoolisme et la fréquentation des prostituées notamment, sans exclure un engagement politique, les sœurs « mettant en garde » les tirailleurs contre les « orateurs communistes pérorant en faveur de l’Espagne communiste » dans la rue…

    Les foyers accueillent également des tirailleurs en permissions. Certains soldats de retour dans leur garnison et éloignés des foyers font parvenir des lettres aux sœurs et entretiennent parfois une correspondance suivie avec telle religieuse qu’ils appellent «Madame Capitaine».

    Les tirailleurs des Foyers à Lourdes, en 1939.

    Chaque année dans les Foyers des Noirs, la tradition est d’envoyer un groupe de chrétiens en pèlerinage à Notre-Dame de Lourdes. Le pèlerinage des tirailleurs sénégalais est alors financé par la générosité de bienfaiteurs qui envoient des offrandes dans ce but à la congrégation. Ainsi, aux étés 1936, 1937 et 1939, le pèlerinage à Lourdes est pour les tirailleurs chrétiens un moment fort attendu et une grosse déception pour ceux qui ne peuvent y participer, se voyant refuser leurs permissions pour cause de grandes manœuvres… Les tirailleurs voyagent en train avec des provisions prévues par les sœurs.

    À Lourdes, ils ont parfois «l’honneur de porter un moment le dais lors de la procession du Saint-Sacrement » et souvent « la fierté d’être chargés de rouler les malades et de contribuer au service d’ordre à la Grotte, aux piscines et sur l’esplanade ».
    Cet apostolat des sœurs missionnaires-catéchistes des Noirs d’Afrique s’exerce jusqu’au milieu des années soixante, date à laquelle les tirailleurs, gradés, sous-officiers et officiers indigènes quittent l’armée française, Fréjus et la France pour rejoindre leurs pays devenus indépendants et y servir dans les nouvelles armées africaines.

    Sur le même sujet
    Commentaires

    Republier ce contenu

    X

    Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

    Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

    Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.

    Republier ce contenu

    X

    Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

    Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

    Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.

     
    Désolé mais le délai de connexion imparti à l'opération est dépassé.